Chroniques

Des jeunes qui aiment le papier

CHRONIQUE / Ça m’a vraiment fait plaisir de rencontrer les étudiants qui viennent de redémarrer le journal étudiant du Cégep de Chicoutimi, L’Oisif. Ils ont témoigné du plaisir qu’ils avaient de tenir entre leurs mains un journal papier et de toucher l’objet de leur travail.

C’est un plaisir quotidien que vivent la plupart des journalistes, celui d’ouvrir le journal papier dans lequel ils ont écrit, de voir le résultat de leur travail. «Ouvrir un journal papier, c’est comme faire jouer un disque vinyle sur une table tournante», a comparé Gabrielle Boutin, qui a signé une chronique intitulée «Ouvrez vos yeux: le CH est malade».

Roger Blackburn

Zigzaguer entre les fissures

CHRONIQUE / Richard Desrosiers, un retraité de 67 ans, a évité le pire lors d’une chute à vélo, sur la rue Vimy, dans le secteur nord de Chicoutimi, dimanche. Le sportif, qui pratique le vélo depuis plus de 25 ans à raison de 300 sorties par année, est tombé dans une imperfection de la route. Il s’est cassé l’os de l’omoplate, s’est fracturé deux côtes et a subi un décollement de la paroi du poumon.

Il a passé une nuit à l’urgence et est retourné chez lui le bras en bandoulière pour une convalescence de deux mois. « Une chance que j’avais mon casque, parce que je me serais retrouvé avec une sévère commotion cérébrale en plus », estime le cycliste, en montrant les grains de sable incrustés dans le plastique de son casque et la fêlure sur le côté.

Chroniques

Un bilan positif pour la pêche blanche

CHRONIQUE / Les nouvelles modalités de pêche blanche de la saison 2019 sur les deux sites de la baie des Ha ! Ha ! auront fait fuir 173 propriétaires de cabane à pêche comparativement à la saison 2018. La nouvelle tarification, qui a fait passer les coûts de 85 $ à 165 $ par cabane, plus les taxes, a incité certains pêcheurs à manifester leur mécontentement en désertant les villages de glace.

« Il y a eu de la grogne au début, il s’est dit beaucoup de choses sur les réseaux sociaux, mais je n’ai jamais douté qu’on relèverait le défi de la gestion des sites de pêche blanche », a fait valoir Dany Tremblay, président de l’organisme Contact-Nature à qui Saguenay a confié la gestion de la pêche. L’organisme a présenté le bilan de la dernière saison, mardi matin, au Pavillon des croisières de La Baie, en compagnie de la mairesse Josée Néron.

Chroniques

Pas de jeunes au théâtre

CHRONIQUE / Dario Larouche fait partie des rares artistes qui vivent du théâtre au Saguenay-Lac-Saint-Jean. C’est un acteur important du milieu théâtral, mais il est beaucoup plus présent dans les coulisses que sous les projecteurs. Il célèbre cette année les 20 ans du Théâtre 100 masques, la troupe de théâtre où il occupe la direction générale et qui a réalisé pas moins de 49 productions, dont 20 théâtres d’été depuis 1999.

« Nous sommes continuellement en répétition, car nous mettons à l’affiche une trentaine de représentations par année si on tient compte de nos deux productions annuelles, la création de Noël, le théâtre d’été et les ateliers de créations estivales qui se terminent par une saynète », défile Dario Larouche lors d’une entrevue accordée dans la loge mythique du Côté-Cour.

Chroniques

Détecter les discours louches

CHRONIQUE / Olivier Bernard, mieux connu sous le nom du Pharmachien, a commencé à parler aux jeunes au cours de la dernière année en prononçant des conférences dans les écoles secondaires et les cégeps. « Je leur parle d’esprit critique, de comment détecter les discours louches et la puissance du marketing. Dans la dernière année, j’ai été surpris de constater à quel point ils ne sont pas crédules et épatés de voir comment ils sont allumés », a commenté Olivier Bernard lors d’une entrevue mercredi matin.

Le Pharmachien est dans la région depuis le début de la semaine à titre de président d’honneur de la 10e édition du festival Fous de la science organisé par le Musée du fjord à La Baie et qui se tiendra du 24 au 26 mai. Il a rencontré les jeunes dans les écoles en plus de prononcer une conférence grand public à l’église Saint-Alexis de La Baie.

