Cathy Fortin, copropriétaire du traiteur Au chef Extra, se lance dans la livraison de repas préparés à domicile, un concept de plus en plus en demande au Saguenay.

Repas régionaux livrés à la maison

CHRONIQUE / Il y a environ un mois, j’écrivais une chronique sur le service montréalais de livraison à domicile de repas prêts à cuisiner Goodfood. Je trouvais le concept très intéressant, mais j’étais à la fois mal à l’aise de me faire livrer deux gousses d’ail, trois carottes, un peu de fenouil et une pièce de viande sur plus de 500 kilomètres dans une boîte isolante. J’avais l’impression de laisser une grosse empreinte environnementale.

J’avais cherché en vain un équivalent au Saguenay et je n’avais pas trouvé d’entreprise qui offrait ce genre de service. «Je le sais, j’ai vu ta chronique trois jours avant le lancement de nos Sacs saveurs», me lance Cathy Fortin, de l’entreprise alimentaire Au Chef Extra de Chicoutimi-Nord.

Vaste expérience

Cathy Fortin oeuvre en cuisine depuis une trentaine d’années. Elle a d’ailleurs partagé durant quelques années l’aventure du restaurant Le privilège avec Diane Tremblay, dans les années 1990. 

«J’ai fondé Au Chef Extra en 1998 pour l’amour de la cuisine. On offre des services de traiteur pour des événements ou des réunions. On fait du haut de gamme. J’ai toujours privilégié ça. J’adore la cuisine, et ça se transpose dans les menus qu’on offre aux clients», fait valoir la chef, qui est copropriétaire de l’entreprise avec Sylvie Langevin.

Cinq repas complets

Depuis trois semaines, l’entreprise offre des Sacs saveurs, qui contiennent cinq repas complets, pour une ou deux personnes, prêts à manger. 

«Depuis cinq ans, nous avons développé une expertise dans des produits emballés sous vide, en préparant des plats disponibles au comptoir pour la boucherie Le Gastronome de Chicoutimi. Ça fait un an qu’on se prépare pour développer le principe de repas prêts à manger livrés à domicile», explique la chef, qui compte déjà plus de 80 livraisons par semaine depuis le lancement du concept. «On espère atteindre les 200 à 300 sacs par semaine d’ici les prochains mois», fait valoir Cathy Fortin.

«Il y a un marché pour ça à Saguenay, nous en sommes conscients et nous voulons le développer. Nous sommes propriétaires d’un camion réfrigéré et nous effectuons les livraisons le dimanche soir et le lundi. En livrant les repas dans leur emballage sous vide, dans des sacs en papier, nous voulons diminuer les impacts environnementaux. Nous allons tout de même respecter les plats. Si nous avons de la lasagne au menu, elle sera emballée dans un plat allant au four, au lieu d’en mettre une portion dans un sac sous vide», explique Cathy Fortin qui utilise, tant que cela est possible, des produits régionaux.

«Il n’y a pas d’engagement ou d’abonnement pour les clients. Ils peuvent commander à leur rythme, selon leur besoin. Il suffit de se rendre sur notre site Internet, où l’on trouve les menus pour les 11 prochaines semaines. Les gens ont jusqu’à mercredi minuit pour passer leur commande. On prépare les repas et les emballages les jeudis, vendredis et samedis, pour ensuite livrer à la clientèle», décrit la femme d’affaires, précisant que les repas préparés peuvent être conservés dix jours au réfrigérateur avant d’être consommés.

Menus gastronomiques

Les menus sont équilibrés. Au Chef Extra offre la semaine prochaine des fettucine au poulet, du couscous royal avec merguez et pilon de volaille, des escalopes de veau aux champignons avec ratatouille chaude et risotto au parmesan, des spaghettis aux fruits de mer avec une salade de fenouil braisé et une roulade de longe de porc aux pommes et au poireau. 

«Les clients n’ont qu’à plonger dans l’eau bouillante les sacs de nourriture pendant 15 minutes avant de les servir ou à les ouvrir pour chauffer au four ou au micro-ondes, selon la préférence», explique Cathy Fortin.

«Nos plats sont faits avec des produits frais. Je choisis les meilleures viandes pour préparer les plats, comme si j’allais les servir dans un restaurant. Les gens ont de moins en moins de temps pour cuisiner, car ils ont des vies bien remplies. On leur offre donc la possibilité d’avoir une alimentation équilibrée. J’adore cuisiner. J’aime la vie quand j’ai les deux mains dans les fourneaux et j’offre ce que j’aime faire aux gens», termine Cathy Fortin.

Ça fait du bien de savoir que les plats cuisinés n’ont pas besoin de traverser la Réserve des Laurentides pour se rendre dans nos assiettes.