Sur la photo, les représentants des organismes de bassins versants (OBV) entourent le récipiendaire du prix reconnaissance et le député de Jonquière. De gauche à droite, Paul Pineault (OBV rivière Shipshaw), François Richard (OBV rivière du Moulin), le député de Jonquière Sylvain Gaudreault, Daniel Desgagné, Ghislain Laroque (OBV lac Kénogami) et Marc-André Galbrand (OBV baie des Ha ! Ha !).

Hommage à un porteur d’eau

CHRONIQUE / Le mois de juin au Québec est consacré Mois de l’eau. Vous ne le saviez pas ? C’est normal, c’est la première édition cette année. C’est tout de même incroyable qu’une province qui s’est développée grâce à son eau n’ait pas songé, auparavant, à rendre hommage à sa ressource principale, alors que l’arbre et les forêts sont à l’honneur en mai depuis 1882.

C’est en plein ce que se disait le Baieriverain Daniel Desgagné, président du Regroupement des organismes de bassins versants du Québec (ROBVQ), qui a passé les dix dernières années à faire la promotion d’un Mois de l’eau auprès du gouvernement du Québec. « L’eau est au cœur de nos vies. L’eau qu’on boit, l’eau qui nourrit les animaux, l’eau qui arrose nos cultures, le milieu de vie de la faune aquatique, l’eau des lacs et des rivières, dans lesquels on pêche, l’eau comme moyen de transport pour les bateaux et les embarcations de loisir, l’eau dans laquelle on se baigne, l’eau pour la production industrielle, l’eau pour produire de l’électricité, l’eau pour éteindre les feux, l’eau pour nos besoins domestiques ; notre eau. Il faut la mettre en valeur et la protéger », a défilé le défenseur de l’eau, le porteur d’eau en version plus noble, au cours d’un entretien lors de sa soirée de reconnaissance.

Reconnaissance
En effet, les quatre organismes de bassins versants de la région ont rendu hommage à Daniel Desgagné, la semaine dernière, pour ses efforts à défendre sans relâche la cause de l’eau et la croissance des organismes de bassins versants. Le Baieriverain avait été honoré en avril dernier pour son dévouement lors de la cérémonie officielle du prix Hommage bénévolat-Québec du ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale, François Blais.

C’est le député péquiste de Jonquière, Sylvain Gaudreault, qui a accepté de faire cheminer cette proposition à l’Assemblée nationale. « Je suis allé au bout de cette démarche parce que Daniel est un homme très insistant, et je savais qu’il ne laisserait jamais tomber. Ça faisait déjà quelques fois que je proposais que le mois de juin soit le Mois de l’eau, mais le gouvernement libéral ne laissait aucune visibilité à l’opposition et rejetait cette idée », a raconté le porte-parole de l’opposition officielle en matière d’environnement et de lutte contre les changements climatiques, qui a remis le prix reconnaissance à Daniel Desgagné.

Opportunité politique
« J’ai profité des consultations sur le projet de loi 131 modifiant la Loi concernant des mesures de compensation pour la réalisation de projets affectant un milieu humide ou hydrique. Le ministre Heurtel voulait absolument adopter son projet de loi avant la fin des sessions parlementaire, à la fin juin 2017. Il me demandait s’il pouvait compter sur l’appui de l’opposition pour procéder rapidement. J’ai dit : “Donne-moi le Mois de l’eau, et je vais faire en sorte d’accélérer le processus” », explique Sylvain Gaudreault, avec un petit sourire en coin. Ça faisait déjà quelques fois que le ministre de l’Environnement, David Heurtel, lui refusait cette demande.

« C’est grâce à l’insistance de Daniel Desgagné et à un peu de stratégie politique que nous avons réussi à enfin avoir un Mois de l’eau au Québec. Ça démontre que ça vaut la peine pour les citoyens de s’impliquer et de frapper à la porte de votre député. Quand il y a une fenêtre d’opportunité qui s’ouvre, on saisit les rapports de force, et ça nous permet de porter vos valeurs, d’être porteurs de vos idées », a fait valoir Sylvain Gaudreault.

Débat de l’avenir
Daniel Desgagné, qui a fait carrière comme technicien forestier, a tenu à préciser que tous les politiciens qu’il a rencontrés pour faire avancer cette idée l’ont écarté. « Tous disaient que c’était une bonne idée, mais personne n’a voulu la faire avancer. Le seul qui a accepté de porter ce dossier, c’est Sylvain Gaudreault, et je lui suis très reconnaissant », a déclaré Daniel Desgagné dans son mot de remerciement, en soulignant le travail de son équipe.

L’idée du Mois de l’eau avait reçu précédemment l’appui d’une quarantaine de représentants d’organismes environnementaux, du milieu scientifique, des municipalités et des représentants autochtones dans une lettre publique rédigée par le ROBVQ.

« Il ne faut pas se le cacher, l’eau sera au cœur des préoccupations du monde entier dans les prochaines années, et le débat sera encore plus important que celui sur le réchauffement climatique. On profitera du Mois de l’eau pour sensibiliser les jeunes dans les écoles et tous les utilisateurs de cette ressource naturelle sur l’importance de la protéger et de la mettre en valeur », de conclure le défenseur de l’eau au Québec.