Chroniques

L’autre chemin de l’école

CHRONIQUE / « À l’école normale, j’étais trop laissé à moi-même. Moi j’ai besoin d’encadrement, j’ai un TDAH et je n’arrivais pas à fonctionner. Ici à OVNI c’est mieux, les professeurs comprennent notre cheminement et ça me permet de progresser », de commenter Jérémy Tremblay, 19 ans, qui aimerait bien faire un diplôme d’études professionnel (DEP) en informatique.

Ils étaient une quinzaine, mardi après-midi, au local des jeunes de la rue du Havre à Chicoutimi, pour préparer le vernissage d’une exposition dans le cadre du projet Passion graffiti qui a mis à profit le talent créatif des jeunes décrocheurs. « OVNI, ça ne veut pas dire objet volant non identifié », a précisé l’orthopédagogue qui accompagne ces jeunes inscrits à l’éducation des adultes, Marie-Chantale Harvey. « Ça veut dire ouverture vers notre indépendance », précise-t-elle, même si on a tendance à penser des fois que les décrocheurs sont des extraterrestres.

Chroniques

Des encans d’antiquités

CHRONIQUE / Robert Gauthier, antiquaire de Chicoutimi, tiendra des encans d’antiquités à compter du 26 mai. C’est un nouveau concept dans la région et ça se fera dans la bâtisse du 46 rue Jacques-Cartier, en face du Marché Centre-Ville.

« Ça fait 20 ans que je vends et que j’achète des antiquités de qualité », précise Robert Gauthier. « Il y a toujours de la demande pour des objets de qualité » insiste le marchand qui lancera une salle d’encan au sous-sol de son commerce.

Opinions

Des jeunes derrière les chaudrons

CHRONIQUE / Honnêtement, c’était beau à voir. Une trentaine de jeunes à s’activer dans la cuisine du Centre de formation professionnelle (CFP) d’Arvida, à couper des légumes avec des couteaux plus grands qu’eux, à peler des patates grelots pour les faire rissoler et à se demander comment faire cuire leur filet de morue pour remporter la finale régionale des Brigades culinaires.

La cuisine fait maintenant partie des activités parascolaires dans les écoles secondaires de la région. À l’image des émissions de télé, les jeunes chefs de 12 à 17 ans se livrent compétition, tout en apprenant à cuisiner et à s’alimenter. Dans leur panier, ils avaient un filet de morue, des zucchinis et des tomates comme aliments obligatoires dans l’assiette. Pour le reste, il y avait un garde-manger bien garni pour compléter leur recette.

CHRONIQUES

Époque de la croix et la craie

CHRONIQUE / Françoise Simard était maîtresse d’école à Saint-Fulgence. Le 3 novembre 1894, elle a traversé la rivière Saguenay en chaloupe, à partir de Sainte-Anne (Chicoutimi-Nord), pour se rendre à l’évêché de Chicoutimi sur l’autre rive. Elle a accepté la demande de Mgr Michel-Thomas Labrecque pour fonder la Congrégation des sœurs de Notre-Dame-du-Bon-Conseil.

Le vent s’est levé et la chaloupe a dérivé dans le courant. « On perd de vue la chaloupe guidée par Épiphane Gagnon déportée par une tempête qui se déchaîne dangereusement et on la croit coulée. Son beau-frère Cléophase Brassard l’accompagnait et lui dit : “la fondation sera bonne ; c’est le démon qui veut vous engloutir, mais il ne réussira pas.” Le temps est redevenu calme et la chaloupe a finalement atteint la rive. »

Chroniques

20 ans de Quasi-Légendes

CHRONIQUE / C’est l’histoire d’une bande de boys qui étaient tannés de jouer dans des tournois de hockey contre des équipes paquetées et qui n’avaient jamais la chance de gagner un tournoi. Ils ont décidé d’organiser un tournoi avec une liste de bons et de moins bons joueurs à repêcher, pour donner une chance égale à tout le monde de gagner le trophée. Ils s’appellent les Quasi-Légendes.

Ils étaient plus d’une soixantaine de joueurs à s’illustrer sur la glace du Centre Georges-Vézina, cette semaine, pour jouer du hockey à calibre égal. La grande finale est prévue pour samedi après-midi alors que le banquet de la victoire sera célébré en soirée. Durant la saison, ils évoluent dans des ligues de garages, mais au mois d’avril, ils se retrouvent pour vivre leurs séries éliminatoires, leur Coupe Stanley.