À l’école de conduite Privilège de Jonquière, l’instructeur et moniteur Denis Leclerc propose aux élèves de s’exercer au volant de voitures de luxe de marque BMW.

Apprendre avec une voiture de luxe

CHRONIQUE / Denis Leclerc vient d’ouvrir une école de conduite automobile avec des voitures de luxe à Jonquière. Les jeunes conducteurs pourront s’exercer dans leurs cours pratiques au volant de BMW. «C’est un nouveau concept dans la région. J’ai acheté une franchise d’une école de conduite avec des voitures de luxe à Sainte-Thérèse-de-Blainville, il y a deux ans, et j’ai décidé d’ouvrir une école de ce genre dans ma région natale», fait savoir le Jonquiérois, qui est instructeur et moniteur.

«Nous proposons aux jeunes le confort d’une voiture de luxe avec les différents équipements, comme les caméras de recul, les détecteurs d’angle mort et les systèmes Bluetooth. Les élèves adorent ça. L’hiver, ils montent à bord de véhicules équipés de sièges et de volant chauffants. Ce sont des équipements très appréciés», fait valoir le propriétaire de l’école de conduite Privilège de Jonquière.

Mercedes et Tesla

Denis Leclerc a l’intention d’intégrer des voitures de marque Mercedes, Camry Hybride, voire même Tesla, à son parc de véhicules, au cours des prochaines années. Le Jonquiérois est en démarche depuis le mois de mai avec la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) pour ouvrir son école de conduite à Jonquière. «À Sainte-Thérèse, des gens nous abordent et me demandent ma carte d’affaires, car ils veulent que leur fils ou leur fille apprennent à conduire au volant d’une BMW», raconte le prof de conduite.

«Nous sommes soumis à de nombreux critères d’accréditation. Il faut se conformer aux normes de la SAAQ, qui a des exigences très élevées à l’égard des écoles de conduite. On s’attend à recevoir de cinq à six visites d’inspecteur de la SAAQ au cours de la prochaine année pour vérifier la conformité de nos équipements», explique le nouveau propriétaire, qui fait partie de la dizaine d’écoles de conduite du Saguenay.

Nouvelles technologies

Le contenu des cours de conduite ne cesse de changer d’année en année avec les nouvelles technologies. La signalisation, le téléphone cellulaire, les nouvelles réalités sur le cannabis, les textos et les gadgets pour les stationnements en parallèle font partie des nouvelles réalités.

«Même si la caméra de recul est masquée lors des examens pratiques de la SAAQ, il faut quand même initier les jeunes à ces nouvelles technologies. Les parents qui possèdent des voitures de luxe apprécient également que leurs enfants apprennent à conduire avec les différents équipements. Ça les rassure», fait valoir celui qui donne des cours depuis sept ans.

Denis Leclerc a développé le goût d’enseigner la conduite sous la férule de Gérald Barrette, de l’école de conduite Barrette à Chicoutimi-Nord, qui se spécialise maintenant dans les cours de moto. «C’est mon mentor, c’est un passionné. Il m’a transmis sa passion. C’est un véritable plaisir pour moi de voir les jeunes gagner en assurance derrière un volant», fait valoir Denis Leclerc.

Enseigner avec humour

«Je fais ce métier avec humour et je prépare les élèves le mieux possible pour leur éviter un échec lors de leur examen à la SAAQ», confie le spécialiste de l’enseignement de la conduite automobile.

«J’ai même déjà passé une audition à Juste pour rire avec un pot-pourri d’anecdotes concernant les jeunes et les écoles de conduite. Je ris encore quand nous roulons sur un boulevard et que je demande à l’élève de changer de voie et qu’il me répond : ‘‘Dans laquelle?’’ Il y a seulement deux voies!», raconte-t-il.

L’école de conduite Privilège propose ses services pour un coût de 850 $ par personne, le tarif maximal imposé par le gouvernement du Québec, taxes et voiture incluses, pour un programme de 39 heures de cours, dont 15 heures de pratique au volant d’une voiture BMW.

«Nos tarifs ne sont pas plus élevés que les autres écoles, même si nous utilisons des voitures luxueuses», assure-t-il.