Nicolas Beauchemin, cinéaste de l’équipe Force 4 du Grand défi Pierre Lavoie, prépare les jeunes de l’école Sainte-Claire de Chicoutimi-Nord au tournage d’une capsule vidéo qui sera diffusée sur leur site web.

Pour qu’ils bougent encore et toujours

CHRONIQUE / Je me suis retrouvé au coeur d’une brigade de la Force 4, mercredi après-midi, à l’école Sainte-Claire de Chicoutimi-Nord. La Force 4 c’est une autre idée de Pierre Lavoie et son équipe du Grand défi pour faire bouger les jeunes dans toutes les écoles du Québec.

«En fait, c’est né d’un besoin et c’est le ministère de l’Éducation qui nous a approchés pour trouver une façon de faire bouger les jeunes au moins une heure par jour. C’est une recommandation de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en matière d’activité physique et nous avons monté un programme très inclusif pour faire bouger tous les jeunes en dehors des objectifs de performance», explique Pierre Lavoie, que j’ai joint au téléphone alors qu’il était sur la route, mercredi dernier.

«Il fallait que ce projet se fasse dans le plaisir avec les amis et il ne pouvait pas reposer sur les seules épaules des professeurs d’éducation physique. Il faut que les titulaires et toute l’école forment une équipe pour arriver à faire bouger les jeunes une heure par jour. Les professeurs se sont impliqués dans ce projet collectif et présentement, plus de 800 écoles primaires font bouger leurs jeunes.

«Pour nous, dès le départ, on voulait que tout le monde se sente concerné, les petits, les grands, les malhabiles, les forts, les faibles, peu importe les capacités, l’important c’est de les faire bouger 60 minutes par jour», fait valoir le partisan des saines habitudes de vie.

Faire bouger le Québec

Ça fait longtemps que Pierre Lavoie rêve de faire bouger les jeunes partout au Québec et il va finir par y arriver. On connaît son discours sur les saines habitudes de vie et les bonnes habitudes intégrées dès le jeune âge et qui se conservent à la vie adulte. Le défi Cubes énergie, les tournées avec le «véhicube», la brigade Force 4, la boucle à vélo, la grande marche et le 1000 kilomètres font partie des efforts déployés par Pierre Lavoie pour faire bouger le Québec. Ce n’est donc pas étonnant que le gouvernement du Québec ait fait appel à lui pour les 60 minutes d’activité physique.

Les membres de l’équipe Force 4 ont passé une partie de la journée de mercredi en compagnie des élèves de l’école Sainte-Claire de Chicoutimi-Nord.

«Ce qui est intéressant dans ce programme du ministère de l’Éducation, c’est que l’argent suit les intentions. Chaque école peut recevoir jusqu’à 16 000 $ pour mettre en place des activités physiques. Toute l’école s’implique, mais les professeurs d’éducation physique le font davantage et s’imposent maintenant comme des leaders des saines habitudes de vie dans leur école. Dès le mois d’avril prochain, nous allons entrer dans les écoles secondaires avec la Nuit du Grand défi pour continuer notre mouvement», fait savoir Pierre Lavoie, indiquant que là aussi, des budgets importants seront alloués pour faire bouger les jeunes du secondaire.

Les jeunes du secondaire

Depuis le 18 novembre 2019, les écoles peuvent s’inscrire pour prendre part à La Nuit du Grand défi qui se tiendra le 17 avril 2020. Les participants auront quatre mois pour se préparer à accomplir leur défi et suivre l’un des trois programmes d’entraînement spécialement conçus pour les débutants/marcheurs, intermédiaires et avancés. Il s’agit d’une marche à relais de 12 heures en pleine nuit pour démontrer aux élèves qu’une épreuve majeure devient possible lorsqu’on y investit temps et efforts.

Webtélé

Les membres de Force 4 que j’ai rencontrés à l’école Sainte-Claire sont une équipe de jeunes cinéastes qui débarquent dans une école pour tourner une capsule Web qui sera diffusée sur le site Internet. «Quand une école pose sa candidature pour recevoir l’équipe de Force 4 dans ses murs, elle reçoit un gros cube d’outils pour aider les élèves dans leurs objectifs. On écrit un scénario et les jeunes sont invités à y participer», explique Nicolas Beauchemin, réalisateur et scénariste de Force 4.

«Avant de nous présenter à l’école, un cube géant rempli de matériel favorisant le développement de la motricité d’une valeur de 2000 $ est expédié à la direction. Ensuite, on s’associe aux initiatives de chaque école pour les faire bouger. Par exemple, ici à l’école Sainte-Claire, on a inséré l’activité gumboot (danse avec des bottes de caoutchouc) qui fait déjà partie des activités de l’école», indique Nicolas Beauchemin.

On bouge au cube

Avec un peu de bonne volonté, offrir 60 minutes d’activité physique par jour à tous les élèves, ce n’est pas si difficile. Avec deux récréations extérieures de 20 minutes par jour, les cours d’éducation physique, des pauses actives et l’implication du service de garde, l’objectif est réalisable.

On sait par la suite que «les activités physiques et sportives ont des effets salutaires sur les habiletés cognitives, la réussite éducative, la condition physique ainsi que la santé physique et mentale. Elles sont également associées à la persévérance scolaire et à d’importants facteurs liés au bien-être et à la qualité de vie, notamment les compétences sociales et relationnelles», précise-t-on dans la Mesure 15023 –À l’école, on bouge!, du ministère de l’Éducation.