Un tête-à-tête comme au théâtre

CHRONIQUE / L’idée d’écrire une pièce de théâtre me trotte dans la tête depuis longtemps. Un de mes projets d’écriture raconte l’histoire d’un souper planifié après une rencontre sur un site Internet. Le concept du scénario est de mettre en lumière le mensonge, la déception, la déconfiture, la fourberie et toutes les émotions négatives qui peuvent surgir quand les attentes sont trop élevées.

Voici donc un extrait du souper de Pierre et Marie. Les phrases entre parenthèses sont les pensées des personnages.

***
Il est assis sur la terrasse. Il attend. Elle lui avait expliqué qu’elle arriverait en marchant et qu’elle porterait une robe fleurie.

Dans la tête de Pierre — (Elle est moins bien roulée que je l’imaginais. Je suis déçu. Elle est quand même potable pour passer une nuit.)

Marie : Quelle belle soirée !

Pierre : Tu es vraiment jolie, beaucoup plus que je ne l’imaginais.

Marie : Merci, c’est gentil. (Oh non ! Il parle du nez. Il ne ressemble pas au gars sur la photo et il me fait penser à Mr Bean. Eurk !)

Le serveur : Madame et monsieur prendraient-ils un apéro ?

Marie : Pour moi, ce sera une bière légère.

Pierre : Moi, ce sera un Pepsi. Pas de glace, s.v.p. ! Ça fait plus de Pepsi !

Marie : Bien sûr ! C’est moins liquide. (Non, non ! Et il se dit ingénieur. Mon Dieu que le souper sera long !)

Pierre : (Elle doit être alcoolique, c’est déjà sa deuxième bière.)

Marie : Tu es ingénieur ?

Pierre : Oui, je travaille sur des grands projets de construction.

Marie : Tu as tellement de choses palpitantes à raconter ! (Toutes ses phrases commencent par le mot « Je ». C’est une espèce d’égocentrique et plus « dull » que lui, tu meurs.)

Pierre : Il faut dire qu’on ne s’ennuie pas non plus à tes côtés. (Cette femme est tellement insipide. Vivre un an avec et c’est la mort. Elle n’arrête jamais de poser des questions. C’est une fouine !)

Le serveur apporte les steaks.

Marie regarde manger Pierre qui avale tout le contenu de son assiette en moins de 5 minutes. Il grogne légèrement en mangeant.

Marie : Ouf ! T’avais faim ! (Cibole de cochon ! Dire que je croyais rencontrer l’homme de ma vie. Si je pars du principe que l’homme mange comme il fait l’amour, adieu les orgasmes !)

Pierre : Déformation professionnelle ! Je dois toujours me dépêcher quand je mange. (Plus le souper finira tôt, plus vite je décamperai, ma belle !)

Pendant le repas, Pierre a la manie de jouer sans cesse avec les cordons du capuchon de son chandail. En tirant sur un cordon, il fait remonter l’autre bout.

Marie : Tu es nerveux ? (C’est dégueulasse. Les cordons sont noirs. J’ai envie de vomir.)

Pierre : Oh ! Je ne m’en rends pas compte.

Et ils rient tous les deux.

Après avoir servi le café et les desserts, le serveur place les deux factures au centre de la table.

Pierre : Celle-ci est la tienne et comme on dit, c’est jamais le premier soir… (Si elle pense que je vais débourser un seul sou... Elle devrait me payer pour ma présence.)

Marie : De toute façon, j’aurais refusé. (À quoi je m’attendais de ce colon ?)

Ils quittèrent le restaurant, n’eurent aucun enfant et ne se revirent jamais… sauf ici et là, sur quelques sites de rencontre.

***
Évidemment, certains ont rencontré l’âme sœur sur le Web. C’est parfait ainsi ! Or, la morale de cette histoire : ne pas faire fi du hasard des jours. Les vagues de l’océan de la vie peuvent apporter des êtres charmants qui sont nasillards ou rondelets, mais qu’on aime tout de même à la folie.

Patrick Duquette

Il reste la peur du ciel gris

CHRONIQUE / Quelle est la probabilité qu’une tornade frappe, à un an d’intervalle, le même quartier, le même jour ? À peu près nulle. Et pourtant…

Et pourtant, en ce samedi 21 septembre, vers 17 h, bien des habitants du quartier Daniel-Johnson scruteront le ciel avec angoisse, à l’affût du moindre tourbillon suspect.

Patrick Duquette

Le coassement des grenouilles

CHRONIQUE / En lisant mon journal, jeudi matin, je ne donnais pas cher de la peau des rainettes qui coassent dans le secteur de la Cité à Gatineau. À supposer qu’il en reste quelques-unes !

Le maire et son administration, de même que le député provincial, se rangent derrière les promoteurs qui souhaitent développer les grands champs situés derrière la Maison de la culture. On voudrait y construire des milliers d’unités de logements et des commerces.

Patrick Duquette

Madame, c’est ça des gars !

CHRONIQUE / « Viendrais-tu parler de ton métier aux garçons de ma classe ? Ils ont lu ta chronique sur le chasseur furtif F-35, et ils sont très impressionnés », m’a écrit Annick Sauvé, enseignante de 5e année à l’école du Cheval-Blanc de Gatineau.

Bien sûr, ai-je répondu. Mais, dites-moi, Annick, ai-je bien compris que vous enseignez à un groupe composé uniquement de garçons ? Je croyais révolue l’époque des classes séparées. Mais j’avais bien saisi. À son école, on tente une expérience inédite. En 5e année, on a formé une classe de gars et une classe de filles. Comme dans le bon vieux temps !

