Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Roger Blackburn
Le Quotidien
Roger Blackburn
Les ados ont besoin de retrouver la pratique des sports d’équipes.
Les ados ont besoin de retrouver la pratique des sports d’équipes.

De l’oxygène, aussi, pour les ados

Article réservé aux abonnés
Le premier ministre François Legault a lancé sur ses réseaux sociaux, samedi, qu’il aimerait donner un peu d’oxygène aux commerces. M. Legault, on me demande de vous dire que les ados ont aussi besoin d’oxygène. Ils ne sont plus capables, ils sont tannés, ils sont à la veille de décrocher.

À l’école, rien ne va plus, les cours en ligne ça vaut ce que ça vaut, on leur répète en présentiel ce qu’on leur a dit en ligne la veille. Les possibilités d’échec sont difficiles à vivre pour bon nombre d’entre eux.

« Certains passent la journée devant leur écran et suivent des cours particuliers le soir pour comprendre davantage la matière. Nos ados sont mal en point. Ils passent la journée devant leur écran, ils ont besoin d’encadrement, ils ont perdu leurs repères. Ils ne voient plus leurs amis et ils ne peuvent quitter l’école comme d’autres peuvent quitter leur emploi », fait valoir Alexandre Boudreault, directeur général de la Maison de jeunes Le Jouvenceau de Dolbeau-Mistassini.

« Il y en a pour qui les cours en ligne, c’est très difficile. Ils sont distraits, les notes baissent, ils souffrent d’anxiété, ils ont des travaux à faire, d’autres doivent faire des reprises de cours. Durant les pauses, ils ne peuvent rien faire, ils ont perdu le côté social de leur vie, ils sont épuisés », lance l’intervenant auprès de cette jeune clientèle.

Il faut trouver un protocole

En fin de semaine, un couple, tous deux dans le domaine de la santé, avec deux jeunes ados à la maison, sonne l’alarme.

« Ça n’a plus de bons sens. Les jeunes passent la journée devant leur écran, ils n’ont plus rien à faire. Il faut que les spécialistes de la Santé publique trouvent une façon. Ils doivent se creuser la tête pour trouver une façon de permettre aux ados de recommencer à faire du sport et à vivre leurs activités. Il doit sûrement y avoir un protocole pour qu’ils puissent faire de la gymnastique, de la natation, du judo, du karaté. Ils peuvent jouer au basket en gang sur l’heure du midi, mais ils ne peuvent jouer ensemble le soir dans leur ligue. Il faut inventer un protocole, il faut que nos ados recommencent à vivre », m’ont partagé ces parents.

Les ados sont tannés et ont besoin de retrouver les sports d’équipe et les activités sportives et sociales encadrés.

« Je suis aussi propriétaire d’un restaurant avec des associés et je préfère qu’on laisse mon restaurant en take out pour laisser les ados retrouver leur vie et leur santé physique et mentale. Il n’y a pas que le commerce qui a besoin d’oxygène », laisse tomber le papa de deux jeunes garçons.

Alexandre Boudreault, de la maison des jeunes de Dolbeau-Mistassini, en convient: « Ce ne sont pas tous les jeunes qui aiment ça faire de la raquette, du ski de fond ou de la marche à pied. Les ados aiment les sports d’équipe, les rencontres que cela provoque. Les courses, les compétitions et le cadre dans lequel se tiennent ces activités, ils ont besoin de retrouver ça, ils ont besoin de reprendre le parascolaire, sinon il y aura trop de décrochage ».

Des ados éteints

Une maman me partage la réflexion de sa fille, lundi matin. « Ce n’est plus pareil à l’école depuis qu’on porte le masque en classe, je n’ai plus le goût d’y aller. Les élèves ne participent plus. Le prof pose une question et personne ne lève la main. Le prof demande qui voudrait lire tel passage d’un livre, personne ne lève la main. Quand le prof demande à quelqu’un de lire, on ne comprend rien avec le masque, donc c’est le professeur qui lit en avant », a-t-elle dit.

Le patinage libre, la raquette, le ski de fond et la marche ne conviennent pas à tous les adolescents.

« Les ados ont moins de fun, ils s’éloignent les uns des autres. Même la remplaçante leur demande s’ils sont toujours comme ça, tellement ils ne sont pas motivés. “En classe c’est plate, ça ne me tente plus” », lui a dit sa fille.

Il ne reste plus grand-chose pour les motiver. Il doit sûrement exister un modèle quelque part dans le monde pour permettre aux ados de vivre leurs activités sociales et sportives. Ils ont l’âge de se faire des chums et des blondes et ils sont confinés devant leur écran. M. Legault, il faudrait trouver une façon de souffler sur les braises de l’adolescence pour rallumer leur flamme, ils sont à la veille de s’éteindre et de décrocher.