Mario Cyr, qui est originaire des Îles-de-la-Madeleine, présentera un spectacle-conférence le mercredi 29 janvier, au Théâtre Banque Nationale de Chicoutimi.

Celui qui voit fondre l’Arctique

CHRONIQUE / Mario Cyr fait partie de ces rares personnes dans le monde qui captent des images sous-marines dans l’eau froide, comme il l’a fait à au moins 40 reprises depuis une quarantaine d’années sous les glaces de l’Arctique.

Le Québécois, originaire des Îles-de-la-Madeleine, est une sommité mondiale dans ce domaine et il présentera un spectacle-conférence le mercredi 29 janvier, au Théâtre Banque Nationale de Chicoutimi.

« Nous ne sommes pas nombreux, environ une quinzaine dans le monde, à faire ce travail sous les glaces à cause des conditions difficiles qui l’entourent. Quand on fait de la plongée dans les Caraïbes, il y a l’hôtel, les bons repas et la douce chaleur du sud. Quand on plonge sous les glaces de l’Arctique, généralement, on fait du camping d’hiver. Passer de quatre à six semaines en camping d’hiver, ce n’est pas très attirant dans bien des cas », raconte simplement le cinéaste des mers glacées.

L’homme des glaces

On le surnomme « Iceman », on l’appelle le Spielberg des profondeurs, on dit de lui qu’il n’a pas froid aux yeux, qu’il a été le premier à filmer des ours polaires sous l’eau sans se protéger dans une cage. Ça fait 40 ans qu’il voit fondre l’Arctique et il fait des conférences pour en témoigner.

« Les scientifiques ne peuvent pas s’avancer clairement sans preuve irréfutable de ce que sera la banquise de l’Arctique en 2050, mais moi, je peux témoigner de ce qui a fondu depuis 40 ans et j’ai des images pour le prouver », explique le Madelinot âgé de 60 ans, lors d’une entrevue téléphonique.

« Depuis 1991, j’ai fait 40 voyages en Arctique. Il y a 30 ans, on se déplaçait sur une banquise de 70 à 90 cm d’épaisseur, alors qu’aujourd’hui, cette banquise ne fait même pas 10 cm d’épaisseur et il faut sonder la glace pour savoir si on peut s’y aventurer », raconte celui qui réalise des images documentaires utilisées par des entreprises réputées, comme National Geographic, IMAX, la BBC, Disney et Discovery Channel.

Mario Cyr, qui est originaire des Îles-de-la-Madeleine, présentera un spectacle-conférence le mercredi 29 janvier, au Théâtre Banque Nationale de Chicoutimi.

L’Arctique fond très rapidement

« Je ne suis pas un scientifique, mais je peux vous montrer que la glace fond dans le nord et que ce phénomène a des impacts importants sur la faune et les habitants de ce coin de pays », dit-il.

« Nous avons beaucoup de demandes présentement parce que ça fond rapidement. L’été 2019 a été le plus chaud de l’histoire de l’Arctique et il ne reste plus de vieille glace durant l’été. Nous sommes très sollicités pour des demandes de tournage, car on anticipe qu’il n’y aura plus de glace dans quelques années et il faut tourner le plus possible avant que la banquise disparaisse », expose le plongeur.

« Je vois que ça se dégrade rapidement », ajoute-t-il.

« Dans mes conférences, j’explique comment j’ai commencé à faire de la plongée. Les équipements, la sécurité et tout ça sont accompagnés de photos sur grand écran et de petits bouts de film d’images exceptionnelles. Je considère que je suis un témoin privilégié pour avoir accès à cet univers sous-marin qui se développe sous les glaces, et je veux le partager », fait savoir Mario Cyr, qui connaît bien la région et qui a plongé à quelques reprises dans le fjord du Saguenay.

Une pensée pour les plongeurs de la SQ

En terminant l’entrevue, Mario Cyr a eu une pensée pour les plongeurs de la Sûreté du Québec qui recherchent les corps des motoneigistes dans l’eau glacée du lac Saint-Jean et la rivière Grande Décharge.

« Je sais ce que les plongeurs vivent présentement à la recherche des motoneigistes. J’ai déjà fait le même genre de plongée dans le fleuve pour retrouver des personnes disparues aux Îles-de-la-Madeleine. Je leur lève mon chapeau. Ce ne sont pas des conditions de travail faciles avec le courant, la faible visibilité et le drame qui entoure ces recherches », commente celui qui suit cette affaire depuis le début.

Mario Cyr acceptera de répondre aux questions des visiteurs à la fin de sa conférence dans le hall d’entrée du Théâtre Banque Nationale, où les spectateurs pourront acheter son livre L’aventurier des glaces, un récit photographique publié aux éditions Cardinal.