Le maire de Saint-Honoré, Bruno Tremblay, a été réélu sans opposition

Saint-Honoré au féminin

CHRONIQUE / La ville de Saint-Honoré a élu un conseil municipal composé uniquement de femmes, à l’exception du maire qui a été reporté au pouvoir sans opposition. Je n’ai pas fait le tour des 1100 municipalités et des quelque 8000 élus pour vérifier, mais d’un coup d’oeil rapide, c’est le seul conseil municipal au Québec où les élues, excluant le maire, sont exclusivement des femmes.

Les Honoriennes suivent la tendance provinciale qui se dessine depuis 2005 au Québec alors que les femmes sont de plus en plus nombreuses à se présenter en politique municipale. Évidemment, le maire de Saint-Honoré, Bruno Tremblay, a entendu tous les commentaires clichés du genre « il va falloir que tu lèves la main si tu veux prendre la parole » ou « le pauvre gars yé pas chanceux, y va être poigné avec des femmes ». Mais au-delà des blagues sexistes qu’on entend de génération en génération, Saint-Honoré fait bande à part avec son conseil de ville féminin.

Pas de différence

« C’est vrai que je me fais taquiner sur le fait que je vais travailler seulement avec des femmes sur mon conseil et j’ai bien hâte d’entamer le prochain mandat avec elles. J’ai passé ma vie à travailler avec des femmes dans mon épicerie et à la boucherie et ça c’est toujours bien passé. Je ne vois pas de différence entre le travail d’un homme ou celui d’une femme quand le travail est bien fait », met en relief celui qui en sera à son deuxième mandat à la mairie de Saint-Honoré.

« Je pense que notre situation est unique au Québec, je pense même que c’est une première au Québec. Tant mieux si ça fait parler de nous dans les médias, ça va faire connaître notre ville davantage », souligne en riant Bruno Tremblay qui ne doute pas un instant de la qualité des candidates élues à la table du conseil. 

« Généralement, quand tu te présentes en politique municipale, c’est parce que tu as le goût de t’impliquer et de faire avancer ta ville. Ce sont donc des qualités de départ que je reconnais aux femmes qui sont à la table du conseil », fait valoir le maire.

« J’ai toujours été en désaccord avec la discrimination positive pour la présence des femmes en politique et nous avons la preuve cette année avec ces femmes qui se sont fait élire avec les mêmes règles pour tous. Denis Coderre s’est fait battre par une femme à Montréal et à Saguenay c’est une femme qui a remporté les élections avec des règles égales pour tous », analyse Bruno Tremblay.

Les organisations féministes disent souvent : une femme accepte un poste si elle se sent capable à 140 %, alors qu’un homme accepte s’il se sent capable à 40 %. Il faut donc s’attendre que Saint-Honoré prenne les bouchées doubles au cours des quatre prochaines années.

Preuve d’ouverture

« Pauvre lui, avec six femmes, il va faire pitié », lance en riant Denise Villeneuve, conseillère du district # 2 qui a été élue sans opposition pour un troisième mandat à Saint-Honoré. « Nous sommes originaux ici, nous sommes une population à l’esprit ouvert. Nous avons eu une mairesse (Marie-Luce Martin) pendant 13 ans et lors du dernier mandat, nous étions quatre femmes sur six postes de conseillers », met en lumière la conseillère qui a hâte d’être assermentée le 13 novembre avec les autres conseillères.

« Je trouve que le prochain conseil, outre le fait qu’il soit composé uniquement de femmes, montre une belle diversité avec des gens provenant de différents milieux et de toutes les générations. Ça démontre une belle ouverture de la part de la population », commente la politicienne. 

On se souviendra que Saint-Honoré a fait les manchettes nationales l’été dernier avec la honteuse affiche « Saguenay ville blanche » à l‘entrée du cimetière en lien avec le projet de cimetière musulman. « Ça n’a pas été un bel épisode cet événement-là, ça ne reflète pas du tout l’esprit de notre ville et le maire avait très bien défendu notre population à cette occasion », souligne la conseillère à la question du chroniqueur.

Implication citoyenne

Valérie Roy, 31 ans, originaire de la Beauce, est installée à Saint-Honoré depuis 11 ans avec son mari qui est originaire de la place. Elle a bien hâte d’être assermentée lundi avec les cinq autres conseillères pour relever ce nouveau défi. « Je suis bien contente de faire partie d’un conseil composé uniquement de femmes, je vois ça d’un bon oeil, les femmes montrent parfois plus de sensibilité à l’égard de certains dossiers », commente la nouvelle conseillère.

« J’ai un commerce ici depuis 11 ans et les gens de Saint-Honoré m’ont très bien accueillie, je veux m’impliquer pour redonner à la communauté. J’entends beaucoup de commentaires des citoyens dans le cadre de mon travail et je veux qu’ils puissent se faire entendre de la part des élus et c’est dans ce sens que je veux faire ma part », indique la propriétaire de l’entreprise Toilettage La belle et la bête.