L’omble de fontaine au Québec se distingue notamment par ses populations en allopatrie, vestiges de l’époque glaciaire et uniques au Québec. Ces plans d’eau situés généralement en altitude et à la tête des bassins versants ont la particularité de n’abriter que de l’omble de fontaine.

Omble de fontaine: la saison prolongée d’une semaine

CHRONIQUE / Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) a rendu public le plan de gestion de l’omble de fontaine 2020-2028 et propose des actions visant à protéger et à augmenter la productivité naturelle des populations, tout en adaptant l’exploitation à l’état des stocks. Le MFFP a également dévoilé les plans de gestion pour le cerf de Virginie, l’ours noir, le dindon sauvage et le touladi.

Parmi les changements réglementaires, les adeptes de pêche du Saguenay–Lac-Saint-Jean (zone 21) profiteront d’une prolongation de la période de pêche, qui s’étendra du 24 avril au 13 septembre 2020. La saison se terminait le 8 septembre en 2019.

Il s’agit d’un premier plan de gestion pour l’omble de fontaine aussi appelé « truite mouchetée », qui représente pourtant une espèce faunique emblématique partout au Québec, et surtout au Saguenay–Lac-Saint-Jean. Il était temps que l’on s’intéresse à ce joyau unique de nos territoires.

Baisse du succès de pêche

« Depuis 1970, le MFFP récolte des données d’exploitation dans les territoires fauniques structurés de la province. L’analyse de ces données d’exploitation pour l’omble de fontaine a démontré une baisse du rendement et du succès de pêche entre 1980 et 2010, et ce, malgré une diminution générale de la pression de pêche. Afin de faire un portrait de l’état des populations d’ombles de fontaine, plus de 180 inventaires en lac ont été réalisés, principalement au cours des 15 dernières années. L’analyse de ces données démontre que plus de 50 % des populations d’ombles de fontaine en lac sont dans un état de surexploitation, c’est-à-dire que la mortalité est supérieure à la capacité de renouvellement de la population. La situation est légèrement meilleure dans les territoires fauniques structurés que sur les territoires libres, mais elle demeure préoccupante partout », indique-t-on dans le plan de gestion.

« Il importe maintenant d’agir pour la gestion de cette espèce et la protection de son habitat afin d’améliorer la qualité de la pêche et de maintenir les retombées économiques liées à cette espèce emblématique de la pêche récréative au Québec », font part les auteurs, qui ont élaboré 70 recommandations.

Valeur patrimoniale des populations en allopatrie

L’omble de fontaine au Québec se distingue notamment par ses populations en allopatrie qui offrent une qualité de pêche incomparable. Ces lacs dits en allopatrie ont la particularité de n’abriter que de l’omble de fontaine. « Vestiges de l’époque glaciaire et uniques au Québec, ces plans d’eau situés généralement en altitude et à la tête des bassins versants offrent une qualité de pêche inégalée. Malheureusement, l’introduction volontaire ou accidentelle d’espèces compétitrices, beaucoup en raison de l’utilisation de poissons-appâts vivants, a entraîné la perte d’environ 70 % des secteurs en allopatrie. Dans ces secteurs, l’omble de fontaine doit maintenant cohabiter avec d’autres espèces, diminuant ainsi la qualité de pêche qui y était autrefois exceptionnelle », précise-t-on dans le plan de gestion.

« Il est essentiel d’identifier et de reconnaître ces joyaux d’intérêt afin d’assurer leur protection et de conserver leur importance économique, génétique, écologique et patrimoniale », ajoutent les auteurs.

Truite de mer

Le portrait de la situation de l’omble de fontaine anadrome (truite de mer) démontre un déclin dans l’abondance et la taille des captures parmi plusieurs populations bien connues. Ces populations n’ont pas été intégrées dans le Plan de gestion 2020-2028. « Considérant les informations fragmentaires et le manque d’outils de suivi standardisés à l’échelle de la province, le ministère a élaboré un Plan d’action 2019-2022 qui a pour but de mettre en place un réseau de suivi spécifique pour l’omble de fontaine anadrome et de mieux connaître ses besoins en matière d’habitat », précise-t-on.

De nouvelles modalités de chasse, de pêche et de piégeage seront en vigueur dès 2020 pour le cerf de Virginie, l’ours noir, le dindon sauvage, l’omble de fontaine et le touladi.