Patrick Duquette

Equifax: erreur sur la personne

CHRONIQUE / Deux dames de Gatineau aux noms presque identiques, Joanne Bertrand et Johanne Bertrand, ont vécu une mésaventure pour le moins inusitée. La firme Equifax a confondu leurs dossiers de crédit et transmis à l’une des informations confidentielles destinées à l’autre.

Troublant, vous dites? Surtout quand on sait qu’Equifax est cette même firme appelée à la rescousse l’été dernier, afin de mieux protéger les dossiers de crédit des millions de membres du Mouvement Desjardins touchés par une fuite de données personnelles.

Patrick Duquette

Prêter ses jambes à son amie

CHRONIQUE / L’amitié est parfois le point de départ de bien belles choses.

Au départ, tout ce que voulait Sonia Béland, c’était partager son plaisir de courir avec sa meilleure amie Karine Dupuis, paraplégique depuis l’âge de 18 ans. Une idée qui a finalement mené à la création des Courses partagées de Gatineau. Mais n’allons pas trop vite !

Patrick Duquette

Dans les méandres d’un centre de tri [VIDÉO]

CHRONIQUE / Le centre de tri Tricentris ouvre ses portes au grand public ce samedi à Gatineau. J’ai eu droit à une visite en avant-première cette semaine. Ce qui m’a le plus impressionné ? Le tas. Le gros tas de déchets recyclables à l’entrée de l’usine.

C’est fou ce qu’on en consomme des pots de margarine, des sacs en plastique, des bouteilles de détergents, des bouteilles de vin, des rebuts métalliques, des circulaires en papier, des boîtes de carton. Trop ? Sans aucun doute, oui.

Patrick Duquette

Une idée à pousser plus loin

CHRONIQUE / La Ville de Gatineau a inauguré lundi son tout premier « parcours d’exercices » en plein air au parc Lavictoire. Ce que j’en dis ? Bravo. Des parcours semblables, il en faudrait dans tous les quartiers.

J’irais plus loin : il ne faut pas s’arrêter à concevoir des parcours destinés aux plus vieux, comme celui-là. Dans une région comme l’Outaouais, où le surpoids et le tabagisme font des ravages, il faut concevoir des « parcours santé » en fonction d’une clientèle de tous les âges. Jeunes et moins jeunes.

Patrick Duquette

Une redoutable machine de guerre dans le ciel de Gatineau

CHRONIQUE / Vous avez peut-être entendu son furieux grondement vendredi après-midi. Quand le chasseur furtif F-35 a traversé à basse altitude le ciel de l’aéroport de Gatineau, un rugissement d’enfer a envahi tout l’espace. Des gradins où j’étais posté, j’ai même vu un début de nuage supersonique se former sur ses ailes triangulaires. Ouf, quelle machine de guerre. J’en ai eu des frissons.

Aucun doute, le chasseur de 80 millions est LA vedette incontestée du spectacle aérien Aéro-Gatineau. Et vendredi, le pilote du F-35, un certain Andrew « Dojo » Olsen, a multiplié les acrobaties en répétition générale. Piqués, chandelles, tonneaux, loopings, manœuvres à basse vitesse : le guide du combat aérien y est passé au complet. Le tout commenté au micro par un animateur survolté (en anglais seulement, quel dommage !) et au son d’une musique rock de circonstance. L’avion a même fait un passage à basse vitesse pour nous montrer sa spacieuse soute à bombes — bien entendu vide pour l’occasion !

Patrick Duquette

Le 6e pont

CHRONIQUE / A-t-on vraiment besoin d’un 6e pont entre Ottawa et Gatineau ?

J’ignore si cette question deviendra l’enjeu majeur de l’élection fédérale dans la région. Chose certaine, on entendra beaucoup parler d’un éventuel 6e lien.

Télé et radio

Andreescu lance la 16e saison de «TLMEP»

CHRONIQUE / Bianca Andreescu n’avait que quatre ans à la première saison de «Tout le monde en parle», en 2004. «Et on croyait que George W. Bush était le pire président des États-Unis», a blagué Dany Turcotte, pour ouvrir cette 16e saison de l’émission, dimanche sur ICI Télé. Une première sans éclat ni revers, malgré la présence d’une étoile du tennis.

Devenue la première Canadienne de l’histoire à remporter un titre de Grand Chelem en simple, Bianca Andreescu souhaite maintenant passer de la cinquième à la troisième position mondiale. Accompagnée de son entraîneur, Sylvain Bruneau, la championne de 19 ans, charmante et enjouée durant l’entrevue, admet être un peu dépassée par la renommée que lui a fourni sa victoire au US Open. En plus d’une rue, «il y a une journée à mon nom. C’est complètement fou!» Sa mère et son caniche Coco sont aussi devenues des vedettes. Contrairement à d’autres – on n’a pas nommé de noms mais on en a tous en tête –, Bianca Andreescu se fait plutôt discrète sur les réseaux sociaux pour rester concentrée sur son sport. «J’essaie de pas trop y aller. […] J’envisage de créer un compte dédié à mon chien», blague-t-elle.

