Roger Blackburn
Le Quotidien
Roger Blackburn

Une fenêtre inexploitée sur le fjord [PHOTOS]

CHRONIQUE / Je trouve des fois qu’on n’est vraiment pas bon. Le rang Saint-Martin à Chicoutimi, du chemin de la Grande-Anse jusqu’au boulevard du Saguenay Est, à Rivière-du-Moulin, représente une des plus belles portions de la Route du fjord. Je l’ai déjà écrit et je le répète, cette route campagnarde et bucolique offre de magnifiques fenêtres sur le fjord du Saguenay.
Les paysages sont bucoliques dans le rang Saint-Martin.

C’est une des plus belles routes de la région et elle figure au 10e rang des pires routes du Québec en 2019, selon le palmarès de CAA-Québec. Je m’explique mal comment ça se fait que nos élus n’ont pas cette vision de mettre en valeur ces 14 kilomètres de beautés naturelles.

Debie Waayenberg de l’Alberta profite de son passage au Saguenay pour profiter des paysages offerts en passant par le Rang Saint-Martin.

C’est aussi beau que l’Île d’Orléans avec ses points de vue sur le fleuve. Chemin faisant, à pied, en vélo, en moto ou en auto, on y croise ce que la campagne a de plus beau à offrir, avec vue sur la rivière Saguenay en prime.

On y découvre des fermes, de vieilles granges en bois gris, des champs, des chevaux, des jardins, des sites de cueillette de petits fruits, de superbes habitations, dont certaines sont de véritables domaines, et une nature abondante.

La route bucolique de Saguenay

Si j’étais un élu de Saguenay, c’est sûr que j’élaborerais un projet pour faire du rang Saint-Martin la destination bucolique du Saguenay. Je proposerais de refaire la chaussée et d’y aménager une piste cyclable dans le cadre d’un projet de la Véloroute du fjord. Je proposerais une excursion incroyable entre le Musée du fjord à La Baie et le Musée de la Pulperie de Chicoutimi. Selon Google map, la distance est de 42 kilomètres en passant par le rang Saint-MartinC C’est la distance pour un marathon, le marathon bucolique de la Route du fjord.

Ce serait ça, mon grand projet pour le Saguenay. On pourrait même y aménager des haltes routières, dont une, entre autres, sur le superbe terrain sur les rives du Saguenay qui avait créé une controverse lors de son achat par le conseiller Jacques Fortin.

Le raqng Saint-Martin, c’est la campagne en ville.

Avec les vélos électriques qui vont dominer le marché d’ici quelques années, les côtes ne seront plus un obstacle pour le cycliste moyen qui veut s’offrir de beaux paysages. La Véloroute du fjord doit se développer par le rang Saint-Martin, lequel devrait figurer sur la liste des plus belles routes du Québec et non pas sur la liste des pires routes.

C’est par le rang Saint-Martin que passe aussi le sentier Katapatakan, connu sous le nom de « Petit Compostelle ». On voit les affiches le long du chemin indiquant que nous sommes sur ce chemin et sur la Route du fjord. C’est par là que devrait passer la Route verte transcanadienne, mais comme il n’y a pas d’accotement, les touristes passent par le boulevard Saint-Jean-Baptiste.

Négligée depuis 50 ans

Nos élus traitent cette route bucolique en la négligeant, en étendant des « patchs » d’asphalte par-dessus d’autres « patchs » d’asphalte qui recouvraient déjà d’autres secteurs négligés bardés de nids de poules et de fissures datant de l’époque de la colonisation.

Ghislain Boily, qui habite le rang Saint-Martin depuis 25 ans, n’en revient pas. Il a fait une signalisation sur le site de Ville de Saguenay : « Je ne peux pas croire que personne dans cette ville ne connaît pas les centaines de nids de poules qui se multiplient de jour en jour dans le rang Saint-Martin, il y en a qui datent de trois ans. Mes taxes servent à quoi ? »

On lui a fait parvenir une réponse automatisée lui disant qu’on s’occupe de faire le suivi. « En face des réservoirs d‘essence d’Énergie Valero, c’est carrément dangereux. Ils ont “patché” deux trous et on dirait qu’ils ont manqué d’asphalte. Il y un grand trou très dangereux pour les automobilistes ». Je l’ai constaté et c’est un cas de cône orange pour prévenir le danger, c’est inacceptable.

« Du temps du maire Jean Tremblay, on avait droit à un kilomètre d’asphalte pour chaque année d’élections aux quatre ans. La mairesse Josée Néron nous a promis un kilomètre par année. J’ai 72 ans ; je ne verrai jamais la fin de ce chantier », se désole-t-il.

Des milliers de nids de poule

Le conseiller Michel Potvin est bien au fait de la situation. « La première année de notre mandat, nous avons fait 500 mètres de pavage. La deuxième année on a fait 800 mètres à partir du Chemin du Golf jusqu’à la rue Cormier et cet été, on veut en faire 780 mètres jusqu’aux réservoirs pétroliers d’Énergie Valero », fait savoir le conseiller du secteur.

Je lui ai demandé ce qu’il entend faire avec la centaine de nids de poule que j’ai compté dans le rang Saint-Martin . « Tu as sûrement dû mal compter, il y en a bien plus que ça. Tu pourrais en compter 1000 dans le rang Saint-Joseph », lance-t-il. Nous avons un retard de 50 ans à combler dans les rangs. Je compte au mois dix rangs dans mon secteur et il faudrait 50 millions de dollars pour refaire le pavage. Je dois me battre avec les autres conseillers municipaux quand je réclame de l’argent pour paver les rangs. Je me fais dire qu’il n’y a pas de monde sur ces routes. Cette année, nous allons mettre de 18 à 20 millions de dollars en pavage et un tiers du budget sera alloués aux rangs. On s’est donné huit ans pour les mettre à niveau », fait-il valoir.

Ça vaudrait peut-être la peine de former une coalition afin de réaliser un projet majeur pour la Véloroute du fjord en collaboration avec la Route verte et les trois paliers de gouvernement pour mettre en valeur le rang Saint-Martin, lequel devrait figurer sur la liste des plus belles et non sur la liste des pires routes du Québec.