Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Roger Blackburn
Le Quotidien
Roger Blackburn
André Doré a multiplié les démarches pour réaliser un musée, mais elles n’ont pas été fructueuses.
André Doré a multiplié les démarches pour réaliser un musée, mais elles n’ont pas été fructueuses.

André Doré liquide sa collection de 100 voitures anciennes [PHOTOS]

Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / Le collectionneur André Doré liquide sa collection de voitures anciennes après 50 années d’acquisition. « J’avais le rêve de posséder 100 voitures, c’est fait depuis l’an dernier, alors c’est le temps de vendre ma collection », a confirmé André Doré, que j’ai rencontré dans sa caverne d’Ali Baba, sur le chemin du Plateau à Chicoutimi.

« J’ai 70 ans, c’est le temps de lâcher prise, confie celui qui possède une quinzaine de voitures Ford Modèle T dans sa collection à l’intérieur de ses granges musées. Quand je fais une transaction, je prends 24 heures de réflexion avant de conclure; ça me fait un petit quelque chose de m’en départir. Je ne les vendrai pas toutes. Pendant de nombreuses années, j’ai loué de mes véhicules pour jouer dans La Fabuleuse histoire d’un Royaume et je voudrais peut-être continuer », fait-il savoir.

Personnage étonnant

André Doré est un personnage étonnant. Il ne collectionne pas seulement les voitures anciennes et toutes sortes d’objets hétéroclites, il collectionne également les histoires qui viennent avec les objets. Il faut l’entendre parler de sa Bentley Blower 3D 1930 à cuir Connolly. « Pas celle que j’ai ici, mais celle qui a gagné Les 24 Heures du Mans en 1930, vaut six millions $ », lance-t-il comme ça, au passage, en contournant la question sur la valeur de sa collection.

Il nous parle de la limousine Pierce-Arrow, avec un moteur quatre cylindres en tête, et des nombreuses années qu’il a attendues pour en acheter une. Il nous parle aussi de la Buick 1939, le même modèle qu’avait la reine lors de sa visite au Canada. « J’ai le modèle numéro 9 », dit-il. Il nous parle également de la limousine 1958, la même année que Duplessis est mort.

Du haut de ses 70 ans, André Doré n’est pas un modèle ancien. Il déborde d’énergie et s’amuse encore à faire des acquisitions pour garnir ses collections. Sa caverne d’Ali Baba est assez impressionnante. C’est inimaginable de concevoir la quantité d’objets qu’il a amassés avec les années.

En plus des voitures anciennes, il a fait l’acquisition de nombreux objets en lien avec les voitures, comme les pompes a essence, par exemple.

Fin du projet de musée

André Doré a caressé longtemps le projet d’implanter dans sa ville natale un musée de l’auto, avec la documentation sur les véhicules anciens, avec le soutien de sa collaboratrice et passionnée de voitures ancienne, Christine Giroux. Ses démarches n’ont jamais été concluantes, malheureusement.

Quand les planètes ne veulent pas s’aligner, il se trouve toujours de nombreuses embûches sur le parcours. Il a longtemps rêvé d’acheter une église pour en faire un musée et accueillir les visiteurs. « L’histoire du musée, c’est fini pour moi », dit-il en montrant une montagne de paperasse pour signifier tous les efforts déployés au cours des dernières années.

« J’ai essayé d’acheter l’église Saint-Jean-Eudes, dans le passé, mais ça n’a pas été possible. Jusqu’à tout dernièrement, j’ai fait des démarches pour acquérir l’église Saint-Isidore à Rivière-du-Moulin, mais ça coûterait trop cher de taxes, résume-t-il. Même si je payais l’église 100 000 $, je devais payer une taxe de bienvenue sur sa valeur estimée, disons de trois millions de dollars. Alors je n’ai plus de projet. »

« En 2003, j’ai offert 100 000 $ pour l’église Saint-Nom-de-Jésus et ils ont refusé l’offre. En 2005, ils me l’auraient cédée pour un dollar, mais c’était trop tard, j’avais acheté ici sur le chemin du Plateau en 2004 », relate le collectionneur.

À l’occasion, l’été, André Doré reçoit des groupes pour faire visiter ses collections personnelles en offrant des explications et des récits rocambolesques en prime. « Ici, c’est quand j’ai le temps et quand j’ai le goût. Je demande aux gens de se former des groupes, c’est plus intéressant », laisse tomber le passionné de voitures anciennes qui laisse partir une partie de sa vie.