Les coups bas sont nombreux entre joueuses, a fait remarquer Guy A. «Je pense que je suis une des plus sociables. J’ai des amies dans ce circuit», répond Bianca. Son entraîneur souligne qu’après avoir été battue par elle, Serena Williams est allée gentiment la saluer dans le vestiaire. La carte du fou du roi, qui l’a bien fait rire: «En un match de tennis, tu nous as fait vivre plus d’émotions que nos sept équipes de hockey canadiennes l’ont fait ces 25 dernières années.»

Quand il est arrivé à l’antenne du 98,5 FM à Montréal, où il tient des chroniques en matinée et en après-midi, Luc Ferrandez a reçu 540 courriels haineux. L’ancien maire du Plateau s’est alors dit: «OK je suis à la bonne place.» Sa sortie récente sur sa décision de ne plus recycler a fait réagir. Mais il admet qu’en réalité, il ne recycle que le carton. «Parce que c’est la seule chose qui est recyclée», dit-il. Il n’encourage toutefois personne à l’imiter. «Parce qu’il y a des municipalités qui recyclent bien le verre, comme Québec. À Montréal, c’est une catastrophe.»

Son départ précipité de la politique municipale forcera des élections partielles, qui coûteront 850 000$ «Je ne le savais pas», admet-il aujourd’hui. «Si j’avais su, peut-être que j’aurais continué.» Celui qui n’a pas pris l’avion depuis cinq ans est très pessimiste quant à l’avenir de la planète. Il ne pense que du mal du projet de troisième lien. «Pour moi, c’est un projet de république de bananes. […] Le pire projet de transport de l’Occident», affirme-t-il, ajoutant qu’il n’y a pas suffisamment d’usager potentiels pour justifier un ouvrage de ce coût-là.

Depuis qu’elle joue une mère qui se fait du capital avec la mort de sa fille dans District 31, Geneviève Schmidt reçoit de doux commentaires du genre : «la tabarnak» ou «ma câlisse de folle!». Elle et son collègue de la série, Michel Charette, on tous deux reçu un Gémeaux pour leur rôle de soutien. Pour l’interprète de Bruno Gagné, c’était une 13e nomination. En se remettant en forme, Michel Charette n’a pas seulement perdu beaucoup de poids, mais aussi son anxiété majeure. Il s’entraîne maintenant pour le demi-Ironman à Mont-Tremblant avec ses amis et collègues. Son respect pour les policiers a quintuplé depuis qu’il joue dans District 31, mais ça ne l’a pas empêché de recevoir trois ou quatre contraventions. Comme la plupart de ses collègues masculins, il avait auditionné pour le rôle de Séraphin dans Les pays d’en haut avant d’obtenir celui du père Ovide.

Ceux qui s’intéressent le moindrement à la campagne électorale n’ont sûrement rien appris de l’entrevue avec le chef du NPD Jagmeet Signh, calme, posé, jamais embêté par une question... mais sachant l’esquiver. Il est convaincu que son parti a les moyens des ambitions de son programme, en évitant entre autres de donner des milliards aux grandes entreprises. «Bonne décision d’avoir Luc ici», a dit M. Singnh quand M. Ferrandez a blâmé les conservateurs pour le coût de leurs décisions. Quand Guy A. lui a posé la question qui tue, «serez-vous encore chef du NPD dans six mois?», il a répondu sans hésiter: «Oui, avec plaisir et beaucoup d’honneur.»

Dans Matthias et Maxime, le nouveau film de Xavier Dolan, qui porte sur l’amitié, Anne Dorval incarne sa mère une nouvelle fois. «J’aurai jamais l’impression de me répéter en parlant de mère», dit-il pour justifier ce thème récurrent dans son oeuvre. Il a beaucoup appris de l’expérience douloureuse de Ma vie avec John F. Donovan, dont «la mise au monde a été pénible», reconnaît Xavier Dolan, qui a vécu en partie l’obsession du jeune personnage de son film. «J’ai toujours écrit aux gens que j’admire.» Mais personne ne lui a répondu. Il a tourné comme acteur avec Gérard Depardieu dans le film Comédie humaine. Il parle d’un «être généreux et vrai», en plus de faire des blagues vulgaires comme Xavier les aime. «Il a mangé 400 cerises devant moi», raconte-t-il. Le cinéaste avoue avoir peur d’être victime de violence pour son orientation sexuelle. «On pense qu’on en a fini avec ça, mais ça revient tout le temps», dit-il, citant le cas du designer Markantoine, agressé à La Malbaie.

Yves-François Blanchet, le chef du Bloc québécois, avait tout à gagner de cette entrevue, et il s’en est bien sorti. «Quelqu’un qui veut être Québécois est Québécois», tranche-t-il sur l’inclusivité du Bloc québécois et de son slogan: «Le Québec, c’est nous». Il n’a à peu près pas été question du Parti québécois, duquel M. Blanchet semble se distancier pour se rapprocher de la CAQ, la formation politique «la plus nationaliste et la plus décomplexée depuis le début des années 2000», selon lui. S’il s’est engagé avec le Bloc en janvier, c’est qu’il croit qu’une déconfiture du parti fédéral aux prochaines élections serait encore plus nuisible pour le mouvement souverainiste au Québec. À propos du «brown face», le chef du Bloc n’a jamais cru que Justin Trudeau était raciste, mais il déplore qu’il soit pris dans «l’Halloween 365 jours par année». Comme il l’a fait récemment, M. Blanchet n’exclut pas l’idée de réinviter Pierre Karl Péladeau, avec qui il entretient depuis longtemps «une relation bourrue mais cordiale».

