Vers la Skiroute des bleuets

CHRONIQUE / Piquer une jasette avec Pierre Lavoie, ce n’est jamais anodin. Je lui téléphone la semaine dernière pour lui parler de Force 4, une initiative pour faire bouger les jeunes 60 minutes par jour dans les écoles primaires et il m’informe au sujet de la grande marche de nuit, la Nuit du Grand défi Pierre Lavoie, pour les élèves du secondaire, qui aura lieu le 17 avril.

Quelques minutes après l’entrevue, il me rappelle pour me dire qu’une de ses plus belles réalisations est La Petite Expé. « C’est un projet pilote qui a commencé chez nous, au parc de la Rivière-du-Moulin à Chicoutimi. On prête des équipements de ski de fond gratuitement aux jeunes et l’accès aux pistes est gratuit. Ça facilite la participation des élèves lors de classes des neiges alors que les écoles n’ont pas besoin de fournir les équipements ou de payer pour en louer », explique-t-il.

« L’hiver dernier, Le Grand Défi avait acheté 2000 équipements de ski de fond répartis dans 31 centres de ski devenus partenaires. Pour cet hiver, nous avons acheté 1000 paires de skis de plus et nous avons ajouté dix centres de ski pour monter à 41 les centres qui adhèrent à ce projet », lance-t-il fièrement.

Activité inclusive

« L’ambassadeur de La Petite Expé est le skieur olympique Alex Harvey. On a réussi à initier 100 000 jeunes au ski de fond et le but n’est pas d’en faire des athlètes olympiques. C’est une activité inclusive, il n’y a pas de compétition, les jeunes partent en groupe sur les pistes damées et se suivent dans la nature hivernale, qu’on soit bon ou moins bon, tous le pratiquent à leur rythme », fait valoir celui qui s’inspire de la Norvège pour valoriser le ski de randonnée.

Le projet pilote La Petite Expé permet aux jeunes de s’initier gratuitement au ski de fond.

Les centres partenaires du programme s’engagent à accueillir gratuitement les écoles primaires du Québec et les enfants de 12 ans et moins en tout temps et prêtent gratuitement les équipements (ski de fond, bottes et bâtons) et aident les écoles en encadrant les classes de neige.

« En plus, on demande aux centres partenaires d’accueillir les jeunes avec le sourire et de leur demander s’ils ont aimé leur journée de ski, s’ils ont aimé jouer dehors avec leurs amis. Ça fait partie de la littératie physique des jeunes. Avec le ski de fond, on leur donne de la motivation, de la confiance et ils se sentent compétents », explique Pierre Lavoie.

« Nous avons aussi la Sépaq comme partenaire qui rend la gratuité accessible jusqu’à l’âge de 17 ans dans les centres et les parcs où il y a des sentiers de ski de fond. Quand nous apprenons une activité sportive dès notre jeune âge, ça nous suit toute notre vie et on s’en rappelle à l’âge adulte. Au Québec, nous avons six mois d’hiver et le ski de fond peut s’inscrire dans notre mode de vie comme en Norvège », fait savoir celui qui souhaite populariser le ski de fond comme il a réussi à populariser le vélo et la marche en période estivale.

Tour du lac en ski de fond

C’est vrai que le ski de fond a autant de raisons de s’inscrire dans nos habitudes hivernales que le hockey. Inscrire un jeune dans une ligue de hockey, ça coûte une terre en bois debout alors que le ski de fond est gratuit. J’ai appris à faire du ski de fond avec mes frères dans mon jeune âge et je le pratique depuis quelques années. Je fréquente occasionnellement le parc de la Rivière-du-Moulin et parfois je me laisse attirer le soir sur la rivière et j’y croise des skieurs avec leur lampe frontale. Souvent, ils sont en groupe et de loin j’ai droit à un bal lumineux à travers le ciel étoilé.

Peut-être qu’un jour la Véloroute des Bleuets sera damée de pistes de ski de fond l’hiver et que les gens l’utiliseront gratuitement pour prendre l’air comme cela peut se faire dans les centres de la région pour les jeunes de 12 ans et moins. Peut-être qu’on pourra organiser un Tour du lac en ski de fond ou un genre de Tour du lac à relais où des équipes composées de 5 ou 10 skieurs pourraient faire le tour du lac en ski en parcourant chacun des distances allant de 10 à 25 kilomètres, un peu sur le principe du Grand défi.

Évidemment, il y a quelques embûches organisationnelles et quelques défis à relever, mais les défis sont faits pour être relevés. Si Pierre Lavoie veut nous organiser un Tour du lac en ski de fond sur la Véloroute, je m’engage à faire partie des premiers participants. Ça pourrait être un beau projet-pilote en 2021, je suis convaincu que les municipalités du Lac seraient prêtes à embarquer dans une telle folie. Les équipes pourraient faire le tour du lac en deux jours, dans un esprit d’inclusion comme le veut la démarche de Pierre Lavoie, pas de chronomètre, pas de temps et pas de record à battre et ensuite à chaque région son Grand défi en ski de fond. En route vers la Skiroute des Bleuets.

Centres régionaux où le ski de fond est gratuit pour les moins de 12 ans

• Mont-Édouard, L’Anse-Saint-Jean

• Club de ski de fond Dorval d’Alma

• Club Tobo-Ski, Saint-Félicien

• Centre Do-Mi-Ski, Dolbeau-Mistassini

• Centre plein air Bec-Scie, La Baie

• Club Plein Air Ouiatchouan, Chambord

• Club de ski de fond Le Norvégien, Jonquière

• Parc de la Rivière-du-Moulin, Chicoutimi

• Association des sportifs d’Albanel, Albanel