De la pêche ou du camping?

CHRONIQUE / Changements climatiques obligent, les normes de gestion de la pêche sur les glaces exigent de nouvelles règles de sécurité et les amateurs de ce plaisir d’hiver devront s’adapter. Les propriétaires de cabane à pêche et les gestionnaires de cette activité sur les glaces de la baie des Ha ! Ha ! en ont débattu mardi soir à l’occasion d’une rencontre d’information au Théâtre du Palais municipal à La Baie et le message a été plutôt mal reçu.

Une douzaine d’intervenants sur la scène ont tour à tour expliqué les différentes règles qui seront appliquées pour la saison de pêche 2018. Ils ont expliqué l’importance des normes de sécurité calculées par des ingénieurs spécialisés pour faire valoir le plan d’aménagement des villages de pêche blanche. Le nombre de véhicules automobiles sur les glaces sera désormais limité et la dimension des cabanes aura un effet sur les dates d’embarquement. Les mesures mises de l’avant n’ont pas du tout plu aux amateurs.

Dehors, les grosses cabanes

Le principal irritant est la procédure d’embarquement des cabanes à pêche sur les glaces en fonction de leur dimension. Avec 12 pouces de glace (30.48 cm) les cabanes de 100 pieds carrés (9,29 m2) pourront s’installer ; avec 13 pouces de glace (33 cm), les cabanes de 110 pieds carrés (10,22 m2) pourront embarquer et ainsi de suite jusqu’à ce que la glace atteigne 18 pouces (45,72 cm) pour les cabanes de 215 pieds carrés (20m2).

« Moi, avec ma cabane de 8 X 20 puis mes cinq enfants, je vais embarquer seulement au mois de mars et il va me rester à peine une semaine de pêche », a lancé le premier intervenant au micro.

« Avec ces règlements-là, si la glace n’atteint pas 18 pouces au cours de l’hiver, je ne pourrai pas aller à la pêche », a lancé un autre amateur visiblement en désaccord avec les mesures imposées.

L’intervenante de la Ville, Carolyne Dion, qui tentait tant bien que mal d’expliquer la gestion des risques a lancé au micro : « On ne vous empêche pas d’aller à la pêche, il suffit de vous acheter une tente pour aller pêcher », pour provoquer les huées des 300 participants présents sur place. « Vous voulez aller à la pêche ou faire du camping ? », a-t-elle lancé alors que la foule a répondu en coeur ; « du camping !».

Du camping d’hiver

Le message des participants avait le mérite d’être clair ; la pêche sur les glaces de la baie des Ha ! Ha ! est un prétexte pour faire du camping d’hiver. D’ailleurs, tout au long de la soirée on a parlé des motoneiges qui passent en fou entre les cabanes à pêche, de circulation en VTT, d’ordre et de paix sur les sites, des endroits pour prendre une douche, des toilettes publiques, de la collecte des ordures, de recyclage, d’aménagement des rues, des aires de stationnement et de dimension des cabanes à pêche.

Les nouvelles mesures proposées par Saguenay ont aussi le mérite d’être claires. À l’avenir, tout sera fait pour diminuer ou répartir les poids des installations sur les glaces. « Il y a d’importants facteurs de risque à considérer. Il y a des marées, il y a un chenail ouvert par un brise-glace, il y a des deltas formés par les embouchures de rivière et la glace est inégale. Nous appliquons les normes les moins sévères pour la gestion d’un environnement de glace », a fait valoir la représentante de la Ville qui était entourée des différents intervenants tels que policiers, pompiers, urbaniste, ingénieur et gestionnaire du site.

Les intervenants de la Ville de Saguenay et des responsables de la gestion de la pêche sur les glaces de la baie des Ha ! Ha ! ont informé les propriétaires de cabanes à pêche que de nouvelles règles s’appliqueront pour la saison 2018.

Moins d’automobiles

Les petites cabanes pourront embarquer sur les glaces dès qu’il y aura 12 pouces, les autres devront attendre que la glace épaississe pour s’installer. Les amateurs de pêche ont aussi appris que le nombre de véhicules des visiteurs, outre les véhicules des propriétaires de cabanes à pêche, sera limité à 204 sur les glaces, soit 112 dans le secteur de Grande-Baie et 92 dans le secteur de l’Anse-à-Benjamin dans des stationnements prévus à cet effet.

« Non, mais vous voulez tuer l’industrie touristique. Quand les touristes vont arriver ici la fin de semaine, les stationnements vont être déjà pleins, ça n’a pas de bon sens votre planification. Il vous suffit d’étaler les stationnements en longueur sur les glaces, il y a de la place. Pourquoi vous ne nous le dites pas tout de suite que vous voulez seulement avoir des cabanes de 10 X 10 sur les glaces, on va régler ça ce soir », a scandé dans le micro Ronald Gauthier, un pêcheur qui pratique l’activité depuis de nombreuses années.

« Vos mesures m’inquiètent beaucoup, il faut trouver des solutions pour ne pas réduire le nombre de véhicules. Je suis un commerçant spécialisé en chasse et pêche et vos mesures n’ont rien pour développer notre activité », a calmement témoigné Rémi Aubin, un mordu de pêche blanche qui a toujours prôné pour l’arrosage des glaces afin d’obtenir l’épaisseur désirée.

Faut alléger les glaces

On sent que les gestionnaires préparent effectivement les pêcheurs à des changements dans l’avenir pour diminuer le poids global des villages de pêche blanche en fonction de la répartition de la charge et des normes en vigueur.

L’an dernier, les responsables ont pesé 130 cabanes à pêche pour établir une charte de poids en fonction des dimensions des installations. Ils ont expliqué dès le début de la soirée que les statistiques des 23 dernières années démontrent que l’embarquement des cabanes se fait de plus en plus tard en saison et qu’on perd une demi-journée de pêche par année en raison de la glace qui atteint 12 pouces toujours plus tard en janvier.

Seul le nouveau conseiller municipal de l’arrondissement de La Baie, Martin Harvey, responsable du dossier au conseil municipal, a montré de l’ouverture pour modifier les plans d’aménagement proposés en regardant les possibilités avec des spécialistes. « Les gens sont au courant de ces nouvelles mesures depuis le mois de mars et on vous présente ça ce soir, deux mois avant l’ouverture de la saison. Nous sommes pris pour respecter les normes de sécurité, mais on peut sûrement regarder ce qu’on peut faire pour augmenter les espaces de stationnement et accommoder des amateurs, qui possèdent de grandes cabanes, mais qui sont moins lourdes », a-t-il dit.

J’ai l’impression que ça va chauffer sur les glaces de la baie cet hiver, ce qui n’est pas très bon pour l’épaisseur de la glace.