Un brin de laine brun

CHRONIQUE / J’aimerais savoir pourquoi les Québécois disent [ju-un] et non [ju-in]. Il y a pourtant bien un i et non un u... Pierre Bruneau est un des seuls à bien prononcer ce mot. Pour les autres, on repassera. Même à l’école, on ne s’en soucie pas. Les Français le disent correctement par contre. (Réjeanne Hélie, Shawinigan)

Voici ce que je répondais à une question similaire le 10 octobre 2014.

Effectivement, dans le Petit Robert, la transcription phonétique du mot juin correspond bien au son [in]. Mais par souci de justice, il faudrait aussi expliquer aux Français que le mot brun ne se prononce pas [brin]!

Peut-être l’avez déjà remarqué, mais le son [un] est en nette voie de disparition en France. Faites le test avec un ami français et demandez-lui de répéter la phrase : « Un brin de laine brun. » Il y a de fortes chances que ça sonne comme « un brin de laine brin ». Essayez avec d’autres mots comme lundi, chacun ou parfum. Dans une chanson du groupe français Indochine, l’auteur a fait rimer parfum et main.

C’est même devenu une blague courante avec mon copain breton. Une fois sur deux, lorsqu’il commande du pain brun ici, il se retrouve avec du pain blanc. Il a beau appuyer : « Du pain brin! — Vous avez bien dit du pain blanc, n’est-ce pas? »

Au Québec, nos voyelles nasales [an, in, on, un] sont très affirmées. Plusieurs trouvent d’ailleurs que le français québécois se parle beaucoup du nez. Ce n’est pas notre faute, c’est un héritage de nos ancêtres, importé ici au XVIIe siècle.

Mais en France, la différence entre les voyelles nasales s’est érodée, surtout entre le [un] et le [in]. Du moins, par rapport à nous, car dans l’oreille d’un Français, les deux sont encore bien distincts.

En revanche, étant donné que notre son [in] est beaucoup plus pointu ici (comparez un Québécois et un Français qui disent le mot pain), notre [an] a pris une sonorité qui rappelle davantage le [in] en France. Ce qui est une autre source de confusion, et j’y ai goûté quelques fois : « On va s’asseoir sur ce banc? — Mais de quel bain parles-tu? »

Bref, je ne crois pas qu’il faille reprendre les gens qui disent [ju-un], car les différences phonétiques font souvent partie des accents. Et elles créent de si gentils quiproquos...

Alors, chéri, tes toasts, ce matin? Du pain brin ou du pain blinc?

Perles de la semaine

Enfin, les perles du bac 2019 sont arrivées! Voici quelques réponses aux examens de littérature et d’histoire du XXe siècle.


Dans « Britannicus », Néron a eu un coup de foutre sur Junie

La radio est devenue la presse écrite à l’oral.

Mitterrand a fait la déprivatisation des radios privées qui deviennent publiquement déprivatisées

Les vers de Charles T. de Verlaine ont été utilisés pour parler du débarquement de Normandie.

Après la Seconde Guerre mondiale, dans les années 20, un nouveau média apparaît : internet.


Questions ou commentaires? Steve.bergeron@latribune.qc.ca.