Camille Villeneuve, 90 ans, de Chicoutimi, détient le record du joueur ayant visité le plus de clubs de curling dans sa carrière et le record du joueur ayant joué avec le plus grand nombre de coéquipiers au cours de sa vie.

700 clubs différents à 90 ans

CHRONIQUE / Si, à l’âge de 90 ans, je peux jouer au curling trois fois par semaine et que j’ai encore une assez bonne mémoire pour jouer au bridge, aussi trois fois par semaine, ça veut dire qu’il me reste encore 35 belles années actives devant moi.

J’ai fait la rencontre de Camille Villeneuve, mardi, au Club de curling de Chicoutimi, un nonagénaire originaire de Saint-Jérôme (Métabetchouan) au Lac-Saint-Jean qui a passé sa vie active à Chicoutimi. Être en bonne forme physique et intellectuelle à 90 ans, ça m’impressionne, mais l’originalité de Camille Villeneuve réside dans le fait qu’il a joué au curling dans plus de 700 clubs et avec 3356 joueurs différents, au cours de sa carrière.

Il a collectionné, dans des albums, les photos et les noms des joueurs avec qui il a joué à travers les années. Il a joué la semaine dernière avec le collègue des sports, Phil Desgagné, et il lui a fait savoir qu’il était le 3356e joueur différent. C’est Phil qui m’a présenté cette force de la nature.

« J’ai commencé à jouer au curling à l’âge de 38 ans. J’ai été gardien de but pendant 25 ans et je voulais me trouver un sport moins exigeant. Alors je me suis mis à pratiquer le golf, le curling et à jouer au bridge », laisse tomber l’homme à la parole facile et à la mémoire phénoménale.

À la conquête des clubs

« J’ai commencé à inscrire dans un grand livre noir le nom des joueurs de mes équipes et des différents clubs de curling que je visitais. Un moment donné, je me suis rendu compte que je pourrais atteindre le chiffre de 100 clubs différents visités au cours de ma carrière. Le président du Hudson Club Legion à Hudson, en Montérégie, m’a offert d’organiser un match amical pour souligner le fait que j’avais joué dans 100 clubs différents. Après la partie, le président du club m’a remis un certificat de reconnaissance avec le nom des joueurs de l’équipe. J’ai trouvé ça l’fun d’être reconnu pour ça et je me suis fixé comme objectif de me rendre à 200 », raconte l’homme qui paraît 20 ans plus jeune que son âge. Il avait 66 ans quand il a atteint le chiffre magique de 100 clubs.

Il a visité son 200e club à Edmonton et son 300e en Nouvelle-Écosse. Il s’est mis à voyager à travers le pays et les États-Unis en apportant ses albums de photos en expliquant aux gens qu’il voulait établir le record du joueur ayant visité le plus de clubs de curling dans sa vie.

Une visite, un événement

Sa visite devenait un événement et les clubs le recevaient pour un match partout à travers le Canada, les États-Unis et même jusqu’en Alaska. « J’ai joué dans 39 clubs en 41 jours au Manitoba lors d’un “road trip”. Je jouais deux parties par jour, une le matin et une autre en soirée », raconte le phénomène qui a collectionné les épinglettes des clubs et des villes qu’il visitait.

Il a accordé de nombreuses entrevues dans les journaux locaux dans plusieurs des villes qu’il a visitées. Il a joué dans 260 clubs sur les 272 qui existaient en Ontario, alors qu’il estime à environ 1100 le nombre de clubs de curling au Canada. Camille Villeneuve a visité son 500e club en 1982 en se rendant au Duluth Curling Club, à Duluth au Minnesota, aux États-Unis, où le président du club avait organisé un tournoi en son honneur. « Il y avait des jeunes de 17 à 18 ans et un senior de 91 ans parmi les participants et trois chaînes de télévision couvraient l’événement », raconte avec beaucoup de joie le sympathique personnage précisant qu’il avait été reçu deux jours à l’hôtel, une gracieuseté du club de curling.

Un 700e pour conclure

À l’âge de 83 ans, notre curleur voyageur a choisi le Grand Manan Curling Club du Nouveau-Brunswick pour célébrer sa 700e visite de club de curling au cours de sa carrière. « J’ai collectionné des casquettes, des épinglettes en plus d’une quinzaine d’albums de photos et articles de journaux qui relatent les différentes étapes de ce record. C’était différent chaque fois ; j’avais hâte de découvrir comment j’allais être reçu et qui seraient les joueurs de mon équipe. J’insistais toujours pour être le skip, j’ai fait des rencontres extraordinaires et j’ai parcouru de nombreux kilomètres de route », témoigne celui qui conduit encore sa voiture.

Camille Villeneuve a songé à la possibilité de se rendre à 1000 clubs visités, mais le décès de son fils à l’âge de 51 ans, des suites de la maladie de Parkinson, lui a fait renoncer à son projet. « C’est à ce moment que j’ai opté pour la baguette (un ancrage au bout du balai qui lui permet de lancer la pierre sans glisser à genoux), j’ai même amélioré le style », explique celui qui signé une belle victoire, mardi, au Club de Chicoutimi.

Trois fois par semaine

« Avant, je jouais quatre fois par semaine, mais il arrive parfois que je m’énerve et que je vais balayer pour sauver des pierres et les amener dans la maison. Je dois ralentir un peu à mon âge », blague le sportif. Ses deux records du joueur ayant joué dans le plus de clubs et avec le plus grand nombre de joueurs différents ne sont pas homologués, malgré les nombreuses lettres de reconnaissance qu’il a reçues, mais personne ne s’est manifesté au cours des 50 dernières années pour revendiquer ces titres.

Entre ses parties de curling, Camille Villeneuve joue au bridge. Encore récemment, il est allé à Fort Myers en Floride. « Il me manquait des points pour devenir un lifemaster (maître à vie), alors je me suis présenté au tournoi et j’ai récolté les points escomptés. Je vais jouer au bridge tant que la mémoire me le permettra, car il faut se rappeler les cartes jouées à chaque levée », dit-il.

Quand on rencontre une force de la nature comme Camille Villeneuve, ça nous enlève la peur de vieillir, ça nous fait espérer que la vie peut être active plus de 90 ans.