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Richard Therrien

L'offensive contre Netflix

CHRONIQUE / L’arrivée prochaine d’Apple TV+ et de Disney+, puis au printemps prochain, de HBO Max, ébranlera sans aucun doute les colonnes du temple Netflix, jusqu’ici la référence en matière de plateformes numériques. Même que ces nouveaux joueurs offriront des prix plus concurrentiels, en plus de ravir à Netflix plusieurs de ses titres les plus consultés. Ça va faire mal. Voici une sélection des séries à surveiller cet automne sur les services de vidéo en ligne, en anglais comme en français.

THE MORNING SHOW

En ligne : 1er novembre, Apple TV+

C’est selon plusieurs critiques américains une des séries les plus attendues de l’automne, un as dans le jeu de la nouvelle plateforme Apple TV+. La série de 10 épisodes, dont on a déjà commandé une deuxième saison, marque le grand retour de Jennifer Aniston dans une série. La star de Friends y incarne la présentatrice d’une émission matinale qui doit annoncer en direct que son coanimateur, joué par Steve Carell, a été renvoyé à la suite d’un scandale, ce qui n’est pas sans rappeler l’histoire de Matt Lauer à NBC. Reese Witherspoon joue quant à elle une reporter ambitieuse.

Patrick Duquette

Le sac du soldat Saint-Laurent

CHRONIQUE / Francine Saint-Laurent ouvrira aujourd’hui un colis bien spécial. Il contient le sac à dos que son père, un vétéran de la Seconde Guerre mondiale, a perdu en 1944 alors qu’il combattait les troupes nazies dans les montagnes italiennes. Soixante-quatorze ans après avoir été égaré, le fameux sac militaire est sur le point de révéler ses secrets.

L’objet a été retrouvé dans une vieille grange des Apennins, en août 2018, par un collectionneur italien du nom de Lorenzo Campus. « Il était suspendu à un mur. Le vieux fermier l’avait gardé tout ce temps. Par chance, la grange n’était pas humide. Tout était bien conservé », raconte l’Italien de 23 ans.

RICHARD THERRIEN

Le top 10 du jeudi 19 septembre 2019

BLOGUE / «La poule» a toujours la cote! Elle trône au deuxième rang du top 10 des émissions les plus regardées jeudi soir. Aussi à TVA, «Le bon docteur», version française de «Good Doctor», accède à la quatrième position.

À 21h, J.E. a attiré 554 000 téléspectateurs avec son reportage sur la Mission de l'Esprit Saint, et Face à la rue, 414 000, contre Enquête, qui en a retenu 224 000 pour celui sur le syndrome de La Havane, sur ICI Télé.

Même en présaison, le Canadien a attiré un demi-million d'amateurs à RDS, dans le match l'opposant aux Panthers de la Floride. À V, Un souper presque parfait (229 000) a pris les devants sur En route vers OD (221 000), alors qu'À table avec mon ex remonte à 139 000. À Télé-Québec, L'indice Mc$ween a été l'émission la plus regardée avec 144 000 téléspectateurs, devant 180 jours (102 000).

1- District 31 (ICI Télé): 1 325 000

2- La poule aux oeufs d'or (TVA): 720 000

3- Le tricheur (TVA): 702 000

4- Le bon docteur (TVA): 699 000

5- TVA Nouvelles 18h (TVA): 650 000

6- J.E. (TVA): 554 000

7- Infoman (ICI Télé): 551 000

8- TVA Nouvelles 17h (TVA): 513 000

9- Le hockey des Canadiens (RDS): 500 000

10- Face à la rue (TVA): 414 000

Source: Numeris

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Patrick Duquette

Des couches et des poubelles

CHRONIQUE / Vous savez que la nouvelle collecte des poubelles entre en vigueur le 15 septembre à Gatineau ? Elle ne fait pas l’affaire de tout le monde, loin de là !

À compter de cette date, les gens devront faire tenir leurs ordures ménagères dans une petite poubelle de 120 litres. Sinon, ils devront payer des sacs de poubelle en extra au coût de 50 sous pièce.

RICHARD THERRIEN

Le top 10 du mercredi 18 septembre 2019

BLOGUE / Légère baisse généralisée pour la programmation du mercredi. Même «District 31» a perdu des adeptes, avec ses 1 233 000 accros. Sur ICI Télé, «Le monstre» conserve la quatrième position avec 629 000 téléspectateurs. À TVA, «Les invisibles» quitte le top 10 et intéresse 414 000 curieux.

Sur V, En route vers OD attire 217 000 fidèles, et À table avec mon ex, 86 000. À Télé-Québec, le documentaire Génération d'anxieux a retenu 133 000 téléspectateurs.

1- District 31 (ICI Télé): 1 233 000

2- Le tricheur (TVA): 728 000

3- Les enfants de la télé (ICI Télé): 723 000

4- Le monstre (ICI Télé): 629 000

5- TVA Nouvelles 18h (TVA): 603 000

6- L'épicerie (ICI Télé): 563 000

7- LOL :-) (TVA): 476 000

8- TVA Nouvelles 17h (TVA): 470 000

9- Les gags (TVA): 441 000

10- TVA Nouvelles 22h (TVA): 430 000

Source: Numeris

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Patrick Duquette

Une école pas comme les autres

CHRONIQUE / C’était jour de rentrée, mardi, à la toute nouvelle école élémentaire publique Ottawa Ouest. Fait intéressant, on y expérimentera une méthode d’enseignement inusitée, mise au point dans la ville italienne de Reggio Emilia.

