La formation 1974-1975 était composée d'André Martel, Marc Gagnon, Steeve Gagnon, Carol Murray, Martin Dufresne, Yves Gaudreault, Steeve Villeneuve, Daniel Larouche, Michel Savard, Éric Gagnon, Marc Dufour, François Otis, Luc Dufour, Louis Aubin et Marc Tremblay, sous la gouverne de Daniel Mercier.

Retrouvailles de gagnants

CHRONIQUE / L'équipe de hockey pee wee Optimiste de Chicoutimi, édition 1974-1975, organise des retrouvailles le samedi 24 juin à l'hôtel Parasol. Les « t'its bouts » de 12 et 13 ans de l'époque vont se revoir 42 ans plus tard, une rencontre entre champions qui ont tout raflé cette année-là, remportant même les honneurs du Tournoi pee-wee de Québec.
C'est le coach de cette équipe, Daniel Mercier (il m'a coaché quand je jouais pee-wee Saint-Joachnim à l'époque, avant qu'il dirige l'équipe régionale) qui organise ces retrouvailles avec André Martel (gardien) et Carol Murray (défenseur). C'était l'époque où tous les jeunes jouaient au hockey, il y avait sept équipes paroissiales, juste à Chicoutimi, à part l'équipe pee-wee régionale. 
On s'en souvient comme si c'était hier, il y avait des rivalités entre Saint-Paul-Apôtre, Saint-Joachim, Christ-Roi, Sacré-Coeur, Plateau des Saguenéens, Notre-Dame-de-Grâce et Saint-Antoine. C'était le service des loisirs de la ville qui fournissait les équipements de hockey comme les « pades », les coudes, les épaulettes, les gants et les casques. C'était l'époque où les pratiques avaient lieu sur des glaces extérieures qu'on devait d'abord gratter à la pelle.
« Dream team »
Les pee-wee optimistes de cette année-là affichent un bilan de 23 victoires et une défaite en saison régulière, neuf victoires et une défaite en série de fin de saison, cinq victoires et aucune défaite au Tournoi pee-wee de Jonquière, quatre victoires et une défaite au Tournoi pee-wee de Québec et cinq victoires et aucune défaite à la finale provinciale en Abitibi, pour un total de 46 victoires et deux défaites dans cette saison. Je me rappelle de ces gars, j'ai joué avec certains d'entre eux, ou contre, alors que j'étais de calibre moustique.
L'entraîneur Daniel Mercier se souvient de chacun de ses joueurs, des moments importants dans le vestiaire, entre la deux et la trois. « Il y avait 72 joueurs au camp d'entraînement et je devais en garder 15. Quand je coupais un joueur, les gars pleuraient, j'avais juste mes notes et mon instinct pour former l'équipe régionale, il n'y avait pas de vidéo dans ce temps-là pour analyser les joueurs », raconte le coach.
Il se rappelle que le dernier joueur de l'équipe qu'il a coupé était Sylvain Pineault (un petit gars de Saint-Joachim) pour finalement choisir Luc Dufour, qui a joué pour les Bruins de Boston et les Nordiques plus tard dans sa carrière. « J'ai dit à Luc, viens me voir dans mon bureau. Il pleurait, il avait peur d'être coupé, et je lui ai dit : là, tu vas arrêter de pleurer et demain tu vas m'en donner plus sur la glace ok, c'est clair », raconte le coach lors d'une entrevue téléphonique.
« J'avais le meilleur gardien, André Martel, un gars qui adorait la pression et les matchs importants, mon capitaine Steeve Villeneuve était tout un leader, il a remporté le championnat des marqueurs. Marc Dufour a été le premier joueur à marquer cinq buts dans un match au tournoi de Québec, ce fût une saison fabuleuse qui a fait l'homme que je suis devenu aujourd'hui », assure le coach.
Un jeune coach
« Écoute, j'avais 20 ans avec la pression des parents qui n'étaient pas contents du temps de glace de leur enfant. Les parents de mes joueurs étaient des professionnels, il y avait des avocats, des gens d'affaires et du haut de mes 20 ans je devais les affronter. Un père m'avait fait venir à son bureau un jour pour discuter du temps de glace de son fils, il n'était pas content. Je lui avais dit à l'époque, écoutez monsieur, le seul lien que vous avez avec l'équipe, c'est votre fils. Si je le mets dehors, il ne joue plus et vous n'avez plus de lien avec l'équipe, alors laissez-moi coacher. Je ne sais pas où je trouvais ce culot, mais j'arrivais à tasser les parents », se rappelle celui qui a été entraîneur pendant six ans au hockey mineur à Chicoutimi à l'époque des années glorieuses, à une époque où le hockey mineur se jouait avec du contact, un aspect du jeu que ne détestait pas Daniel Mercier.
La formation 1974-1975 était composée d'André Martel, Marc Gagnon, Steeve Gagnon, Carol Murray, Martin Dufresne, Yves Gaudreault, Steeve Villeneuve, Daniel Larouche, Michel Savard, Éric Gagnon, Marc Dufour, François Otis, Luc Dufour, Louis Aubin et Marc Tremblay.
Je sais que les anciens pee-wee auront un 5 à 7 au Bar Le Stade de Chicoutimi le vendredi 23 juin et que leur souper retrouvailles a lieu le samedi 24 juin à l'hôtel le Parasol de Chicoutimi. Si vous êtes de cette époque, je suis convaincu que vous serez ravis de revoir quelques-uns de ces gars qui ont fait partie de votre jeunesse. Même si vous n'êtes pas de l'équipe glorieuse, je suis convaincu que les gars seraient contents de vous serrer la pince.