François-Alexis, Sylvie, Charlie-Anne et François-Élie ont profité de leur passage à Roberval pour jouer dehors au Village sur glace de Roberval.

Comme une odeur de bonne humeur

CHRONIQUE / Il faut aimer l’hiver en joual vert pour aller jouer dehors au Village de glace de Roberval alors que le mercure indique moins 24 degrés. En plus d’avoir les joues rouges, ils avaient le sourire fendu jusqu’aux oreilles. La vapeur qui sortait par les portes des cabanes avait comme une odeur de bonne humeur.

Je suis allé faire une virée samedi en pensant bien y trouver un village fantôme ou un désert de glace. Au contraire, je suis tombé sur des familles et des visiteurs du Saguenay et de la France qui jouaient dehors. Les gens marchaient, patinaient, jouaient au hockey, glissaient, roulaient en Fatbike (vélo à roues surdimensionnées) ou faisaient la file à la cantine pour manger une poutine fumante.

Pas frileux

« Il y a eu au moins 200 visiteurs aujourd’hui, même s’il fait très froid. Peu importe les conditions météorologiques, il y a toujours les fidèles qui profitent du dehors et quelques touristes qui viennent se pointer le nez. Cette année, on remarque la présence de plusieurs Européens qui se montrent curieux de découvrir nos installations », a commenté la directrice générale du site, Alexandra Gosselin.

Le Village sur glace de Roberval, c’est un peu comme le nouveau parvis d’église de l’époque, c’est là que se rassemble le monde pour la grand-messe du plein air. Les familles se rassemblent, les enfants bougent toute la journée et les visiteurs profitent des installations.

« C’est comme une fenêtre sur le lac, les touristes aiment bien marcher le Sentier de l’empereur. C’est une marche de 10 kilomètres sur le lac qui donne une vue splendide sur le village de glace et sur la ville de Roberval. Le soir, avec les lumières, ça fait un très bel effet », assure la directrice générale.

On peut louer un vélo aux pneus surdimensionnés pour la somme de 10 $ de l’heure ou 30 $ pour la journée.

Sentier de l’empereur

Une des nouveautés cette année est l’installation d’un refuge chauffé en plein milieu du Sentier de l’empereur qui est tracé en ligne droite jusqu’à l’île aux Couleuvres qui est plantée dans le décor à cinq kilomètres au large. La petite maisonnette chauffée permet aux marcheurs, aux adeptes de ski de fond, aux raquetteurs ou aux cyclistes de faire une pause ou de se réchauffer à mi-chemin.

La location de vélos fait aussi partie des nouveautés, cet hiver. On peut louer le vélo aux pneus surdimensionnés pour la somme de 10 $ de l’heure ou 30 $ pour la journée. Je trouve que ces vélos à gros pneus n’ont aucun intérêt, mais j’avoue que pour une heure, histoire de l’essayer sur une surface de neige tapée, c’est une belle opportunité. J’ai vu quelques cyclistes courageux, samedi, parce qu’à moins 24 degrés, c’est très froid pour le visage.

Touristes

J’ai rencontré aussi le petit François-Élie Provost avec son chandail du Canadien à son nom affichant le numéro 20. Il était très content d’avoir patiné sur un lac. « Ça fait trois heures qu’on joue dehors », a confié son père François-Alexis accompagné de la petite Charlie-Anne.

Les jeunes Français Paul Milot de Bordeaux, Louis Albert de Champagne, Ines Le Dévéhat de Nantes en compagnie de Cynthia Legault de Québec, tous étudiants à l‘UQAC, ont profité de leur journée pour goûter les joies de l’hiver. « On voulait voir à quoi ça ressemblait », a fait remarquer la Nantaise qui avait des patins aux pieds et un café à la main en se réchauffant près du foyer extérieur.

Déjà 15 ans

À sa 15e année d’existence, le Village sur glace de Roberval compte encore 150 cabanes tout autour de l’anneau de glace. « Dans les premières années, il y a déjà eu 350 cabanes sur les glaces et ce n’est pas pour la pêche. Nous étions les premiers et les seuls dans la région avec ce concept hivernal comme un terrain de camping avec des objectifs de bouger et de jouer dehors », raconte la directrice générale Alexandra Gosselin.

« Maintenant Saint-Félicien, Métabetchouan et Saint-Gédéon ont leur propre village de glace dans les limites de leur municipalité, ce qui a ramené notre village aux proportions actuelles », complète Alexandra Gosselin. Pour les non-initiés il faut comprendre que le Village sur glace de Roberval n’est pas un site de pêche sous la glace comme sur la baie des Ha ! Ha ! Il n’y a pas d’eau, ou presque, sous les glaces de Roberval, c’est un pur site de camping hivernal qui témoigne de notre goût pour la petite cabane au Canada chauffé au bois.

Échapper le poêle

Quand on marche tout autour du village, on peut remarquer que les gens s’entassent à six ou huit personnes à l’intérieur de leur petite maisonnette pour le plaisir de sortir de leur maison, de changer de décor et de se prélasser les deux pieds sur la bavette du poêle.

« On a échappé le poêle », me lance une dame en ouvrant la porte de sa cabane pour faire entrer un peu d’air froid. Le terme « échappé le poêle » pour les non-initiés, ça veut dire avoir perdu le contrôle parce que quelqu’un y a mis une bûche ou deux de trop et que la chaleur est devenue insoutenable. Ouvrir la porte à moins 24, c’est comme enclencher le système d’air climatisé.