La pédagogie Reggio, si j’ai bien compris, part du postulat que l’enfant n’est pas une boîte vide que des adultes doivent remplir de connaissances. Au contraire, l’élève est considéré comme un citoyen à part entière. Un être curieux et capable de prendre des décisions concernant son apprentissage. L’enseignant n’est plus un maître décidant de tout, mais un accompagnateur.

RICHARD THERRIEN

Le top 10 du mardi 17 septembre 2019

BLOGUE / À peu près toutes les émissions du mardi soir ont perdu du terrain, mis à part «La dérape», qui a gagné deux positions. Derrière «District 31», «L'heure bleue» tient le coup avec ses 923 000 fidèles à TVA. Suivie par 483 000 adeptes, «Les honorables» quitte le top 10.

Sur V, l'intérêt pour À table avec mon ex s'estompe déjà; hier, 96 000 curieux étaient au rendez-vous. Un souper presque parfait (249 000) et En route vers OD (257 000) sont au coude à coude.

À Télé-Québec, le nouveau magazine Moi j'mange a été l'émission la plus regardée de la chaîne avec 143 000 téléspectateurs, devant Génial! (106 000), aussi animée par Stéphane Bellavance.

1- District 31 (ICI Télé): 1 463 000

2- L'heure bleue (TVA): 923 000

3- Le tricheur (TVA): 752 000

4- 5e rang (ICI Télé): 735 000

5- La facture (ICI Télé): 688 000

6- Toute la vie (ICI Télé): 679 000

7- TVA Nouvelles 18h (TVA): 675 000

8- La dérape (TVA): 659 000

9- Animaux à la retraite (TVA): 549 000

10- TVA Nouvelles 17h (TVA): 505 000

Source: Numeris

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Patrick Duquette

Regagner la confiance

CHRONIQUE / J’ai l’impression que nous n’avons pas fini d’entendre parler de Peter Sloly, futur chef de la police d’Ottawa – et tout premier noir à occuper ce poste.

Autant son prédécesseur Charles Bordeleau incarnait le flic de carrière, martial et peu volubile, autant Peter Sloly projette l’image d’un policier charismatique, progressiste et résolument moderne.

Télé et radio

Anxiété généralisée

CHRONIQUE / De quoi souffre-t-on le plus sur la planète? Pas de cancer ou de maladie cardiaque, mais d’anxiété. Et ça ne fait qu’augmenter, particulièrement chez les enfants et les adolescents. Télé-Québec y consacre une partie de sa programmation mercredi soir, avec comme pièce de résistance le documentaire «Génération d’anxieux», porté par Claire Lamarche, réalisé par Stéphanie Couillard et diffusé à 20h. Un deuxième documentaire, «Prisonniers de l’anxiété», est consacré aux adultes, mercredi prochain à la même heure.

Pourquoi est-on aussi anxieux? Les spécialistes ciblent notamment notre «hyper connectivité» aux téléphones et aux réseaux sociaux, notre obsession de la sécurité et le fait de protéger nos enfants à l’excès. Un parent qui est anxieux peut transmettre son anxiété à son enfant.

Ce qui frappe dans ce documentaire, c’est de voir la maturité de ces enfants qui vivent avec l’anxiété. Peut-être justement parce que cet état leur a volé une partie de leur enfance et les a fait grandir trop vite. Parce qu’ils connaissent parfaitement leur situation, sont capables de l’expliquer. Ce sont souvent des premiers de classe, très conscients de la réalité. Surtout pas des enfants qui inventent leur malheur, comme on a pu le croire par le passé. «T’es pas souffrant, c’est juste que t’as pas de volonté», cite une mère, qui a trop souvent dû vivre avec cette forme d’indifférence. L’humain est dur parfois.

À l’école, on nous apprend le théorème de Pythagore, mais «on ne nous apprend pas comment gérer nos émotions», dira une adolescente, de qui bien des nuits blanches auraient pu être sauvées si on lui avait fourni les bons outils. Étonnamment, les jeunes ont moins de rapports sexuels que les générations précédentes, et la solitude est l’une des principales causes de leur anxiété. Les intervenants chez Tel-jeunes reçoivent des appels d’enfants aussi jeunes que six ou sept ans, déjà capables d’identifier leur problème. C’est inquiétant.

L’anxiété chez l’enfant prend toutes sortes de formes. Antoine a peur la nuit. Pas du noir, mais d’une personne. Une personne dont il a tellement peur qu’il ne veut pas la nommer. Comme Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom dans Harry Potter. Sa solution : faire semblant d’être mort. «Tu veux que je t’explique une de mes peurs?» demande le garçon à son père, avant d’avouer : «[J’ai peur] du vide.» Kylianne, elle, est si anxieuse avant une évaluation à l’école qu’elle se cache sous un bureau et se mord le bras.  Au point que ça va rester une semaine», dit-elle de sa morsure. Les deux fréquentent l’Atelier Les gardiens du trésor à l’école primaire Sauvé, à Deux-Montagnes.

On a beaucoup à apprendre de Génération d’anxieux. Intéressant mais bourré d’entrevues avec des spécialistes, le documentaire est par moments aride et même didactique, beaucoup plus que les précédentes séries de Mme Lamarche, dont Soins intensifs et TDAH mon amour. Mais ce que j’aime de tout ça, c’est qu’on en parle, que la détresse de ces enfants et de leurs parents est nommée, expliquée. On sent aussi Claire Lamarche toujours aussi humaine, rassurante.

