Le jésuite Charles Albanel a été le premier homme blanc à relier Tadoussac à la baie d’Hudson par la voie terrestre, en naviguant sur les rivières, en 1672.

Des noms de villes à faire connaître

CHRONIQUE / Connaissez-vous les frères Prime et Félicien ? Je ne les connaissais pas avant de « googler » leur nom cette semaine dans le cadre d‘une chronique sur les Serres Toundra de Saint-Félicien. Je me suis demandé qui était saint Félicien, qui a donné som nom à cette ville du Haut-du-Lac.

Nous avons appris la signification des noms de villes et de villages d’origine autochtone de la région. Chicoutimi, jusqu’où c’est profond ; Saguenay, d’où l’eau sort ; Kénogami, lac long ; Métabetchouan, le courant se jette dans le lac ; Mistassini, grosse roche ; Péribonka, rivière creusant dans le sable ; la rivière Ashuapmushuan, là où on guette l’orignal.

Illustres personnages

Nous avons appris aussi que des villes et des villages portaient le nom d’illustres personnages dont on ignore souvent leur existence ou leur fonction, comme le marquis de La Jonquière, Jacques-Pierre de Taffanel de La Jonquière, officier de marine et gouverneur général de la Nouvelle-France ; le sieur de Roberval, Jean-François de La Rocque de Roberval, lieutenant-général au Canada entre 1541 et 1543 ; l’arpenteur Joseph-Laurent Normandin, qui a arpenté la région et cartographié les lacs et les rivières.

Sur le site de l’Encyclopédie canadienne, on y apprend d’ailleurs que Normandin a été le premier, en 1733, à arpenter les 300 kilomètres de territoire vers le nord-ouest. Les conclusions de son rapport ont servi à fixer les limites actuelles de la région du « Sagnenay ».

Prime et Félicien sont des frères martyrs morts le 9 juin de l’an 280.

Beaucoup de Saints

En ce qui concerne les villes et villages qui portent le nom de saints, on connaît moins qui ils sont et leur histoire. Ce sont des informations qui manquent un peu dans les halls d’entrée des hôtels de ville. Par exemple, Prime et Félicien sont des frères martyrs morts le 9 juin de l’an 280. Ils soutenaient qu’il n’y avait pas d’autre Dieu que le Dieu des chrétiens. Ils ont été emprisonnés, torturés et sont morts la tête tranchée.

« Saint Félicien fut cloué par les mains et les pieds à un poteau, où on le laissa trois jours entiers sans nourriture, et Prime se fit brûler les côtés et verser du plomb fondu dans la bouche, sous les yeux de Félicien, afin que la terreur s’empare de ce dernier, mais Prime but le plomb avec autant de plaisir que de l’eau fraîche », peut-on lire dans une iconographie chrétienne. On les jeta en pâture aux lions et aux ours, et les méchantes bêtes se couchèrent à leurs pieds comme de doux agneaux. Ce n’est pas pour rien qu’il y a un zoo à Saint-Félicien et que les deux villes voisines ont prospéré côte à côte, comme des frères.

Effort d’histoire

C’est toujours étonnant de découvrir l’histoire des gens qui se cachent derrière les noms de villes ou d’édifices. L’histoire de ces noms passe souvent inaperçue dans l’imaginaire collectif. Ce n’est pas nécessaire d’ériger des statues, quoique ce serait une bonne idée. On pourrait au mois réserver un onglet sur le site Internet de la municipalité pour raconter d’où vient le nom de la ville et diriger les curieux vers des liens Internet pour en apprendre un peu plus, comme le font d’ailleurs quelques municipalités sous l’onglet « historique ».

En fouillant un peu sur Internet, on découvre par exemple que saint Méthode (815-885) a été le créateur du premier alphabet slave avec son frère Cyrille, et qu’ils ont été honorés par l’UNESCO (Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture).

Le peintre québécois Antoine-Sébastien Falardeau, bien connu dans la ville de Florence.

On apprend également que c’est le jésuite Charles Albanel qui a été le premier homme blanc à relier Tadoussac à la baie d’Hudson par voie terrestre, en naviguant sur les rivières en 1672. Il y a aussi toute une histoire autour d’Henri d’Artois, duc de Bordeaux, comte de Chambord, héritier de la couronne de France, considéré comme Henri V, le dernier roi de France.

J’ignorais aussi que Saint-David-de Falardeau a été nommée ainsi en l’honneur de l’abbé David Roussel, curé de la paroisse Sainte-Claire de Chicoutimi-Nord à la fin du XIXe siècle, et du peintre québécois Antoine-Sébastien Falardeau, bien connu dans la ville de Florence. Wikipédia nous fait savoir que « le 14 juillet 1889, alors qu’il revient chez lui à cheval, sa monture, effrayée par le bruit d’une locomotive, s’emballe et le projette dans le fleuve d’Arno en Italie, où il se noie, à l’âge de 66 ans, un mois avant son 67e anniversaire ».

J’ai aussi été surpris que la ville de Saint-Honoré porte le nom d’Honoré Petit, député de Chicoutimi entre 1892 et 1897, et que Sainte-Rose-du-Nord rend hommage à Rose de Lima (1586-1617), la première sainte du Nouveau Monde, qui a vécu au Pérou.

Rose de Lima (1586-1617) est la première sainte du Nouveau Monde.

Sa vie a été marquée par des pénitences corporelles intenses pour le rachat des âmes du Purgatoire et la conversion de tous les pécheurs. Elle dormait sur un lit fait de morceaux de bois liés avec des cordes dont les intervalles étaient remplis de fragments de vaisselle et de tuiles pointues pour les 16 dernières années de sa vie.

On constate que notre région a été marquée par la présence autochtone, les personnalités publiques et la vie religieuse dans sa toponymie.