Michel Saint-Hilaire, le «monsieur de l’impôt», remplit bénévolement les déclarations de revenus des gens à faibles revenus depuis 25 ans à Chicoutimi.

C'est le monsieur de l'impôt

CHRONIQUE / Les gens le reconnaissent au centre commercial et le pointent du doigt en disant : « Hey, c’est le monsieur de l’impôt ! » Il s’agit en fait de Michel Saint-Hilaire, qui chapeaute le programme des bénévoles de l’impôt à Chicoutimi. Chaque année, pendant les mois de février, mars et avril, il s’installe à la bibliothèque municipale avec 16 personnes dévouées pour remplir des rapports d’impôt gratuitement pour les personnes à faibles revenus.

« Ça fait 25 ans que je fais ça. J’ai commencé dans le sous-sol du presbytère de la cathédrale de Chicoutimi avec sœur Sylvie Côté qui avait amorcé la démarche à l’époque. Au début, nous étions trois personnes, on faisait environ 300 rapports d’impôt à la mitaine sur du papier, mais depuis 15 ans, nous remplissons les formulaires par ordinateur avec une entrée directe avec Revenu Québec. L’an passé, nous avons aidé plus de 3600 personnes », raconte le responsable des bénévoles. Ces personnes généreuses de leur temps limitent leur action pour les faibles revenus, car s’ils se permettaient d’aller jusqu’à 35 000 $ par exemple, ils ne suffiraient plus à la tâche.

Services aux personnes âgées

« Ça permet de se sentir utile et d’aider ces gens moins bien nantis. On rédige les rapports d’impôt des personnes célibataires qui gagnent moins de 25 000 $ par année et les couples de 30 000 $ et moins. Nous rencontrons toutes sortes de gens et de nombreuses personnes âgées qui se contentent comme seuls revenus de la Sécurité de la vieillesse et de la Régie des rentes, ce qui représente moins de 20 000 $ par années », indique Michel Saint-Hilaire, que j’ai rencontré à la bibliothèque de Chicoutimi pendant que les gens faisaient la file en attente de faire remplir leur déclaration de revenus.

« Nous rencontrons aussi de nombreux assistés sociaux qui doivent vivre avec des revenus d’environ 12 000 $ par année. Ces gens-là ne paient pas d’impôt, mais doivent rédiger leur rapport s’ils veulent recevoir le crédit de solidarité et le crédit de TPS », fait savoir le responsable.

Un geste apprécié par le gouvernement

« C’est un service très apprécié de la population, mais aussi de la part du ministère du Revenu. Avant, de nombreuses personnes plaçaient leurs papiers dans une enveloppe et retournaient ça au gouvernement. Revenu Québec fait parvenir un logiciel à chaque bénévole avec un mot de passe pour entrer directement les données et traiter les rapports d’impôt en priorité », explique-t-il.

Ce service bénévole permet aux gens d’économiser une centaine de dollars minimum, le tarif que peuvent charger des firmes spécialisées dans le domaine. Michel Saint-Hilaire convient que ce ne sont pas des déclarations très compliquées alors que les gens ont une seule source de revenus. « Ça peut nous prendre entre 10 et 15 minutes par déclaration. Les gens nous apportent leurs papiers à la bibliothèque et on remplit les déclarations à la maison sur nos ordinateurs. Ça occupe nos soirées, j’ai rempli 16 déclarations hier soir, et ça permet d’aider des gens », dit-il.

Pas pour les biens nantis

Évidemment, il y a des gens qui ne disent pas tout. Il arrive parfois que des individus qui ont fait faillite viennent pour réclamer de l’impôt et ce sont les logiciels qui rejettent les demandes. « Parfois, il y a des personnes qui produisent un T5, un document qui sert à indiquer les divers types de revenus de placements de plus de 1000 $. On refuse ces personnes qui ont les moyens d’avoir de l’épargne. Il arrive également que des personnes viennent nous rencontrer alors qu’elles n’ont pas rempli leur déclaration de revenus depuis cinq ou dix ans pour diverses raisons », raconte le monsieur de l’impôt. Le dernier en lice est un homme qui avait purgé une peine d’emprisonnement de huit ans.

« Les gens sont habitués à nous et reviennent nous voir d’année en année. La plupart sont gentils et polis, mais il arrive parfois qu’on se fasse engueuler par des gens mécontents, mais c’est une faible minorité », assure-t-il.

Mine de rien, les 3600 bénévoles de l’impôt au Québec ont rempli plus de 335 000 déclarations de revenus du Québec et du Canada, venant ainsi en aide à plus de 165 000 personnes.