Pour qui n’aime pas les surprises

CHRONIQUE / Ces dernières années, j’ai participé à près d’une dizaine de partys pour fêter le 50e anniversaire de naissance de proches et d’amis dont certains étaient des rendez-vous avec l’effet de surprise. C’est vrai que 50 ans, ça se fête ; 60 ou 70 aussi, mais ce n’est pas tout le monde qui aime ça se faire fêter.

« Je vous avertis, je ne veux pas de fête pour mon anniversaire », clament haut et fort ceux qui n’aiment pas les foules et les grands rassemblements. Que ce soit nos parents, nos amis, notre conjoint ou nos proches, il faut respecter ça. Même si nous souhaitons célébrer l’anniversaire de quelqu’un qui nous est cher, il faut s’assurer que ça lui plaise, le cas contraire risque de provoquer un grand malaise.

Une amie proche se dirigeait vers ses 50 ans ce mois-ci. Entre joyeux copains on voulait souligner ça ; elle-même est une organisatrice hors pair, généreuse, qui nous reçoit souvent à souper à la maison. On voulait lui faire plaisir, amicalement, mais nous avions entendu dire par la voix de son conjoint qu’elle ne voulait pas de party de fête pour ses 50 ans.

Le gros party

C’est toujours délicat de vouloir organiser une fête quand ça n’intéresse pas la principale intéressée. On se dit au départ qu’on pourrait simplement souligner son anniversaire lors d’un souper entre amis avec un gâteau et des chandelles avec un petit cadeau de groupe. Mais souvent on s’ambitionne dans ce genre de soirée. Quelqu’un suggère de faire un petit montage photos, de rappeler quelques anecdotes, de faire jouer sa musique préférée, bref de finir par faire ce que la fêtée ne souhaite pas.

Nous avions déjà un souper d’amis de planifié chez notre future jubilaire quelques semaines avant sa date d’anniversaire. Évidemment, il n’était pas question de lui faire une surprise, chez elle, dans sa propre maison alors qu’elle serait derrière les chaudrons. On a laissé filer la discussion en se disant qu’il était mieux de suivre les recommandations de son conjoint et de lui souhaiter bonne fête sur Facebook.

Surprise

La coquine qui n’aime pas les surprises nous a tous déjoué, ses amis, ses proches et sa famille. Sans le savoir, une cinquantaine de personnes avaient été invitées séparément, le même soir, pour un souper avec un petit groupe d’amis ou pour un souper de famille. Personne n’était au courant, sauf un ou deux complices. De notre côté nous étions six couples et notre hôtesse avait retenu le concept d’un chef invité où chacun contribuait financièrement. Il fallait se présenter à 16 h 30, car le chef voulait nous parler avant le repas.

En se présentant, comme convenu pour l’invitation, avec quelques bouteilles de vin, chez notre hôtesse, on aperçoit un jeune homme à l’extérieur qui dirigeait les voitures pour le stationnement dans la rue. Tous les convives pensaient se rendre à un souper intime alors que nous étions 50 dans la maison.

Notre hôtesse prend la parole, morte de rire, pour nous souhaiter la bienvenue à ses 50 ans. « Je vous avais dit que je n’aimais pas les surprises... quand c’est moi qui me fais surprendre, mais j’adore faire des surprises aux autres », lance-t-elle devant les convives qui avaient pris le temps de faire connaissance entre eux.

« Ah oui, en passant, l’histoire du chef invité c’est un canular ; vous aurez compris. Le party n’aura pas lieu, non plus, dans notre maison, un autobus scolaire sera devant la porte dans cinq minutes pour nous transporter dans un endroit secret. Je vous invite à prendre vos manteaux, les bouteilles de vin que vous avez apportées vous précéderont sur la route », expose l’organisatrice qui semblait fière de son coup.

Hors de la zone de confort

Comme des gamins, à bord de l’autobus jaune, on s’est mis à chanter M’sieur l’chauffeur, dormez-vous et d’autres chansons de terrains de jeux. Ça faisait très longtemps pour la plupart qu’on n’avait pas monté dans un autobus scolaire, nous sommes replongés en enfance.

En arrivant dans le lieu secret, tout était mis en place pour la fête, les tables étaient montées pour le repas, un musicien jouait de la guitare et Chef Extra s’est occupé du souper. Un montage photo a été réalisé avec les clichés de sa naissance à aujourd’hui, on lui a chanté C’est à ton tour de te laisser parler d’amour, on a ri on a dansé, on a chanté. Elle nous a sortis de notre zone de confort.

« Vous ne me surprendrez pas, je vais vous surprendre », devait se dire Chantal en préparant cette soirée mémorable avec la complicité de son conjoint.

À bon entendeur, si vous voulez une fête à votre goût, à vous de l’organiser.