Hélène Roberge, directrice adjointe aux études pour ATM (à gauche), et l’enseignante Katerine Belley-Murray (à droite à l’arrière) ont accompagné les jeunes lors de leur visite au Cégep de Jonquière dans le cadre d’un atelier d’éducation aux médias.

Les jeunes s’intéressent à l’actualité

CHRONIQUE / J’ai été agréablement surpris cette semaine de constater que les jeunes, de 12 à 13 ans, s’intéressent à l’actualité et au travail journalistique. Je croyais, à tort, que les ados n’en avaient que pour les jeux vidéo et les réseaux sociaux.

En début de semaine, j’ai rencontré des élèves de 6e année de l’école Sainte-Claire de Chicoutimi-Nord qui visitaient le département d’Art et technologie des médias (ATM) du Cégep de Jonquière. Une prof d’ATM, mon ancienne collègue Katerine Belley-Murray, s’était rendue dans cette école dans les semaines précédentes pour parler d’information et d’actualité avec ces ados qui sont inondés d’informations avec les réseaux sociaux.

Détecter les fausses nouvelles

« Je leur ai donné quelques repères pour détecter de fausses nouvelles comme vérifier la source de l’information, la date de parution, les fautes d’orthographe et d’autres détails du genre. Ensuite, j’ai simulé une déclaration d’une représentante de la SPCA qui avait fait adopter un cochon et un chien qui vivaient depuis deux ans dans un refuge d’animaux et je leur ai demandé d’écrire le premier paragraphe d’un article, comme le font les journalistes », explique l’enseignante, qui s’est dite impressionnée du niveau de connaissance des jeunes de l’actualité.

« Je leur ai expliqué comment un journaliste structurait l’amorce d’un texte en répondant dès le départ aux questions qui, quoi, où, quand, comment et pourquoi pour rédiger le lead d’une nouvelle d’information. Ils se sont montrés très curieux face au travail journalistique. Ils sont ensuite venus ici, en studio, au cégep, pour lire leur nouvelle au micro devant une caméra », explique Katerine Belley-Murray, que j’ai rencontrée lors de cette séance de lecture de nouvelles.

Éric Gagné, enseignant en 6e année à l’école Sainte-Claire de Chicoutimi-Nord, présente une revue de presse quotidienne à ses élèves pour les intéresser à l’actualité.

L’initiative de sensibiliser les jeunes au monde journalistique et de l’information a émergé lors de la Commission parlementaire sur l’avenir des médias. Dans son mémoire, le programme Communication dans les médias du Cégep de Jonquière avait indiqué qu’il fallait miser sur l’éducation pour aider et relancer les médias locaux, et qu’il était essentiel d’apprendre aux citoyens que l’information de qualité a une valeur financière. Le Cégep soutenait qu’en enseignant la valeur de la qualité de l’information, cela se traduirait par une augmentation des abonnements aux journaux régionaux.

De la parole au geste

« Nous avons donc décidé de passer à l’action pour sensibiliser les jeunes et leur montrer c’est quoi un journal et comment se fait l’information. Ça devrait faire partie du cursus scolaire d’apprendre aux élèves comment les journalistes arrivent à créer de l’information, d’où vient l’information qu’ils lisent sur les réseaux sociaux », fait valoir Hélène Roberge, directrice adjointe aux études du programme d’ATM.

« Nous avons donc mis de l’avant un projet pilote avec des ateliers sur l’éducation aux médias. Les jeunes se sont montrés très intéressés à cette démarche et ont démontré beaucoup de curiosité lors de leur visite de nos installations », indique-t-elle.

Ces ateliers sur l’éducation aux médias pourraient prendre de l’ampleur au cours des prochaines années. « Nous allons faire le bilan de ce projet et voir comment on pourra continuer à sensibiliser un plus grand nombre de jeunes élèves à l’information journalistique », conclut-elle.

Les élèves ont été invités à lire leur nouvelle au micro devant la caméra.

Revue de presse au primaire

L’enseignant de 6e année de l’école Sainte-Claire, Éric Gagné, a pour sa part mis de l’avant dans sa classe une revue de presse quotidienne avec ses élèves inscrits en anglais intensif. « Dans six ans, ces jeunes auront le droit de vote et ils ont de l’intérêt pour connaître c’est quoi la vie des adultes. Tous les matins, je prends quelques minutes pour faire avec eux le tour de l’actualité en lisant des journaux sur Internet et on sous-estime l’intérêt qu’ils ont afin qu’on leur explique le monde des adultes », fait valoir l’enseignant.

« Ils montrent beaucoup de curiosité quand on leur explique ce monde dans un langage qu’ils comprennent et ils posent beaucoup de questions. Ils ont impressionné lors de leur visite des installations en ATM. Ils ont découvert toute la technologie et le nombre de personnes qui travaillent pour produire de l’information et que tout ça peut se faire ici, en région », fait-il remarquer.