Françoise Brochet et son conjoint, le Dr François Brochet, sont les représentants locaux de la France à Chicoutimi et ils représentent le Consul général de France dans la région.

33 ans de vie consulaire

CHRONIQUE / Originaire de France, le couple François et Françoise Brochet vit au Saguenay depuis 37 ans. Ils sont les représentants locaux de la France à Chicoutimi et ils représentent le Consul général de France dans la région administrative du Saguenay–Lac-Saint-Jean.

Je dis « ils sont consuls » de France, mais un couple consulaire ça n’existe pas en terme administratif, ça existe seulement dans la réalité. Le Dr François Brochet, celui-là même qui a créé le département d’oncologie à l’hôpital de Chicoutimi, a été nommé consul honoraire de France à Chicoutimi en 1988, mais il partageait la tâche avec son épouse.

Françoise Brochet assume maintenant cette fonction depuis le 8 février 2018. « Il n’y avait pas de relève, il n’y avait personne d’intéressé à cette fonction, alors, comme je secondais François depuis 33 ans à ce titre, on m’a donc demandé d’assurer la continuité », explique la consule de France que j’ai rencontrée dans sa résidence privée de Chicoutimi.

« J’avais une date de péremption. Après l’âge de 70 ans, en France, on ne peut plus assumer cette fonction », lance François Brochet qui a été représentant local auprès des autorités canadienne et chargé d’assurer la protection des ressortissants français durant toutes ces années.

Le drame des motoneigistes

Le couple consulaire se remet à peine de ses émotions suite à la tragédie impliquant huit motoneigistes français au lac Saint-Jean. « Nous étions les premiers sur les lieux le mercredi matin pour soutenir les trois survivants de cette tragédie. Nous leur avons apporté support et compassion en plus de les accompagner au moment d’avertir les familles », confie la consule en avouant que ce fût une des tâches les plus difficiles à accomplir dans leur rôle de consul.

« Aujourd’hui, avec les réseaux sociaux on se doit d’agir rapidement, nous avons peu de temps pour la réflexion et on ne peut plus prendre notre temps pour bien faire les choses, il faut bien faire rapidement. Dès mercredi matin, les réseaux sociaux s’étaient enflammés en France et il fallait établir les faits le plus rapidement possible. Les cellulaires des survivants n’arrêtaient pas de sonner », met en relief la consule qui avait déjà eu quelques conversations téléphoniques pendant la nuit.

Françoise Brochet et son conjoint, le Dr François Brochet, sont les représentants locaux de la France à Chicoutimi et ils représentent le Consul général de France dans la région.

« C’est une très grave tragédie et il y avait beaucoup de tristesse chez les gens que nous avons rencontrés », d’ajouter François Brochet. La consule préfère pour sa part s’abstenir de commentaire sur l’événement qui est encore trop récent et très douloureux pour les familles et les proches.

« Je peux juste vous dire que ces motoneigistes français étaient expérimentés, ce n’était pas des têtes brûlées et ce n’était pas la première fois qu’ils venaient dans la région pour faire de la motoneige », précise-t-elle.

Accompagner les Français

Ça fait partie des tâches de la consule de France d’aider les familles, les touristes, les travailleurs et les étudiants. « Nous sommes là pour les orienter vers les bonnes personnes et dans les bons endroits. S’il s’agit d’un résident français qui a commis un crime et qui est emprisonné à la prison de Roberval, ça fait partie de notre tâche de lui rendre visite s’il en exprime le besoin », explique Françoise Brochet.

C’est une fonction qui exige le don de soi. Ce couple de médecins a consacré sa vie au Saguenay à aider les Français de passage ici. « C’est une fonction bénévole, il faut le préciser, nous ne sommes pas payés pour ça. Nous avons accepté cette fonction par civisme. Le téléphone sonne pratiquement tous les jours pour des besoins, même si les courriels sont de plus en plus utilisés » fait savoir François Brochet.

« Nous n’avons pas de bureau, notre résidence privée a donc servi pour accueillir des visiteurs, des étudiants et même pour des réceptions à l’occasion », fait savoir la consule qui terminera son mandat dans un an, quand elle aura elle aussi atteint âge limite pour tenir l’agence consulaire.

Chicoutimi, un nom connu à Paris

« Ça nous a permis d’avoir une vie bien remplie et d’avoir un réseau de contacts très diversifié. Il ne faut pas oublier que le Saguenay est une région très aimée des Français. Quand nous parlons avec des Montréalais à l’occasion et qu’on leur dit qu’on vit à Chicoutimi, c’est un peu vague pour ceux qui ne sortent pas souvent de leur île. Ils disent ah oui, Chicoutimi, c’est dans le coin de Rimouski, hein ? », relate François Brochet.

« Soyez certain qu’à Paris on a plus de chance d’entendre : “Ah oui, Chicoutimi, c’est beau, j’y suis déjà allé, le fjord c’est magnifique.” Les Français adorent la région. Le Saguenay reçoit la visite d’au moins 80 000 touristes français par année à part le fait qu’il y a plus de 1000 étudiants français inscrits à l’UQAC annuellement », fait remarquer la consule de France à Chicoutimi. On estime qu’environ 8000 Français d’origine vivent dans la région et que plus de 800 sont inscrits au registre de l’agence consulaire.

On dirait, depuis quelques années qu’on entend de moins en moins dire : « Les maudits Français »...