La Petite Maison blanche de Chicoutimi est un monument vedette pour les touristes depuis 22 ans, même si elle est ouverte au public depuis seulement 2005.

Une célèbre petite maison

La Petite Maison blanche dans le secteur du Bassin à Chicoutimi attire encore les touristes et les curieux, 22 ans après le tragique déluge du Saguenay. Je suis allé faire un tour mercredi après-midi, curieux de savoir qui visite encore cette maison comme attrait touristique.

Le stationnement, près de la digue du barrage Price, était plein et une dizaine de personnes faisaient la queue devant l’entrée du sous-sol de la maison. Les quelques tables à pique-nique étaient occupées par des visiteurs qui avaient ouvert leur glacière pour « luncher » sur place.

Un incontournable
« C’est un incontournable. On l’a tellement vue à la télé quand on suivait les événements », commente un couple de la Mauricie, qui a choisi la région pour passer leur semaine de vacances.

« Ce sont des lectures sur Val-Jalbert qui ont justifié notre destination vacances. Nous avons aussi visité la marina de Roberval et ce soir nous allons voir La Fabuleuse ; nous l’avons vu il y a 30 ans et on a hâte d’y retourner », a confié le couple, qui apprécie son séjour.

« Nous, ce sont les tipis et les yourtes qui nous ont attirés, on est ici pour la paix et la tranquillité », me lancent deux vacanciers de Lanaudière qui vont poursuivre leur route vers Tadoussac. « On a tous vu la Petite Maison blanche à la télé et là c’est l’occasion de la voir en vrai », de commenter les voyageurs, qui avaient aussi deux billets pour La Fabuleuse histoire d’un Royaume en soirée. En fait, j’ai rencontré huit couples et familles lors de ma visite et tous avaient des billets pour le spectacle, un autre incontournable de la région.

L’histoire d’une famille
C’est vrai que c’est une attraction touristique sympathique à visiter. Ça prend à peine une heure de notre temps et ça raconte, non seulement l’histoire du déluge du Saguenay, mais aussi l’histoire de la famille Genest et de la grand-mère Jeanne d’Arc Lavoie Genest. La présentation visuelle au troisième étage est vraiment sympathique. Une trentaine de personnes entassées sur des tabourets de bois – il y a même deux vieilles chaises berçantes – regardent la présentation de quelques minutes, qui retrace l’histoire de la maison construite en 1890.

« Ça touche les gens et il y en a pour tous les goûts. Certaines personnes revivent leur histoire et leur passé en voyant des photos du jeune couple avec huit enfants dans le vieux quartier de la ville ; pour d’autres c’est la construction centenaire pièce sur pièce ; pour certains c’est une curiosité, car les images de la maison ont fait le tour du pays », fait valoir le gestionnaire du musée, Sylvain Genest, petit-fils de Jeanne d’Arc Lavoie et Alyre Genest.

Vedette du Saguenay
Je crois sincèrement que la Petite Maison blanche est le monument le plus connu au Saguenay. Pendant trois jours, les caméras de télévision étaient braquées sur la petite habitation qui faisait les manchettes partout au pays. Elle est rapidement devenue un symbole de ténacité, de courage et de résistance, elle a été vue par des millions de personnes.

Tous les Québécois la connaissent alors que le décompte du Bye Bye de 1996 a eu lieu devant la maison blanche. Avec les années, elle est devenue une image de marque pour le Saguenay et elle a été prise en photo par des centaines de milliers de personnes, reproduite en peinture et en maquette de toutes sortes.

Sylvain Genest affirme que le bouche-à-oreille est aussi très important pour assurer la popularité du musée. « Elle est très connue et les gens qui la découvre recommandent à leurs amis de la visiter, on reçoit entre 19 000 et 20 000 visiteurs par année », estime celui qui gère les activités du musée et qui veille à l’entretien de la bâtisse, qui appartient à la Ville de Saguenay.

Des projets
Les droits de l’image de la maison appartiennent à notre journal, le Progrès du Saguenay, qui en a fait l’acquisition par le passé et qui a longtemps figuré dans le logo du Quotidien. Sylvain Genest dit avoir des projets pour la petite maison, dont le renouvellement complet des systèmes d’éclairage extérieur, l’ajout de fontaines et de petits ponceaux pour permettre aux gens de circuler sur les rochers autour de la maison.

« La maison est éclairée par de gros spots blancs, mais aujourd’hui, avec la technologie des lumières DEL on peut réaliser des choses très intéressantes », estime le responsable du musée.