Roger Blackburn
Une fois de plus, il y a dix ans, quand Pierre Lavoie a mis sur pied la randonnée des Cols du Fjord, il a agi en visionnaire.
Une fois de plus, il y a dix ans, quand Pierre Lavoie a mis sur pied la randonnée des Cols du Fjord, il a agi en visionnaire.

«Je te rappelle avec le vent de dos»

CHRONIQUE / C’est aujourd’hui que commencent mes vacances estivales. J’ai l’intention de consommer local et de ne pas sortir de la région. Je connais bien mon coin de pays, mais il y a encore de nombreux endroits à découvrir.

Sur ma liste d’activités, je vais sûrement suivre le conseil de Pierre Lavoie d’aller rouler sur la Véloroute du Fjord du Saguenay, un circuit dont il est ambassadeur. La Véloroute du Fjord était quelque chose d’improbable, il y a dix ans. Quand Pierre Lavoie a mis sur pied la randonnée des Cols du Fjord, pour pédaler sur les deux rives du Saguenay pendant trois jours, peu de gens y croyaient. À l’époque, le cofondateur du Grand défi avait demandé l’aide de Saguenay pour mettre sur pied son projet. On lui avait répondu : « Ben voyons donc, Pierre ! Voir si le monde va commencer à faire du vélo dans des côtes. » On s’était quelque peu moqué de lui. Pierre, visionnaire comme à l’habitude, savait que la Véloroute du Fjord était un parcours exceptionnel.

Parcours exceptionnel

Je lui lâche un coup de téléphone pour jaser de son attachement au fjord et à cette infrastructure cycliste. Il répond à la première sonnerie : « Salut, Roger ! Comment ça va ? Je suis à vélo en direction de L’Anse-Saint-Jean, qu’est-ce que je peux faire pour toi ? »

J’ai une heure de tombée un peu serrée ; je lui dis que j’aimerais parler de la Véloroute du Fjord. « Je me dirige à L’Anse et ensuite, je reviens. À mon retour, j’aurai le vent dans le dos. Je vais mettre mes écouteurs et on se parle de ça ! À tantôt ! », dit-il, avec la respiration d’un cycliste qui monte une côte.

Ça prend juste Pierre Lavoie pour accorder une entrevue à vélo. Je l’ai déjà vu une fois, dans le cadre du 1000 KM, accorder une entrevue à la télévision le long de la route, pendant que les cyclistes du Grand défi Pierre Lavoie roulaient sur la chaussée. Environ 30 minutes plus tard, je le vois passer en trombe le long de la route entre deux encadreurs, en pédalant à au moins 40km/h, pour rattraper le peloton et se placer en tête pour arriver à la prochaine destination.

Une machine, je vous dis.

Pierre est toujours plus motivé quand on lui dit que ça ne peut pas se faire. Ç’a été le cas avec le vélo sur la route du Fjord. Les élus du temps concevaient plutôt un circuit cyclable, comme le réseau des pistes cyclables, sur des surfaces planes, sans pentes longues et abruptes. La majorité des gens qui font du vélo sur des pistes cyclables détestent les côtes à monter. C’est dur pour le cardio et les molets.

Pierre Lavoie savait qu’il y avait un important nombre de cyclistes qui pratiquent cette activité pour le défi de réussir des montées, comme cela se fait au Tour de France. C’est pour ça qu’il a créé les Cols du Fjord, à l’image des cols des Alpes françaises.

L’avenir au vélo électrique

« Je savais qu’il fallait développer le vélo sur la route du Fjord. Je savais que le vélo allait gagner de plus en plus en popularité et qu’il continuerait à attirer de plus en plus d’adeptes. Nous avons créé l’événement des Cols du Fjord pour démontrer qu’il y avait du potentiel touristique pour le vélo. Comme pour les Européens, les longues montées deviendraient attractives pour les cyclistes », raconte Pierre, qui me rappelle de chez lui, finalement, le vent de dos lui ayant fait gagner 30 minutes sur son temps.

« Je savais que le vélo allait évoluer de plus plus en plus, mais ce que je ne savais pas, c’est que l’arrivée des vélos électriques allait complètement changer ce sport. Cette année, les ventes de vélos électriques représentent 35 % du chiffre d’affaires ; dans deux ans, je te prédis que ça va être 90 % », estime l’ambassadeur des saines habitudes de vie.

« Les côtes ne seront plus un obstacle pour développer le cyclisme autour du Saguenay et la Véloroute du Fjord deviendra une destination extraordinaire, dit-il. Penses-y deux secondes ! Les villages de Tadoussac, de Sainte-Rose-du-Nord, de L’Anse-Saint-Jean et de Petit-Saguenay font partie des dix plus beaux villages du Québec. Les fenêtres sur le fjord font partie des plus beaux points de vue au Canada. »

Un fjord à développer

« Je suis fier d’être un ambassadeur de la Véloroute du Fjord, mais je suis surtout fier que la Ville de Saguenay s’implique pour mettre en valeur le fjord. Les petits villages tout autour sont de véritables bijoux et les populations sont dynamiques. Mais ils ont besoin que Saguenay mette son leadership au service de tout le Saguenay », met en relief le cycliste aguerri.

« Le fjord, on peut le marcher, le rouler, le nager et le naviguer. C’est un atout incroyable pour le tourisme ! Grâce à la collaboration du ministère des Transports et des MRC, la Véloroute du Fjord compte une bordure asphaltée sur 435 kilomètres et traverse une dizaine de villages. C’est unique », ajoute-t-il.

« Des fois, j’ai l’impression qu’il y a plus d’Européens que de Québécois sur les quais de Sainte-Rose, L’Anse-Saint-Jean et Petit-Saguenay. Comme les Québécois ont décidé de voyager au Québec cet été, je vais les inviter à venir nous voir et à découvrir le parc national du Fjord-du-Saguenay, la superbe baie Éternité, L’Anse-de-Tabatière, le Parc Aventures Cap Jaseux », termine-t-il, en ne cessant d’ajouter des perles à ce magnifique collier du fjord.

Bonnes vacances dans notre belle région !