Joachim Simard, président du club de motoneigistes Caribou-Conscrits, se prépare pour la prochaine saison de motoneige.

La saison de motoneige se prépare

CHRONIQUE / Pour une première année dans l’histoire des clubs de motoneigistes du Québec, les droits d’accès en sentier sont vendus exclusivement en ligne sur le site Internet de la Fédération des clubs de motoneigistes du Québec (FCMQ).

« C’est un gros changement et ça se déroule bien jusqu’à maintenant. Évidemment, il y a des motoneigistes qui n’ont pas d’adresse courriel ou qui n’ont pas d’ordinateur, mais on invite ces personnes à communiquer avec leur club local qui a déjà mis en place des mesures pour les aider à acheter leur droit d’accès en ligne », a mentionné Gaston Fortin, administrateur pour le Saguenay-Lac-Saint-Jean et secrétaire de la FCMQ.

Assistance pour les motoneigistes

Les administrateurs du Club Caribou-Conscrits, qui entretient les sentiers au nord du Saguenay et sur les monts Valin, se sont préparés à cette nouvelle façon de faire et ils ont pris les moyens pour assister leurs membres dans cette démarche.

« Pour notre organisation, c’est un grand soulagement que les droits d’accès soient vendus par la fédération. Au Club Caribou-Conscrits, on vend près de 4000 droits d’accès par saison. Il fallait entrer toutes les coordonnées comme les noms, les adresses et les immatriculations de la motoneige à la main sur le site de la fédération. C’était beaucoup de travail et il fallait embaucher du personnel juste pour réaliser cette tâche. De plus, nous avions 40 dépositaires de droits d’accès partout sur le territoire avec qui nous devions être en contact pour assurer la gestion administrative ; nous avions de la broue dans le toupet chaque début de saison », explique Joachim Simard, président du club.

« Pour les gens qui possèdent un ordinateur, un téléphone intelligent ou une tablette avec une adresse courriel, et qui sont habitués aux transactions en ligne, la démarche se déroule facilement. Mais il y a beaucoup de gens qui n’ont pas d’adresse courriel et d’autres qui ne veulent pas donner leur numéro de carte de crédit sur Internet pour toutes sortes de raisons », fait valoir le motoneigiste.

« Pour ces gens, nous avons mis en place un service d’assistance. Ils peuvent appeler au club ou se rendre à nos bureaux sur la rue des Hérons à Sain-Honoré. Sur place, nous allons faire la transaction en ligne pour eux et ils pourront nous payer en argent ou par chèque », explique Joachim Simard.

Comme par les années passées, les clubs ont encore besoin de leurs effectifs pour amasser les sommes nécessaires à l’entretien des sentiers. « Nous avons besoin d’au moins 3500 membres pour entretenir les sentiers durant toute la saison. Lors de l’achat des droits d’accès en ligne, les motoneigistes peuvent choisir leur club sur la carte et notre numéro est 05-251 », mets en relief le président d’un des plus importants clubs de motoneigistes au Québec.

L’hiver s’en vient

« Les adeptes qui se rendent sur les monts Valin pour pratiquer leurs activités ont avantage à nous encourager. Nous sommes parmi les premiers à ouvrir des sentiers et parmi les derniers à fermer. Nous avons donc besoin que les motoneigistes nous choisissent comme club », fait valoir Joachim Simard.

Le club a aussi implanté six centres d’aide pour faciliter l’achat en ligne : chez Impérium à Chicoutimi-Nord, au Dépanneur du fjord à La Baie, dans les trois Sports VL situés à Jonquière, Chicoutimi et La Baie, ainsi que chez Évolution-X à la station d’essence du Valinouët.

« Présentement, les bénévoles des clubs sont dans les sentiers pour installer la signalisation et les mécaniciens ont terminé la mise au point de la machinerie qui sera prête à sortir dès qu’il y aura de la neige au sol. Généralement, sur les monts Valin, la saison débute à la mi-décembre, mais les motoneigistes commencent à s’impatienter dès le début du mois », exprime celui qui est responsable de 800 kilomètres de sentiers.

« Au club, on compte pas moins de 4500 heures d’entretien de sentier avec huit surfaceuses, dont deux qui sont localisées au Valinouët. Les motoneigistes peuvent profiter depuis quelques années des services en ligne comme les cartes et les outils de géolocalisation pour savoir en temps réel l’état des sentiers », rapporte Joachim Simard.

Les surfaceuses des clubs de motoneigistes attendent les premières bordées de neige pour sortir des garages.

Projet pilote en Gaspésie

Pour la saison 2019-2020, la FCMQ a choisi deux régions pilotes pour expérimenter la nouvelle répartition des budgets pour l’entretien des sentiers. Ça fait 30 ans que les régions enneigées demandent plus d’argent de leur fédération, car leur saison d’activité est plus longue et plus enneigée que certaines régions du sud du Québec.

« Dans les années à venir, la FCMQ a l’intention de distribuer l’argent des cartes d’accès en fonction des heures d’entretien. Chaque club recevra un montant de base correspondant au nombre de kilomètres de sentiers fédérés qu’ils doivent entretenir et, par la suite, des sommes seront versées en fonction du nombre d’heures d’entretien réalisé par les surfaceuses », explique Gaston Fortin, le secrétaire de la FCMQ.

« On veut avancer lentement dans ce dossier, car c’est une nouvelle façon de faire. Les régions de la Gaspésie et de la Mauricie sont des régions pilotes pour la prochaine saison et ça nous permettra d’évaluer le nouveau procédé. Toutes les surfaceuses des clubs du Québec sont dotées d’équipements de géolocalisation et nous savons exactement le nombre d’heures où elles sont dans les sentiers et le nombre de kilomètres qu’elles ont parcourus », informe-t-il.

« Au cours des prochaines saisons, ce système sera progressivement implanté et il y aura un coordonnateur d’entretien dans chaque région. Nous avons déjà un historique d’entretien des dernières années et il sera ainsi possible de savoir si l’entretien se fait adéquatement dans chaque sentier fédéré », termine Gaston Fortin.

Le Saguenay-Lac-Saint-Jean compte 13 clubs de motoneigistes pour un total de 12 600 membres qui profitent d’un réseau de 3800 kilomètres de sentier. En 2018, il y avait 27 800 motoneiges immatriculées dans la région.