Championnat mondial de pÈtanque Desbiens pour chronique Black

Ça déborde de monde à Desbiens

CHRONIQUE / Il y avait plus de 1000 personnes dans les gradins et autour de l’aire de jeu pour assister au match de pétanque opposant le Canada au Maroc vendredi après-midi, sur le terrain central du 48e Championnat du monde de pétanque.

« C’est pour ça que nous avons choisi Desbiens. Nous savions que nous pouvions remplir les gradins ici », a lancé le vice-président de la Fédération internationale de pétanque, Bernard Aurouze, celui qui a initié les démarches pour la tenue de cet événement sportif international à Desbiens, au Lac-Saint-Jean.

Chaque lancer gagnant de la formation canadienne était accueilli par de chauds applaudissements ; les tirs ratés, par des exclamations de déception. Pour un vendredi après-midi, l’ambiance était à son maximum, et ce, malgré une défaite de 13-6 du Canada.

On peut dire que les compétitions sont commencées et que le niveau de jeu sera encore plus relevé samedi et dimanche.

Je n’ose pas imaginer à quel point le site sera pris d’assaut en fin de semaine ! Le chapiteau ne pourra pas contenir tout ce beau monde. Déjà, vendredi, il y avait des gens debout tout autour des gradins

Les joueurs sont ravis de l’accueil. J’ai presque envie de suggérer au maire de Desbiens, Nicolas Martel, de démonter le chapiteau dans la nuit de samedi à dimanche et de replacer les gradins pour offrir une finale en plein air.

À Desbiens, tout est extrême. Ils sont bien capables de tout refaire en une nuit !

C’est incroyable de voir tout ce qu’on peut réaliser avec un chapiteau, des planches, de la corde jaune en guise de clôture et une armée de bénévoles. Les stationnements sont pleins, les navettes transportent les gens sur le site, et tout baigne dans l’huile. La dame d’Alma qui gère la petite cabane à patates frites a manqué de provisions vendredi.

« Demain (samedi), je n’en manquerai pas, c’est sûr ! C’est rendu que je parle en espagnol, en allemand et en italien ; les gens nous demandent souvent c’est quoi de la poutine », me raconte-t-elle, pendant que je me commandais un casse-croûte.

Québec Issime
Vedredi soir, la troupe de Québec Issime présentait le spectacle d’ouverture pour la délégation d’athlètes. Le promoteur Robert Doré a planifié trois spectacles en trois soirs : De Céline Dion à la Bolduc, Party et Cowboys. « C’est la première fois que je programme les trois shows en trois soirs au même endroit, c’est toute une logistique », dit-il, d’autant plus que le spectacle Cowboys est présenté Saint-Tite. « On va rapatrier ça ici pour dimanche », s’emballe le producteur. « C’est chez moi, ici. J’ai déjà joué de la guitare avec Guy Desmeules ici », raconte-t-il, en montrant le toit de l’hôtel de ville de Desbiens, la fameuse terrasse extrême qui est ouverte pour la durée de Desbiens Extrême.

« Je suis tellement content de présenter mes spectacles ici. C’est mon coin. J’ai grandi à Saint-Jérôme, Métabetchouan aujourd’hui. J’ai étudié au Juvenat de Desbiens avec les pères. Je suis ému, je suis content pour les gens d’ici de vivre ça », confie-t-il.

« Quand j’ai vu passer les représentants des 46 pays avec des drapeaux (lors des cérémonies d’ouverture), j’avais les larmes aux yeux. Regarde ça, il y a 2000 places assises. Ça ne pourra pas tout contenir. C’est déjà plein de monde debout à l’arrière, je n’en reviens pas », élabore celui qui se dit très fier de ce qui se passe à Desbiens.

Parmi les délégations de joueurs présents lors du spectacle, celles de Tahiti, de la Chine de la Slovénie, de la Thaïlande et de la Tunisie ont démontré le plus d’attraits pour la musique québécoise.

Aujourd’hui (samedi) et dimanche, les matchs de pétanque seront de haut niveau. Arrivez tôt si vous voulez avoir de la place ! Ça déborde de tous les côtés !