Dès 19h30, Format familial se consacre entièrement à l’anxiété chez les jeunes, avec la psychologue Florence Marcil-Denault et la comédienne Sandrine Bisson, elle-même anxieuse, qui montre du doigt la surprotection des enfants. Puis, à 21h aux Francs-tireurs, une table ronde sur l’anxiété des adolescents réunit la Dre Christiane Laberge, la sexologue Julie Pelletier et le neuropsychologue Benoit Hammerenger. Le second documentaire, Prisonniers de l’anxiété, mercredi prochain à 20h, souligne qu’on ne donne pas assez congé à notre tête, et se demande s’il est possible de guérir de l’anxiété.

Patrick Duquette

Ouin, pis?

CHRONIQUE / Ce vieux discours d’Andrew Scheer où il s’oppose au mariage gai m’a fait réaliser à quel point les mentalités ont évolué à une vitesse folle depuis 15 ans.

Les libéraux ont abondamment partagé cette vidéo datant de 2005, jeudi, où le chef conservateur expose ses arguments à l’encontre du mariage entre personnes de même sexe.

RICHARD THERRIEN

Le top 10 du lundi 16 septembre 2019

BLOGUE / Très peu de mouvements dans le top du lundi soir: «District 31» tient toujours la pole position devant «L'Échappée». Ce sont les seules émissions millionnaires de la soirée.

Après Alerte Amber, qui occupe toujours la troisième position, Boomerang a repris le dessus sur Discussions avec mes parents. Vue par 563 000 fidèles, Ruptures n'apparaît pas au top 10.

À V, En route vers OD arrive en tête avec 323 000 curieux, devant Un souper presque parfait (251 000) et Mets-y le Paquet (189 000). La première d'À table avec mon ex a attiré 122 000 téléspectateurs.

À RDS, le match préparatoire des Canadiens a retenu 425 000 amateurs.

1- District 31 (ICI Télé): 1 457 000

2- L'Échappée (TVA): 1 033 000

3- Alerte Amber (TVA): 969 000

4- Boomerang (TVA): 940 000

5- Discussions avec mes parents (ICI Télé): 890 000

6- Le tricheur (TVA): 834 000

7- TVA Nouvelles 18h (TVA): 784 000

8- Un zoo pas comme les autres (TVA): 777 000

9- Une autre histoire (ICI Télé): 656 000

10- TVA Nouvelles 17h (TVA): 565 000

Source: Numeris

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Patrick Duquette

La paire de bas

CHRONIQUE / Ceux qui ont le «malheur» d’être généreux en donnant régulièrement à des organismes de charité savent de quoi il en retourne. Bien souvent, ils seront inondés de bidules et de cadeaux non sollicités par l’organisme en question.

C’est arrivé à un ami lecteur. Dans un élan de bonté, il a fait un don de 100 $ à la Croix-Rouge canadienne, le printemps dernier, alors que les inondations chassaient des milliers de Québécois de leurs foyers. Touché par le sort de ces sinistrés transis et trempés, mais aussi par l’excellent travail de la Croix-Rouge, il a voulu contribuer… sans rien attendre en retour.

Télé et radio

En direct de... tant de beauté

CHRONIQUE / On connaissait le savoir-faire et l’efficacité de l’équipe d’«En direct de l’univers». Mais samedi, on a eu la preuve la plus spectaculaire de sa débrouillardise et de sa capacité à se réorienter en un temps record. À peine cinq jours après l’annulation de Patrick Bruel, on a kidnappé Normand Brathwaite pour lui proposer un spectacle qui n’avait rien d’improvisé. Pour vrai, j’étais sans mots au générique.

Parce qu’aucun détail dans cette heure ne laissait entrevoir l’état de nervosité qui a dû habiter l’équipe de France Beaudoin depuis moins d’une semaine. Celle-ci s’en est plutôt servi comme levier pour offrir le meilleur spectacle possible. «Qui a le droit?» a fredonné à la blague Normand Brathwaite, quand l’animatrice est allée le réveiller à sa résidence de Saint-Paul-d’Abbotsford. On a eu droit à de grands moments, comme Claude Dubois, venu reprendre l’une de ses plus belles, J’ai souvenir encore, malgré la maladie. Et l’arrivée surprise de la divine Sarah Slean, devant qui l’invité a échappé : «m’as mourir, câlisse!» Voir Normand incrédule d’entendre son fils Édouard — «tu chantes?» le voyait-on articuler — faisait partie des moments uniques de cette émission. Et pour nous «achever», Richard Séguin est apparu devant un immense chœur pour clore l’émission avec Chanson pour durer toujours, plus belle chanson d’amour de tous les temps selon Brathwaite. Comment ne pas verser une larme devant tant de beauté?

L’absence de Patrick Bruel a bien entendu attiré la curiosité; 926 000 téléspectateurs étaient au rendez-vous, samedi sur ICI Télé. Pas un record, mais presque — seules la spéciale de Céline Dion et les émissions pour Luc Dionne, Guy A. Lepage et L’auberge du chien noir ont fait mieux. À Télé-Québec, la première de Cette année-là a rallié 123 000 fidèles et la spéciale Festival de montgolfières de Gatineau reçoit Belle et Bum, 113 000. Vendredi, la première de Faites-moi rire! avec Pénélope McQuade a retenu 364 000 téléspectateurs sur ICI Télé, contre 542 000 pour Du talent à revendre : le championnat mondial à TVA.

