Finale championnat mondial de pÈtanque Desbiens

Le meilleur tournoi au monde

CHRONIQUE / Je prenais une bière avec les membres de l’équipe canadienne de pétanque, samedi soir, après le souper à la tourtière, juste avant le feu d’artifice et le spectacle Cow-boy de Québec Issime. Je demandais aux joueurs comment ils avaient trouvé leur expérience pour ce 48e Championnat mondial de triplette masculin de Desbiens. Ils étaient unanimes : du jamais-vu.

« Regarde, ici à nous trois (Yannick Laulhé, Khalid Hanafi et Redouane Hammouchane), nous comptons au moins 20 participations à des championnats du monde partout en Europe et Desbiens est de loin la meilleure organisation au monde. Je ne dis pas ça pour vous plaire, c’est la vérité », a déclaré sans hésitation avec l’approbation de ses coéquipiers, Yannick Laulhé.

« D’habitude, dans ce genre de compétition, on va sur le terrain, on lance des boules et ensuite on retourne à l’hôtel. Les boules, l’hôtel, c’est comme ça. Mais ici, les joueurs ont fraternisé avec les gens de la place, nous avons interagi avec la population locale. Les gens sont super gentils et très accueillants, c’est très chaleureux comme expérience, on ne retrouve pas ça ailleurs, même en Europe où la pétanque est très populaire », ajoute-t-il.

La pétanque a gagné
C’est vrai qu’il s’est passé quelque chose à Desbiens, en fin de semaine. J’ai vu des gens de la place discuter avec des boulistes de différents pays, leur poser des questions, jaser avec eux en toute simplicité une bière à la main.

Des proches ont embarqué dans l’événement. Au début, la fille de ma blonde, qui a 18 ans, me dit : « Je trouvais ça drôle de voir des athlètes jouer de la pétanque. » Ainsi, elle prenait des photos pour envoyer à ses amies à la rigolade. Mais à la fin de la journée, elle a été émue par le jeune marocain (Hicham Boulaasal, à sa première participation à un tournoi senior) qui a tiré précisément sur une boule pour faire le point. « Je forçais pour lui, je souhaitais qu’il réussisse son tir, je regardais la partie comme un match de hockey. Ça m’a touchée quand les coéquipiers se sont pris dans leurs bras et qu’ils ont soulevé le jeune joueur de l’équipe sur leurs épaules », a-t-elle confié.

Les gens ont découvert la pétanque, ici, à Desbiens. J’ai été témoin de nombreuses discussions, dans les gradins, de néophytes qui s’informaient, qui voulaient comprendre comment ça se passe sur le terrain. Les silences avant les tirs, les exclamations et les applaudissements nourris après un coup réussi, il fallait être là pour le voir. Les spectateurs applaudissaient les bons coups sans égard à l’équipe, on encourageait les beaux jeux.

Desbiens a mis le paquet
Pour ce qui est du côté chaleureux de l’événement, il faut dire que l’organisation du maire Nicolas Martel a mis le paquet. À un moment donné, on aurait dit que tous les villageois étaient bénévoles. Le fait de déplacer le festival « Desbiens extrême » en même temps que le championnat a été une idée géniale, car les visiteurs de l’étranger ont pu vivre cette expérience villageoise et se fondre dans la foule, une occasion qu’ils n’ont pas souvent.

Comme il n’y avait pas assez de place dans les gradins, pour la grande finale, le maire Nicolas Martel a sauté sur son téléphone afin de trouver des écrans de télévision pour les installer sous le deuxième chapiteau pour permettre à plus de monde d’assister à la finale. Les écrans sont arrivés sur les lieux une heure avant la finale entre le Maroc et la France. Cet événement va laisser des traces dans la mémoire collective et Desbiens se devra d’ajouter la pétanque à son créneau d’excellence. Les villageois ont maintenant une réputation de niveau mondial, ça doit perdurer dans le temps.

La finale
Pour ce qui est de la grande finale qui s’est tenue sous le chapiteau principal en fin d’après-midi, dimanche, les deux joueurs préférés de la foule se sont affrontés, soit la formation du jeune Hicham Boulaasal du Maroc et l’équipe de la France avec Dylan Rocher en tête. La France a remporté les grands honneurs du 48e championnat mondial de pétanque de Desbiens au compte de 13 à 7. Les Français, déjà favoris au départ, ont dominé ce match ultime.

Dylan Rocher a également remporté le tir de précision en finale face à Madagascar. Il y a presque eu une bagarre à la fin de la compétition, alors qu’un partisan du Madagascar a fait des remontrances à l’arbitre qui avait pénalisé son joueur vedette pour avoir mis trop de temps à lancer. Plus de 1500 personnes étaient présentes sous le chapiteau principal pour assister à ce match rediffusé en direct à la télévision française.