L’histoire de l’imprimerie à La Pulperie

CHRONIQUE / La Pulperie de Chicoutimi tient une consultation citoyenne, le mercredi 20 novembre, à 18 h 30, pour recevoir les perceptions et les suggestions des gens sur le site actuel et son potentiel de développement pour réaliser une planification stratégique de développement.

Un collègue de travail me faisait remarquer qu’ici, dans les locaux du journal, nous avons une belle vieille grosse presse rotative qui sert à imprimer des journaux sur du papier fabriqué à partir de la pâte des usines de pulpe comme le faisait à l’époque la Compagnie de pulpe de Chicoutimi fondée le 24 novembre 1896 par Joseph-Dominique Guay (maire de Chicoutimi et propriétaire du Progrès du Saguenay) et le jeune banquier, Julien-Édouard-Alfred Dubuc qui en était le directeur-gérant.

Cette presse qui s’empoussière depuis un an dans les locaux de notre ancienne imprimerie finira probablement à la ferraille, car aucun acheteur ne s’est manifesté depuis la fermeture de l’imprimerie le 17 décembre 2018.

Exposition sur l’imprimerie

Donc, si je peux m’inviter dans la consultation citoyenne sur l’avenir de La Pulperie, je crois que conserver une partie de cette presse dans notre musée régional serait une très bonne idée et je suis certain qu’on ne vous la vendrait pas cher.

Dans un contexte où le journal papier est appelé à disparaître, je crois que nous avons un devoir de mémoire afin de montrer aux générations futures non seulement comment on fabriquait du papier, mais comment on imprimait des journaux sur du papier.

D’accord, c’est un projet d’envergure, mais La Pulperie de Chicoutimi pourrait mettre dans ses cartons une exposition permanente, dans un de ses bâtiments, sur l’histoire de l’imprimerie de Gutenberg au téléphone mobile. J’imagine très bien le directeur de La Pulperie, Jacques Fortin, créer une alliance avec le musée Gutenberg dans la vieille ville de Mayence, en Allemagne, en collaboration avec Boréalis, le musée du papier à Trois-Rivières, et le Musée de l’imprimerie du Québec pour raconter l’histoire de l’impression des journaux.

Si les citoyens de Mayence se sont mobilisés pour rendre un hommage à « l’homme du millénaire » Johannes Gutenberg et ses inventions, peut-être que les citoyens de Chicoutimi ont le goût de raconter l’histoire de l’imprimerie qui a plus de 130 ans. Évidemment, l’idéal serait de la garder fonctionnelle, les jeunes de 2050 seraient certes impressionnés de voir rouler une presse qui imprime des journaux à l’ère de l’intelligence artificielle.

Du plomb au iPad

La linotype, le plomb, les rotatives, la photocomposition, les typographes, des pressiers, des journaux en papier pourraient témoigner de l’ancien temps, à une époque où les ordinateurs et les téléphones mobiles n’existaient pas.

L’impression du premier journal Le Progrès, le 18 août 1887, et la construction de la pulperie de Chicoutimi en 1896 font partie de la même époque et sont associées par le lien du papier. La presse qui s’empoussière à la Maison de la presse pourrait être un beau cadeau pour le 125e anniversaire de la Compagnie de pulpe en 2021.

La firme Synergie développement et marketing a reçu le mandat de réaliser une planification stratégique de développement de la part de La Pulperie et la Ville de Saguenay pour les aider à se doter d’une vision et pour appuyer les décisions futures de développement du site du musée régional.

Cette rencontre s’adresse à toutes les citoyennes et tous les citoyens de la Ville de Saguenay. Une priorité sera accordée aux résidants du secteur du Bassin et des quartiers environnant le site de La Pulperie. Pour favoriser la pleine participation des personnes présentes et la valeur des échanges entre les participants et le consultant, le nombre de places est limité à 15 personnes. On me dit qu’il reste encore cinq places à combler.

Tant qu’à y être

Le site de La Pulperie possède un énorme potentiel de développement et son parc mériterait d’être aménagé jusqu’au pont du boulevard Barrette. Il y a longtemps qu’une piste cyclable reliant le parc de la Rivière-du-Moulin et La Pulperie devrait être aménagée sous la ligne de transport électrique entre la rue des Roitelets et la rue du Canal, via le mont Sainte-Claire.

Guy Harvey, de Gestion immobilière Harvey’s de Chicoutimi, en avait déjà proposé l’idée il y a une couple d’années. Avec les nouveaux sentiers du parc de la Rivière-du-Moulin qui ont été développés jusqu’au boulevard du Saguenay, ce serait l’occasion idéale de compléter la boucle jusqu’à la Zone portuaire via la Petite maison blanche. D’autant plus que le chemin reliant le barrage et la tour d’eau existe déjà, ce serait une affaire de rien de réaliser ce projet.

Voilà pour ma participation citoyenne à l’avenir de La Pulperie.