VÉRO DE RETOUR AUX GÉMEAUX

Animé par Véronique Cloutier, le Gala des Prix Gémeaux a fait un bond spectaculaire dans les sondages, attirant dimanche 1539 000 téléspectateurs, contre 1291 000 l’année dernière. En trois ans, la soirée a gagné 500 000 téléspectateurs sur ICI Télé. Pas étonnant que le diffuseur ait déjà annoncé que Véronique Cloutier sera de retour à l’animation l’année prochaine. L’avant-gala a aussi connu une bonne augmentation, retenant 1017 000 curieux, comparativement à 796 000 l’an dernier. Quant à L’après-gala, il a quant à lui attiré 164 000 couche-tard. À TVA, l’émission spéciale Au cœur de Révolution : la saison 1 a été vue par 666 000 téléspectateurs.

Patrick Duquette

Un goût amer d’injustice

CHRONIQUE / Même un très bon règlement municipal peut créer son lot d’injustices. Parlez-en à Andrée Lavoie. Son compte de taxes municipales a explosé de 81 % cette année en raison de la nouvelle taxe sur les terrains vagues desservis à Gatineau.

Cette nouvelle taxe visait au premier chef les vastes stationnements et les grands espaces vides du centre-ville. 

Comme je le disais, c’est une bonne taxe, destinée à forcer les gros joueurs immobiliers à développer leurs terrains.

RICHARD THERRIEN

Un bond spectaculaire pour les Gémeaux

BLOGUE / Animé par Véronique Cloutier, le gala des prix Gémeaux a fait un bond spectaculaire dans les sondages, attirant dimanche 1 539 000 téléspectateurs, contre 1 291 000 l'année dernière. En trois ans, la soirée a gagné 500 000 téléspectateurs sur ICI Télé. Pas étonnant que le diffuseur ait déjà annoncé que Véronique Cloutier sera de retour à l'animation l'année prochaine.

L'avant-gala a aussi connu une bonne augmentation, retenant 1 017 000 curieux, comparativement à 796 000 l'an dernier. Quant à L'après-gala, il a quant lui attiré 164 000 couche-tard.

L'absence de Patrick Bruel a bien entendu attiré la curiosité sur En direct de l'univers; 926 000 téléspectateurs étaient au rendez-vous samedi sur ICI Télé, pour voir l'émission qu'on avait préparée en quelques jours pour Normand Brathwaite. Pas un record, mais presque – seules la spéciale de Céline et les émissions pour Luc Dionne, Guy A. Lepage et L'auberge du chien noir ont fait mieux. À Télé-Québec, la première de Cette année-là a rallié 123 000 fidèles et la spéciale Festival de montgolfières de Gatineau reçoit Belle et Bum, 113 000.

Vendredi, la première de Faites-moi rire! avec Pénélope McQuade a retenu 364 000 téléspectateurs sur ICI Télé, contre 542 000 pour Du talent à revendre: le championnat mondial à TVA.

1- 34es Prix Gémeaux (ICI Télé): 1 539 000

2- L'avant-gala (ICI Télé): 1 017 000

3- Vlog (TVA): 772 000

4- Au coeur de Révolution: la saison 1 (TVA): 666 000

5- TVA Nouvelles 18h (TVA): 611 000

6- Le téléjournal 22h20 (ICI Télé): 522 000

7- Découverte (ICI Télé): 516 000

8- Sports express (ICI Télé): 338 000

9- Le téléjournal 18h (ICI Télé): 248 000

10- À l'affiche dimanche: Mamma Mia! (TVA): 216 000

Source: Numeris

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Patrick Duquette

Je vous souhaite la paix, madame

CHRONIQUE / Il nous arrive encore de recevoir au Droit des lettres écrites à la main et envoyées par la poste comme au bon vieux temps. Des missives parfois très touchantes comme celle de Paulette Proulx. Elle débutait avec un avertissement en lettres majuscules : ATTENTION AUX LIVRES DE SIGNATURES !

La dame relate qu’après le décès de son mari, elle s’est retrouvée devant un fait accompli : on n’a pu lui remettre le registre de signatures qui accompagne le défunt tout au long des funérailles.

Télé et radio

Gémeaux: Véro livre un gala de feu!

CHRONIQUE / Véronique Cloutier a offert un des meilleurs galas des Prix Gémeaux des dernières années dimanche. Un tas de bonnes idées pour une soirée rythmée, drôle, surprenante, qui a largement récompensé «District 31», «Plan B» et «Unité 9». Glamour et magie étaient au rendez-vous.

On pouvait rechigner sur certains choix de nominations – où était Ruptures? Mais pour le reste, rien à redire sur les choix de l’Académie en ce qui concerne les gagnants. Et pourtant, on a frôlé la catastrophe quand un petit incendie s’est déclaré dans le décor en début de gala. On voulait mettre des étincelles, a lancé une Véronique Cloutier jamais déstabilisée, elle qui n’avait pas animé le gala depuis 2015. Son numéro d’ouverture, très dansant et riche en images, un hommage à notre télé, était spectaculaire, bien qu’un peu pompeux par moments. Outre le court monologue d’ouverture, un peu faible, le reste a coulé de source.

