Des filles expulsées de la toilette des gars

CHRONIQUE / Un ami me racontait dernièrement que des femmes se sont fait mettre dehors de la toilette des hommes lors de l’événement Retour aux années 80, qui se tenait à l’hôtel Le Montagnais le 21 avril.

« J’étais dans la toilette des hommes, et il y avait des filles qui attendaient pour entrer dans la cabine privée. Personnellement, je ressentais un malaise avec tout ce qui se passe de dénonciations à caractère sexuel, mais ce n’était pas la première fois que je voyais des filles dans la toilette des gars lors d’un événement public », raconte-t-il.

« Mais, un moment donné, il y a un gars qui leur a dit de sortir : ‘‘Non, non les filles, sortez d’ici, avec toutes vos histoires de #MeToo, on ne veut pas se faire accuser d’affaires sexuelles si on vous regarde de trop près ou si on vous touche en passant’’. Après ça, les filles sont sorties », témoigne mon ami, un peu découragé de l’impact chez certains hommes des mouvements de dénonciation.

« C’est un fait, tout de même, que de plus en plus de gars se montrent méfiants et ont changé leur attitude par rapport aux femmes », constate-t-il, en s’interrogeant jusqu’où ira cette méfiance qu’il voit se manifester de plus en plus autour de lui.

Les filles, mais pas les gars

Pour ma part, je n’oserais pas entrer dans une toilette publique pour filles, même s’il y a une file ça de longue devant la toilette des gars. Par contre, j’ai souvent vu des filles entrer dans les toilettes publiques pour hommes dans les bars, sans que cela cause de problème.

Des filles un peu plus culottées se permettent cet accroc, souvent en implorant notre tolérance en disant : « Excusez-moi les gars, mais il y a une file interminable dans les toilettes des filles, et je ne peux plus attendre ». Généralement, on prenait ça à la légère en blaguant avec elle pendant qu’elle prenait la direction des cabines fermées. Celles qui n’osaient pas les toilettes des hommes devaient attendre dans la file interminable.

Les gars ne se présentent pas dans les toilettes des filles, sauf par erreur, et quand ça arrive, on se retrouve face à des paires d’yeux qui en disent long et qui nous incitent à fermer la porte automatiquement, en se confondant en excuses. On a tous aussi entendu l’histoire du gars qui est entré dans les toilettes des filles et qui est resté enfermé 30 minutes dans la cabine, pour sortir dès qu’il n’y avait plus de filles dans les toilettes ou autour du lavabo. Il avait été bien surpris des conversations qu’elles tenaient.

Toilette privée

Jusqu’à tous récemment, c’était toléré, mais depuis l’incident de l’événement Retour aux années 80, je me demande si les gars vont commencer à être moins tolérants.

Il y en a pour qui le concept de toilettes pour hommes ou pour femmes ne devrait pas exister et pour qui seule l’accessibilité devrait être la norme. 

Je ne suis pas certain qu’on soit rendu là et je ne crois pas que ça intéresse quiconque de rencontrer l’autre sexe dans une toilette publique. 

Il en va autrement des toilettes privées avec une porte qui se barre et qui couvre l’entrée de haut en bas. 

C’est un peu ridicule, d’ailleurs, quand il y a une file devant la toilette des femmes et qu’il n’y a personne dans la toilette des hommes, ou vice versa. Tant qu’on est seul dans le cabinet d’aisances, je ne vois pas le problème de partager l’endroit.

Toilettes non genrées

Nous ne sommes pas, ici, dans le dossier des toilettes non genrées, comme cela se fait dans certains établissements d’enseignement. Il existe déjà, dans les cégeps et les universités, des toilettes individuelles non genrées que peuvent utiliser homme, femme ou transgenre. Il n’y a que le mot « toilette » écrit en haut de la porte, sans pictogramme.