Claude Gauthier, de l'Association des véhicules électriques du Saguenay-Lac-Saint-Jean, discustait électrification des transports avec un couple intéressé par le sujet, mercredi midi, au restaurant Marchand de Saint-Bruno.

Ma prochaine voiture sera électrique

J'ai touché à quelque chose, mercredi. J'ai conduit une Tesla, la fameuse voiture de luxe entièrement électrique construite en Californie.
C'est Claude Gauthier qui est directeur du chapitre régional de l'Association des véhicules électriques du Québec (AVEQ) qui m'a invité à prendre le volant dans le cadre d'une entrevue. Je n'avais pas d'idée de ce que ça pouvait représenter quand les fabricants d'autos parlaient d'une accélération de 0 à 100 km/h en 4,7 secondes. On s'enfonce dans le siège du conducteur, tout en silence. C'est assez impressionnant sans le ronronnement d'un moteur.
J'ai été bien impressionné par la conduite de ce véhicule, par la douceur du freinage ou du ralentissement et de l'absence du « vroom vroom ». Si c'est ça l'avenir de l'automobile, j'en veux une. Mais qu'en est-il ici au Saguenay-Lac-Saint-Jean ? Est-ce que le transport électrique est possible ? « Je conduis une voiture électrique depuis 2014. Cette année-là, j'ai roulé 23 000 kilomètres avec une Leaf de Nissan pour 318 $ d'électricité et j'ai roulé 9500 kilomètres avec notre voiture à essence pour 1200 $ de carburant. À cette époque, il y avait seulement quatre bornes de rechargement dans la région », témoigne Claude Gauthier, qui a fait le choix du véhicule électrique pour des considérations environnementales au départ. La Leaf 2014 a environ 130 km d'autonomie (le modèle 2018 affiche une autonomie de 240 km), ce qui peut être suffisant pour de nombreux automobilistes, dont la majorité roule moins de 100 km par jour. Claude Gauthier s'est gâté un peu, cet été, il a fait l'acquisition d'une Tesla 2015, un véritable bijou.
Reculés par le tonnerre
« Présentement, on compte 24 bornes de rechargement électrique dans la région, dont une seule à rechargement rapide à Chicoutimi (l'installation d'une borne à rechargement rapide coûte environ 55 000 $). Ma mère dirait qu'on est reculé par le tonnerre comparativement aux autres régions, résume l'ambassadeur du transport électrique. Ce n'est pas d'ici cinq ans qu'il faut développer le réseau de bornes, c'est à partir de maintenant », insiste le consultant en électrification des transports qui vit à Normandin.
Le Saguenay-Lac-Saint-Jean compte présentement 227 véhicules électriques immatriculés, selon les chiffres de l'AVEQ, pour près de 18 000 au Québec. « La demande des automobilistes est très forte, il y a des listes d'attente chez certains concessionnaires. C'est l'avenir de l'industrie. Les voitures gagnent de plus en plus en autonomie, des bornes de rechargement poussent un peu partout au Québec (1650 bornes en province au 31 mars 2017), les hôteliers en installent sur leur stationnement pour attirer la clientèle et il en va de même pour plusieurs restaurateurs. Même le Zoo sauvage de Saint-Félicien aura une borne de rechargement en 2018 », met en relief Claude Gauthier, qui milite pour le développement du réseau dans la région.
Abolir les préjugés
Le chapitre régional de l'AVEQ organise un rassemblement de voitures électriques le samedi 30 septembre au restaurant Marchand à Saint-Bruno. « Ici, c'est un endroit stratégique pour une borne de rechargement. Ça permet aux voitures électriques du Haut-du-Lac de se rendre à Chicoutimi sans avoir à passer par Alma », explique le propriétaire de Tesla.
Lors du rassemblement de samedi, ce sont les propriétaires de voitures électriques qui seront sur place pour informer les gens. « Nous ne sommes liés à aucun concessionnaire automobile, nous n'avons rien à vendre et nous voulons faire part de nos expériences personnelles avec les automobilistes qui sont tentés par les voitures électriques », exprime le directeur de l'AVEQ. 
« Nous allons répondre honnêtement à toutes les questions concernant le prix d'achat des véhicules, les ristournes gouvernementales (8000 $), le coût d'installation d'une borne de rechargement à la maison (environ 500 $), la différence de l'autonomie l'hiver versus l'été, le chauffage et la climatisation, la consommation d'électricité. Bref, nous voulons partager nos connaissances et la valeur de nos expériences », exprime-t-il.