À LIRE AUSSI: Les Gémeaux couronnent «District 31»

Pour une deuxième année consécutive, Plan B a ravi l’Académie, qui lui a accordé le Gémeaux de la meilleure série dramatique, au détriment de Faits divers, encore une fois. Sophie Lorain, qui brille dans ce deuxième Plan B, a renoué avec les Gémeaux, quatre ans après son trophée pour Au secours de Béatrice. Récompensé pour Mensonges, Claude Legault a voulu saluer Yvon Leduc, cofondateur de la LNI, actuellement très malade. Unité 9 a eu son lot de prix dimanche, ceux de la meilleure série annuelle et de la meilleure actrice, décerné à Eve Landry pour son rôle de Jeanne, et qui l’attendait «depuis 26 ans». Belle façon de conclure l’aventure d’Unité 9, l’auteure Danielle Trottier en est presque venue aux larmes. Contre son «papa» Guy Nadon, Stéphane Demers a remercié TVA d’avoir accepté qu’un rôle principal dans O’ ne soit pas confié à une vedette. Pour une fois, c’est Charles O’Hara qui a gagné.

Après avoir été récompensée pour les textes, Florence Longpré l’a été pour son interprétation d’Ada dans M’entends-tu?, 14 fois en nomination. «J’étais tellement un enfant bizarre. Merci de m’avoir laissée dessiner sur mes murs, j’en ai fait un métier», a-t-elle envoyé à son père, les sanglots dans la voix. Christian Bégin et la réalisatrice Miryam Bouchard avaient été couronnés en après-midi pour cette même série, battue par Lâcher prise dans la catégorie des comédies. Très heureux pour Fabien Cloutier, récompensé pour son rôle dans l’excellente comédie Léo, et visiblement très touché.

Avec 16 nominations et sept prix en tout, District 31 domine au tableau des gagnants. Le méchant Yanick Dubeau a valu à Patrice Godin le Gémeaux du premier rôle masculin, alors qu’Hélène Bourgeois Leclerc a remporté celui du rôle féminin, après son trophée Artis du printemps. «Merci Luc Dionne, à cause de toi, y’a deux millions de personnes qui m’haïssent», a lancé Godin à l’auteur de la série la plus regardée de la télé. La quotidienne de Luc Dionne a même décroché le prix du public, contre des titres comme Ruptures et En direct de l’univers. Clash, seule autre série éligible pour le trophée des quotidiennes, n’était pas de taille pour affronter District 31. «On n’a pas autant de moyens, mais on a autant de talents et de passions. On va rester pour et avec le public québécois», a dit Fabienne Larouche, chaudement applaudie, au sujet des Netflix et compagnie.

Beaucoup de bonnes idées dans les numéros de présentation, à peu près tous réussis. Franchement drôle ce quatuor de compétiteurs pour la première présentation, Guy A. Lepage, Julie Snyder, Christian Bégin et Charles Lafortune. L’harmonie a rapidement laissé place au sarcasme et aux «bitcheries». «J’me tanne jamais de voir toujours les mêmes personnes recevoir les mêmes petites cartes funny de Dany», a envoyé Bégin à Guy A., avant de se faire dire par Lafortune: «Moi, j’ai un char. Toi, t’as un scooter.» Puis: «tu salueras ta gang de surdoués d’Occupation double a-t-il lancé à Julie, qui ne pouvait s’empêcher celle-ci sur Star Académie: «ça faisait juste trois millions de cotes d’écoute, c’pas sûr qu’ils vont me reprendre.»

Les très fâchés Sébastien Dubé des Denis Drolet et Pierre Hébert ont offert un numéro génial de démolition des émissions de variétés en nomination. Elles y ont toutes passé, dont Révolution, une émission où «ça garroche des foulards, ça braille», a lancé le Denis barbu. Ou 1res fois, animée par «la guédaille qui change de tête sans arrêt». Même En direct de l’univers y a goûté, mais Révolution a remporté le prix. Une des meilleures idées était la vidéodescription des extraits de téléréalité par des vedettes telles que Jean Leloup (oui, oui, le vrai), le Denis à palettes, Sonia Vachon, et même Marc Cassivi pour Occupation double Grèce et Rodger Brulotte pour XOXO! On en aurait pris encore.

Il n’y a pas trop d’«émissions de vedettes qui se parlent entre vedettes», selon Jean-Philippe Dion, qui a reçu le prix de la meilleure émission ou série d’entrevues ou talk-show pour La vraie nature, et présenté par les sensations du tennis Félix Auger-Aliassime (sur scène) et Bianca Andreescu (sur écran). Un autre prix mérité, comme celui du Bye Bye 2018, remis à une équipe qui sera renouvelée en décembre. Pierre Brassard paraissait un peu amer, non? Ovation pour Béatrice Picard, dont on a souligné les 71 ans de carrière, en plus de la couronner de nouveau, 61 ans après le Gala des Splendeurs, dont on a vu un extrait. Hommage imprévu, court mais senti et chaudement applaudi.

Mais le moment le plus émouvant nous a certainement été offert en fin de soirée par tous ces gens auxquels on s’est attaché, de séries comme De garde 24/7, Deuxième chance et 180 jours. Voilà qui mettait fin à une soirée flamboyante, sans temps morts, qui devrait encore appartenir à Véronique Cloutier l’année prochaine.

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Patrick Duquette

Dans le costume de la princesse

CHRONIQUE / Une heure du conte pour de jeunes enfants avec… une drag queen ? Pourquoi pas!

C’est l’activité inusitée qui se tiendra ce samedi dans un centre communautaire du quartier de Bells Corner — un fief pourtant réputé très conservateur de l’ouest d’Ottawa.