Des tables à pique-nique, avec vue sur le fjord, sont installées à proximité du stationnement du site.

Un retour aux sources

CHRONIQUE ESTIVALE / Il y a de ces paysages qui marquent, qui laissent un souvenir indélébile dans nos mémoires. Le site de L’Anse-de-Tabatière, à L’Anse-Saint-Jean, et la vue imprenable qu’il offre sur le fjord du Saguenay, fait partie, pour moi, de ceux-là.

L’endroit, offrant une vue sur l’anse du même nom et situé sur le territoire du Parc national du Fjord-du-Saguenay, a en fait été l’un de mes premiers contacts avec la région. Lavalloise d’origine, j’ai emménagé à 17 ans au Saguenay, afin d’y poursuivre des études en journalisme, au Cégep de Jonquière, en Art et technologie des médias.

Le sentier de quelques centaines de mètres, bien aménagé et facilement accessible, fait du site de L’Anse-de-Tabatière un endroit idéal pour les familles ou pour les personnes qui souhaitent admirer le fjord sans avoir à faire une randonnée de plusieurs kilomètres.

Des proches, fiers de me faire découvrir leur coin de pays, m’avaient généreusement fait visiter différents sites et attraits de la région, peu de temps après mon arrivée.

La vue sur le fjord du Saguenay, depuis le site de L’Anse-de-Tabatière, m’avait coupé le souffle. Les eaux calmes du Saguenay reflétaient alors les couleurs pastels du coucher du soleil, bordées par les falaises de l’ancienne vallée glaciaire.

Les belvédères du site de L’Anse-de-Tabatière proposent des panneaux d’interprétation pour ceux qui souhaitent en apprendre davantage sur le fjord du Saguenay.

Il s’agissait alors de ma première découverte des beautés de la région, mais aussi des régions du Québec et des panoramas grandioses qu’elles offrent. Pour moi qui débarquais de Laval, ville de banlieue sans saveur, cela marquait alors l’ouverture d’un tout nouvel horizon sur notre province.

10 ans plus tard
Je n’y étais jamais retournée depuis. Tout près de 10 ans plus tard, une nouvelle visite s’imposait. L’endroit a bien changé depuis, mais le paysage, lui, demeure tout aussi saisissant. La route qui mène au site est maintenant asphaltée, un poste d’accueil y attend les visiteurs et l’endroit a bénéficié de plusieurs aménagements. Une belle surprise !

Les imposants câbles de la ligne haute tension Micoua-Laurentides qui traversent à cet endroit les 1,6 km qui séparent les deux rives rappellent les défis d’ingénierie relevés afin de transporter l’électricité à travers la province.

Le sentier de quelques centaines de mètres, bien entretenu et facilement accessible, propose de grands belvédères et quelques bancs pour admirer le paysage. Cette visite peu coûteuse est idéale pour les familles – de l’animation est même proposée sur le grand belvédère – ou encore pour les personnes qui souhaitent avoir un point de vue sur le fjord sans avoir à faire une randonnée.

Les curieux pourront également en apprendre sur les origines géologiques du fjord, sur la navigation sur ses eaux et sur les imposants câbles de la ligne Micoua-Laurentides qui traversent le Saguenay à cet endroit, grâce à des panneaux d’interprétation.

Le site de L’Anse-de-Tabatière, qui fait partie du Parc national du Fjord-du-Saguenay, propose l’un des plus beaux points de vue sur le fjord, d’autant plus accessible en voiture.

Un conseil : étirez votre visite en amenant une collation ou un lunch et profitez des tables à pique-nique, avec vue sur le fjord, installées sur place.

Méconnu des régionaux
J’ai par ailleurs été surprise, par un beau dimanche ensoleillé d’été, de constater que la grande majorité des visiteurs croisés sur les lieux étaient des touristes.

Le site de L’Anse-de-Tabatière, qui fait partie du Parc national du Fjord-du-Saguenay, propose l’un des plus beaux points de vue sur le fjord, d’autant plus accessible en voiture.

Les gens du Saguenay-Lac-Saint-Jean sont des gens fiers, c’est bien connu. Soyez fiers d’amener la visite sur un tel site. Même si vous avez déjà vu le fjord de nombreuses fois, on ne peut se lasser de tant de beauté.

Vue panoramique du fjord du Saguenay, depuis l’un des belvédères du sentier.