Chronique portant sur «porter»

CHRONIQUE / Très souvent, on entend les gens dire: «Je suis allé porter mon enfant à la garderie.» Selon moi, il s’agit d’une erreur lorsqu’on fait référence à un être humain. On devrait plutôt dire, par exemple: «Je suis allé reconduire mon enfant à la garderie.» Qu’en pensez-vous? (Pierre Germain, Québec)

Voici ce que je répondais à une question semblable le 16 novembre 2007.

De savoir déjà que l’on amène et emmène généralement des personnes et que l’on apporte et emporte des choses donne un bon indice que cette façon de dire ne tourne pas rond.

On peut certes porter quelqu’un, mais cela veut dire qu’on le soutient physiquement. On peut porter un enfant dans ses bras, un champion sur ses épaules, un blessé sur son dos.

Le verbe «reconduire» est aussi employé à mauvais escient dans ce contexte. Reconduire une personne, c’est l’accompagner lorsqu’elle s’en retourne. Il est donc correct de reconduire des enfants chez leurs parents, de reconduire un visiteur à la porte quand il s’en va, de reconduire un prisonnier à sa cellule. Mais on ne peut reconduire son époux chaque matin à son travail.

Il est ainsi préférable d’utiliser des verbes comme «mener», «emmener», «déposer» et «conduire». J’ai déjà abordé la différence entre «amener» et «emmener» dans une précédente chronique (amener ici, emmener là-bas), mais en cas d’incertitude, il est bon de savoir que le verbe «conduire» peut être utilisé peu importe le contexte, même si on conduit le plus souvent quelqu’un loin du lieu de départ.


                                             ***


«À entendre et à lire les gens, les problèmes ont cessé d’exister. Ce serait une excellente nouvelle si on ne les avait pas remplacés par des "problématiques". Du même souffle, les fêtes et festivals n’ont plus de thèmes mais des "thématiques". J’en perds le peu de cheveux qu’il me reste.» (Michel Bouchard, Gatineau)

Voici ma réponse du 27 mars 2009 à une question similaire et qui peut également s’appliquer aux mots «thème» et «thématique».

Nous, journalistes, adorons les problèmes. Sans eux, nous perdrions les trois quarts de nos sujets! Mais à force de nager dans les problèmes et les problématiques, il peut arriver que nous ne fassions plus la distinction.

Je rappelle donc mes collègues à l’ordre: une problématique est un ensemble de problèmes liés à un même sujet. Le réchauffement de la planète est une problématique, car il est source d’une foule de problèmes comme la montée du niveau des eaux, les sécheresses, la disparition de certaines espèces...

Quand il s’agit simplement d’une question théorique ou pratique difficile à résoudre, c’est un simple problème. Qui n’est peut-être pas simple à résoudre. Simple, non?

Dans la même veine, une thématique est un ensemble ou un système organisé de thèmes. Dans le cas des événements festifs, ce sont donc plus souvent des thèmes que des thématiques, 


Perles de la semaine

Suite des perles du bac 2019, cette fois en histoire-géo. 

«Les chrétiens, on les retrouve au Liban, ils sont appelés les macronistes [maronites].»

«Avec l’application de la chariat, les femmes n’ont pas le droit de porter le voil.»

«L’invasion du Koweït par Saddam Hussein, en 1991, eut lieu pendant la guerre de Corée.»

«L’appel du général de Gaulle permit l’augmentation considérable des résistancialistes.»

«Charles de Gaulle fait naître une nouvelle aire.»


Questions ou commentaires? Steve.bergeron@latribune.qc.ca.