Les restos livrent aussi du bonheur

CHRONIQUE / Les restaurants s’imposent comme des services essentiels au coeur de la crise que traverse le Québec. Les restaurateurs rivalisent d’imagination pour soutenir et supporter les gens qui ont besoin de leurs services alimentaires.

« De nombreuses personnes ont besoin de nos produits et services. Ce ne sont pas toutes les personnes qui sont en mesure de préparer des repas tous les jours à la maison. On prend les commandes par téléphone, on livre à domicile ou les gens viennent chercher leur commande ici, au restaurant », fait savoir Jean-François Abraham, propriétaire entre autres du restaurant Chez Georges, sur la rue Racine à Chicoutimi.

« On a l’impression d’être utile dans tout ce qu’on vit présentement. On fonctionne avec le minimum de personnel, on respecte les règles d’hygiène et de distanciation entre les employés et on arrive à répondre aux besoins d’une partie de notre clientèle. On aurait pu choisir de fermer jusqu’à la fin de la pandémie, mais on a choisi de rester ouvert. Ça permet à quelques employés d’être actifs, de voir du monde et de s’assurer d’un revenu », fait valoir celui qui est aussi propriétaire de l’Étape, dans la Réserve faunique des Laurentides, où l’achalandage est actuellement très tranquille, outre quelques camionneurs.

« À travers tout ça, on veille à la sécurité des gens, on respecte les consignes de la santé publique. Je ne me déplace plus entre mes restaurants, je me concentre sur mon bureau et la maison. Je fais le moins de contacts possible, fait valoir le restaurateur du centre-ville. Les gens veulent encore repartir avec un cruchon de sauce à spaghetti de Chez Georges, c’est très bon pour le moral. Les livraisons à domicile, ça fait du bien tant pour ceux qui n’ont pas le temps de cuisiner que pour ceux qui veulent se faire plaisir », assure Jean-François Abraham.

On tient le coup

Au Café Cambio, on nous dit que les services sont offerts grâce au bon vouloir des employés qui ont décidé de maintenir les services pour la clientèle et les fournisseurs. « Les gens viennent ici pour profiter de nos produits et nous sommes présentement à mettre sur pied un système de livraison à domicile avec le réseau Skip qui est un peu débordé, ces derniers jours. On tient le coup parce que le personnel a décidé de tenir le coup », a lancé l’employée que j’ai jointe au bout du fil.

Sur les réseaux sociaux, la clientèle est nombreuse à répondre aux différents sondages et à manifester leurs encouragements aux restaurateurs qui se réinventent de jour en jour.

Service alimentaire

Les restaurateurs veulent soutenir leurs fournisseurs et la clientèle veut soutenir ces entreprises. « On ne se voit plus comme des restaurants. On se voit comme des entreprises qui offrent des services alimentaires, qui produisent des aliments pour faciliter la vie des gens », exprime Carl Huth, propriétaire des restaurants Rouge Burger Bar, Inter et Fabbrica, sur la rue Racine.

« Nous avons mis nos menus en ligne du mercredi au samedi. On propose aussi des produits pour aider les gens à cuisiner à la maison en offrant des sauces et des vinaigrettes. Il faut être imaginatif. C’est certain que se faire livrer de la crème glacée gelato à la maison, c’est un peu de bonheur dans la vie des enfants », lance-t-il en riant pour compatir avec les parents confinés à la maison.

« On commence à penser autrement. Les choses vont changer, après cette épidémie. On regarde si on peut offrir des repas sous vide et comment on peut continuer d’opérer dans de telles circonstances », analyse Carl Huth.

La pizza qui réconforte

« Avec la salle à manger fermée, et du personnel réduit, on devrait être bon pour traverser les trois semaines, a confié Dominique Lemieux, du restaurant Sorrento Pizzeria. Pour une famille avec des enfants, c’est un beau répit de se faire livrer une pizza avec des frites. Il y a aussi les services essentiels, on livre à des policiers et aux pompiers quand c’est nécessaire », fait valoir Dominique Lemieux au bout du fil.

Le domaine de la restauration est un autre bel exemple de solidarité. On peut conserver une petite flamme de l’industrie de la restauration en continuant de consommer leurs produits. Ça permet à quelques employés de travailler, de maintenir l’entreprise active et ça permet aux citoyens confinés à la maison de se faire livrer un peu de plaisir pour mettre du piquant dans cette pause.

La plupart des restaurants de votre ville, de votre arrondissement ou de votre quartier ont une page Facebook ou un site Internet pour commander en ligne. Ne les laissez pas tomber, ils font partie des services dont on a besoin.