Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Roger Blackburn
Le Quotidien
Roger Blackburn
Les six cinéastes de la soirée 100 % régional de REGARD étaient présents pour présenter leur film, jeudi soir, au ciné-parc urbain sur le stationnement du Centre Georges-Vézina. De gauche à droite, nous retrouvons Pierrot Néron, Nadine Gomez, Katerine Martineau, Mélanie Saint-Germain, Didier Pigeon-Perreault et Helg Piccinin.
Les six cinéastes de la soirée 100 % régional de REGARD étaient présents pour présenter leur film, jeudi soir, au ciné-parc urbain sur le stationnement du Centre Georges-Vézina. De gauche à droite, nous retrouvons Pierrot Néron, Nadine Gomez, Katerine Martineau, Mélanie Saint-Germain, Didier Pigeon-Perreault et Helg Piccinin.

REGARD 100% régional: une soirée très attendue

Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / C’était une soirée très attendue, jeudi, au ciné-parc urbain sur le stationnement du Centre Georges-Vézina, à Chicoutimi, pour la programmation 100 % régionale du festival REGARD qui affichait complet. C’est la soirée la plus attendue des festivaliers, les billets se sont envolés rapidement », fait savoir la directrice de la programmation, Mélyssa Bouchard.

Le court métrage a tellement été populaire à Saguenay que le Festival REGARD a senti le besoin de mettre dans sa programmation une présoirée d’ouverture à l’événement pour diffuser les oeuvres de nos cinéastes. Au cours des dix dernières années, le festival projetait une dizaine de courts métrages régionaux, dont cinq ou six lors de la soirée régionale.

Il y avait plusieurs cinéastes en début de carrière qui étaient très productifs. Des noms comme Philippe Belley, Nicolas Lévesque, Jean-Marc E. Roy, Philippe David Gagné, Joanie Lafrenière, Yohann Gasse, Alexandre Rufin, Mélissa Bouchard, Samuel Pinel-Roy, Bogdan Stefan ou Noémie Payant-Hébert revenaient régulièrement dans la liste de la programmation. Ces jeunes marchaient dans les traces de Sébastien Pilote, qui a cofondé le festival. Pour l’instant, il y a moins de relève.

Une occasion à saisir

Pour Mélyssa Bouchard, l’occasion était belle pour transformer la soirée régionale en soirée 100 % région. « Oui c’est vrai, il y a moins de relève pour le court métrage dans la région, nos cinéastes des dix dernières années sont ailleurs et travaille sur d’autres projets, c’était donc le moment d’ouvrir une nouvelle catégorie de compétition avec des films faits dans toutes les régions du Québec », fait valoir celle qui a sélectionné les 155 films du festival.

« Le magazine de cinéma Séquence a publié récemment un manifeste pour faire plus de place aux régions du Québec dans l’industrie du cinéma. Nous voulons faire notre part pour faire connaître les cinéastes du Québec. La 25e édition, en raison de la pandémie, était axée sur les courts métrages québécois, car ils pouvaient venir sur place pour présenter leur film et les voir sur grand écran », explique la responsable de la programmation qui a dû, elle aussi, revoir sa façon de faire.

Mélyssa Bouchard, directrice de la programmation du festival REGARD.

Sur les six films présentés à la soirée 100 % régionale, deux titres ont été réalisés par des cinéastes du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Le film Elles, réalisé par Mélanie Saint-Germain de Dolbeau-Mistassini, qui a fait ses études au BAC interdisciplinaire en arts de l’UQAC, est un film d’animation qui montre la femme dans toute sa splendeur.

« Pour moi, c’est une première, une première mondiale, une première dans tout. Premier film, premier festival, première représentation publique, je suis très excité et très nerveuse », de commenter la jeune cinéaste. « Laissez-vous emporter par les images », a-t-elle dit dans son mot de présentation.

Mélanie Saint-Germain, de Dolbeau-Mistassini, a présenté son film d’animation <em>Elles</em>, une première réalisation pour l’artiste en art visuel.

« C’est un long processus, j’ai utilisé la technologie de la rotoscopie à partir de 27 femmes réelles que j’ai ensuite redessinées au terme de près de deux ans de travail », explique l’artiste en art visuel.

Pour Pierrot Néron, de Chicoutimi, c’était l’occasion de présenter son film, Pâté à viande, avec les comédiens du Saguenay Patrick Simard, Guillaume Ouellet, Patrice Imbeau et Maryline Renaud. Il aime bien l’humour et l’exagération et les mauvais plis de nos icônes populaires.

Pierrot Néron de Chicoutimi, réalisateur du film <em>Pâté à viande</em>, mettant en vedette des comédiens régionaux.

De retour en mars

La directrice générale de REGARD, Marie-Élaine Riou, a pris la parole avant la programmation de jeudi soir. « Il y a des gens qui me demandent si on va rester en juin pour le festival et la réponse est non, nous allons revenir en mars, dans nos pantoufles confortables », a précisé celle qui en a assez fait pour se réinventer.

La mairesse Josée Néron était très heureuse de lancer les festivités estivales avec REGARD. « Félicitations à toute l’organisation d’ouvrir notre été », a-t-elle lancé, provocant des coups de klaxon sur le stationnement en guise d’appui.

Juste avant le début des projections, un des membres de l’équipe de REGARD, Jimmy Laberge, en a profité pour établir le record du plus long pain sandwich de l’histoire, d’une longueur de 21 pieds (6,4 m). En vérité, c’est qu’il n’existe aucun record de pain sandwich, c’est une première. Je me demande même s’il y a d’autres places dans le monde où on fait des pains sandwichs.

L’Équipe de REGARD a réalisé un record en préparant un pain sandwich de 21 pieds (6,4 m).