Les larmes et les accolades ont été nombreuses, mardi après-midi, lorsque Louis Wauthier a salué les comédiens de La Fabuleuse.

La Fabuleuse a le coeur gros

CHRONIQUE / La Fabuleuse avait les yeux dans l’eau, mardi après-midi, et les comédiens avaient le cœur gros au Théâtre du Palais municipal de La Baie. Il s’agissait de la dernière représentation du metteur en scène Louis Wauthier, lui qui a consacré 32 ans de sa vie à ce spectacle qui fait partie de l’ADN culturel et touristique de la région.

« Ça va très bien, c’est très émotif. Je ne veux pas leur dire que c’est la dernière fois que je leur dis que je les aime », a lancé Louis Wauthier avant qu’il ne regarde pour une dernière fois La Fabuleuse avec ses yeux de metteur en scène.

Quand je l’ai rencontré, il était attablé avec une de ses collaboratrices dans le hall d’entrée du théâtre. Il était en train de vérifier la liste des comédiens pour la dernière représentation de la saison d’automne pour les visiteurs des bateaux de croisières. En cochant la feuille de présence, il s’est rendu compte que deux d’entre eux avaient finalement confirmé leur présence alors qu’ils devaient être absents. « Ils ont plongé pour la dernière... », s’écrit-il avant de s’étouffer avec un nœud dans la gorge et d’arborer ses yeux vitreux.

Grosse boule d’émotion

Même s’il est tout mince, Louis Wauthier est une grosse boule d’émotion. « La Fabuleuse, ce n’est pas seulement une scène et un spectacle de deux heures. Pour la majorité des comédiens, c’est 30 heures par semaine, c’est une famille, il y a une âme dans ce projet. Ça fait un an que je sais que ça va finir. Ça se fait lentement et j’ai encore de la place pour vivre des émotions », lance-t-il.

« Je ne veux pas verser trop de larmes, c’est mon théâtre, c’est ma scène, je me suis approprié cet entourage pour me faire vivre. Je sens aujourd’hui que les gens autour sont fébriles, les comédiens sont à l’affût de mes émotions, de mes réactions. C’est la dernière fois que je vais voir La Fabuleuse à la couleur Louis Wauthier. J’ai hâte de la voir à la couleur Jimmy Doucet l’an prochain », dit-il, loin dans ses pensées.

Louis Wauthier s’est adressé pour une dernière fois aux comédiens à titre de metteur en scène de La Fabuleuse.

« Mais je ne jouerai pas à la belle-mère, je vais dorénavant regarder La Fabuleuse comme un spectacle », dit-il sans connaître ce que l’avenir lui réserve. « Pendant 32 ans, j’ai fait de ce projet mon cheval de bataille, ç’a été ça toute ma vie. Je sais que je vais me lever un matin avec un autre cheval de bataille et que je vais lui consacrer toute mon énergie », lance-t-il en se projetant dans le futur.

« Je suis fier d’avoir fait vivre cette unicité, ce projet unique qui parle de nous, de notre histoire, de notre culture. Ici, c’est vivant. C’est la fin de ma couleur, de ma manière de faire, mais ce n’est pas la fin de La Fabuleuse, elle va durer. Et ça, c’est une autre de mes fiertés, avoir duré dans le temps. Les gens ne nous donnaient pas deux ans au début de l’aventure avec Ghislain Bouchard », se rappelle le créateur qui était aide-metteur en scène et chorégraphe dès la première année de diffusion de la fresque historique.

Un câlin pour tous

« Je sais qu’en juin prochain, je vais prendre mon sac à dos pour m’en aller, sans savoir où je vais me retrouver et sans savoir ce qui va m’arriver, mais je sais que ça va être le point de départ d’autre chose », de philosopher le metteur en scène avant la dernière rencontre avec ses comédiens.

« C’est la dernière de la saison, c’est une journée spéciale », lance-t-il à sa bande de comédiens bénévoles, la gorge nouée et les yeux rougis par l’émotion. Il utilise le silence pour refouler ses sanglots, mais il tient le coup. Après avoir donné les conseils d’usage pour la dernière représentation et les informations pour le souper d’adieu, il a pris le temps de faire un câlin à chacun des comédiens pour les embrasser et leur dire une dernière fois « je t’aime ».

Une grosse pointure

Robert Maltais, qui personnifie Joe Maquillon depuis huit ans, a trouvé difficile cette étreinte. « Y’a une nouvelle équipe qui va le remplacer, c’est difficile de le voir partir, mais il n’est pas mort, on va le revoir c’est sûr », a lancé le courtisan de mademoiselle Thérèse, avant de se pousser dans sa loge pour le dernier tour de piste 2019.

« Tout le monde est remplaçable, mais Louis Wauthier, c’est une grosse pointure », fait valoir Lily Martel, qui en est à sa première saison comme comédienne. « Il va être dur à remplacer, ça va laisser un gros vide. Ce gars-là connaît tous les comédiens par leur prénom et nous considère tous autant que nous sommes », a conclut le doyen de La Fabuleuse, Réal Payette, du haut de ses 89 ans et de ses 32 années de comédien dans ce spectacle.

On va tous s’ennuyer de Louis Wauthier, un artiste généreux de son temps, généreux de son talent, qui a toujours défendu ce projet fabuleux et qui n’a jamais refusé une entrevue. Je lui souhaite une bonne deuxième vie artistique !