L’antiquaire Robert Gauthier lancera des encans d’antiquités au sous-sol de son magasin à compter du 26 mai.

Des encans d’antiquités

CHRONIQUE / Robert Gauthier, antiquaire de Chicoutimi, tiendra des encans d’antiquités à compter du 26 mai. C’est un nouveau concept dans la région et ça se fera dans la bâtisse du 46 rue Jacques-Cartier, en face du Marché Centre-Ville.

« Ça fait 20 ans que je vends et que j’achète des antiquités de qualité », précise Robert Gauthier. « Il y a toujours de la demande pour des objets de qualité » insiste le marchand qui lancera une salle d’encan au sous-sol de son commerce.

« Je participe à des encans depuis des années et je suis certain que ce genre d’événement qui se tiendra toutes les deux semaines sera couru et apprécié de la population. Au début je vais vendre des objets qui font partie de ma collection, mais avec le temps je vais faire place à des consignataires, des gens qui voudraient vendre leurs biens à l’encan », explique l’antiquaire.

Je connais Robert Gauthier depuis l’école secondaire, on a brassé quelques projets ensemble à l’époque. Il a été chef cuisinier et a tenu le restaurant La Sauvagine pendant quelques années. C’est là qu’il a commencé à acquérir des objets anciens pour décorer son restaurant. Il vendait ces objets aux clients qui lui en faisaient la demande.

On se voyait à l’occasion à son restaurant, on s’informait l’un de l’autre comme ça, comme de vieux copains. Un jour le restaurant a fermé et il s’est retrouvé dans un petit local au centre-ville à vendre des vieilleries. Je me souviens je lui avais acheté un set de services en argent avec le cabaret, la théière, le sucrier et le pot à lait. Ça fait au moins 15 ans et l’argenterie se ternit sur une tablette de rangement au sous-sol.

« L’argenterie, ça ne se vend plus. Si les jeunes pouvaient manger dans des assiettes de carton, ils le feraient ; ils le font d’ailleurs. Le rapport à l’objet n’est plus ce qu’il était. Les jeunes sont attirés par ce qui est vintage, par ce qui date des années 50 et 60 », fait savoir celui qui est maintenant le seul antiquaire de Chicoutimi.

« Les gens m’appellent quand ils ont de vieux bijoux ou de vieux meubles à vendre. Souvent ce sont les successions qui communiquent avec moi. Les parents sont décédés et il y a des objets dans la maison et ça n’intéresse pas les enfants, alors je fais une offre pour le lot, mais j’achète seulement des objets de qualités », explique Robert Gauthier. « J’ai au moins de 15 à 20 communications par semaine de la part de gens qui veulent se débarrasser d’objets antiques. Je parle à tout le monde, je vois avec eux et on finit par s’entendre. Sinon les gens vont sur les petites annonces Kijiji et se rendent rapidement compte que ce n’est pas la place pour les meilleures offres », dit-il.

Au fil des ans, le petit local à Robert est devenu plus grand et 18 ans plus tard il a fini par acheter la bâtisse pour en faire un véritable magasin d’antiquités sur trois étages. La bâtisse du centre-ville est dotée de portes de garage à l’arrière pour permettre aux acheteurs d’embarquer leurs achats dans leur camion, en plus d’un stationnement.

« Je m’attends à recevoir autour de 200 personnes pour chaque encan. Tous les gens qui courent les marchés aux puces et les brocanteurs amateurs vont venir assister aux encans. Je vais m’assurer qu’il y ait des pièces pour tous les genres d’acheteurs », explique l’antiquaire.

Quand on entre dans le magasin d’antiquité de Robert Gauthier, c’est une véritable caverne d’Ali Baba. « Les vieux objets se vendent bien, comme les appareils photo, les montres, les objets militaires, les coffres et les choses du genre. Il y a des acheteurs pour tout. Il y a des gens qui recherchent des objets d’art pour décorer leur maison et ça vaut aussi pour les luminaires », indique Robert Gauthier.

Pour les objets religieux, Robert Gauthier dit avoir de bonnes relations avec les congrégations religieuses. « Comme de plus en plus d’églises ferment leur porte, les gens aménagent de petites chapelles dans des lieux de villégiature près des chalets ou dans les résidences pour personnes âgées. Ces gens achètent des statues pieuses pour aménager leurs lieux de prière. Si je n’arrive pas à vendre ces statues, ça demeure tout de même de beaux objets de décoration pour la boutique », dit-il en pointant une belle statue de plâtre. Avec la fermeture du Grenier de mon père, Robert Gauthier demeure le seul antiquaire de Chicoutimi et avec l’achat de la bâtisse du centre-ville, il a l’intention de dynamiser un peu plus son secteur d’activité. Le nouveau marché des encans est appelé à devenir très populaire selon lui. Qui dit mieux ?