Le premier ministre Justin Trudeau a rempli les engagements de son épouse Sophie Grégoire qui a dû annuler une visite à la résidence Saint-Alexis de La Baie. Le charismatique personnage a semé des sourires sur son passage.

Un semeur de sourires

Je revois encore cette vieille dame, toute petite, poussant sa marchette et qui a fait le tour de la salle à manger, avançant à petits pas pour se trouver sur le chemin du premier ministre canadien Justin Trudeau. J’étais près d’elle et je me suis écarté pour la laisser passer. Elle a réussi à se frayer un chemin jusqu’à lui. Elle lui a tendu la main, il l’a regardé dans les yeux en lui prenant la main pour lui adresser un beau bonjour. La dame a saisi sa marchette, s’est retournée avec un grand sourire aux lèvres en opinant du bonnet, contente de sa rencontre.

Pourtant, les résidants de la Villa Saint-Alexis de La Baie, tout comme le chroniqueur, attendaient son épouse Sophie Grégoire pour une visite, jeudi midi. La première dame du pays n’a pu se présenter pour des raisons personnelles alors c’est son sympathique époux qui a pris la relève pour ne pas décevoir les gens. Il est arrivé en compagnie de la candidate Lina Boivin qui représente le Parti libéral à l’élection partielle dans Chicoutimi-Le Fjord.

On aurait aimé mieux Sophie...
Les hommes ne se gênaient pas pour lui pousser la blague : « on aurait aimé mieux Sophie, mais on va se contenter de vous ». Et Justin Trudeau de répondre, « je sais, on me le dit souvent ».

On ne peut pas ne pas aimer Justin Trudeau. Il a pris le temps de faire le tour de la salle à manger pour s’assurer de voir tout le monde en serrant des mains et saluant au passage. Sa seule présence a fait naître des sourires sur tous les visages de ces dames âgées. Même chez cette jeune fille qui travaillait dans la cuisine, quand le premier ministre leur a offert de faire une photo avec le groupe. « Je suis tellement contente », a-t-elle dit à voix haute, à qui voulait l’entendre, alors que ses joues rouges faisaient briller son visage.

Il se promenait de table en table et prenait le temps. Il s’accroupissait devant les vieilles dames en leur serrant la main avec ses deux mains et prenait le temps d’engager une conversation de 15 à 30 secondes. Il écoute ce qu’on lui raconte et a toujours un bon mot à vous offrir. Il a quand même eu la gentillesse de rattraper au passage un engagement de son épouse juste avant de se diriger vers Charlevoix pour recevoir les membres du G7.

Le premier ministre Justin Trudeau a rempli les engagements de son épouse Sophie Grégoire qui a dû annuler une visite à la résidence Saint-Alexis de La Baie. Le charismatique personnage a semé des sourires sur son passage.

En attendant
On dira ce qu’on voudra, c’est de la belle visite pour une résidence de personnes âgées. Ce fut une déception d’apprendre que Sophie Grégoire ne se présenterait pas. Mais quand le téléphone a sonné, 15 minutes plus tard, pour dire que Justin viendrait à sa place, la déception s’est estompée.

Pendant l’heure d’attente, j’en ai profité pour piquer une jasette avec le propriétaire de la résidence Saint-Alexis, Cajetan Bouchard.

« Il faudrait demander au premier ministre Trudeau s’il a l’intention d’augmenter les pensions de vieillesse. Si ça continue comme ça, dans dix ans, il y a juste les riches qui pourront vivre dans des belles résidences. Les grandes organisations et les grosses compagnies vont accueillir les bien nantis capables de payer plus de 3000 $ par mois alors que les résidences locales, qui vont rester, accueilleront ceux qui ont moins de revenus », analyse celui qui œuvre dans le domaine depuis une quinzaine d’années. « Les petites résidences ne pourront plus continuer à offrir des services à faible coût », dit-il.

« La ville a augmenté nos taxes de 4 %, les employés négocient une augmentation de salaire, le personnel doit recevoir plus de formation et on nous oblige à avoir des employés la nuit. Il y a une limite à refiler ces augmentations aux résidants », laisse tomber le propriétaire, qui possède également la résidence Villa des sables à Jonquière.

Un gros défi dans dix ans
« Les gens ne veulent pas rester dans des studios (une chambre avec salle de bain), ils veulent des appartements de deux, trois ou quatre pièces et demi avec cuisine, poêle, réfrigérateur, laveuse et sécheuse. Ils veulent être autonomes le plus longtemps possible. Les gens vivent de plus en plus vieux. Plusieurs personnes ont épuisé leurs économies personnelles quand ils ont 90 ans », met en lumière celui qui compte près de 200 unités de logement à La Baie.

C’est triste d’être obligé, à 90 ans, de quitter un appartement de quatre pièces et demi avec fenêtres et vue sur la ville pour se retrouver dans un studio avec un lit simple et une salle de bain. « Les gens vivent de plus en plus vieux et ça va devenir un défi de société de les héberger convenablement. Nous avons des unités pour les personnes semi-autonomes qu’on gère avec le CLSC, mais quand elles ne sont plus autonomes, quand elles nécessitent plus de trois heures de soins par jour, on doit les transférer dans des CHSLD qui n’ont plus de place bien souvent. Dans plusieurs cas, on doit se résigner à les envoyer à l’hôpital », explique le gestionnaire.

Le premier ministre Trudeau a peut-être entendu l’état de la situation pour les personnes âgées, c’est un défi majeur qui ne fera que s’aggraver dans dix ans.

+

Bain de foule à Place du Royaume

(Anne-Marie Gravel) - Justin Trudeau a semé les sourires et les poignées de mains jeudi midi à Place du Royaume. Le premier ministre a profité de son bref passage dans la région pour aller à la rencontre des citoyens et leur rappeler la tenue de l’élection partielle dans Chicoutimi-Le Fjord le 18 juin prochain. 

Pendant plus d’une demi-heure, le premier ministre, accompagné de la candidate libérale dans Chicoutim-Le Fjord Lina Boivin, a serré plusieurs dizaines de mains. De nombreux citoyens de la région possèdent maintenant une photo avec le premier ministre puisque celui-ci s’est aussi prêté au jeu des égoportraits à maintes reprises.

Des personnes de tous âges ont attendu leur tour afin d’immortaliser le moment. 

Justin Trudeau a même pris le temps de s’attabler avec certains citoyens qui mangeaient. Certains ont pu discuter quelques minutes avec lui. Après avoir fait le tour de l’aire de restauration, le premier ministre a quitté le centre commercial à bord d’un VUS noir, entouré d’un cortège de plusieurs véhicules. Des militaires, des policiers, des agents de la GRC, des gardes du corps et plusieurs agents de sécurité ont veillé au bon déroulement de l’opération.

Pendant plus d’une demi-heure, le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, accompagné de la candidate libérale dans Chicoutimi-Le Fjord Lina Boivin, a serré plusieurs dizaines de mains.