Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Richard Therrien
Le Soleil
Richard Therrien
«Il est encore sous le choc de tout ce qui s'est passé, c'était extrêmement traumatisant», explique son avocat, Me Cédric Materne.
«Il est encore sous le choc de tout ce qui s'est passé, c'était extrêmement traumatisant», explique son avocat, Me Cédric Materne.

TLMEP: retour sur un gâchis

Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / Faussement accusé d'avoir agressé un policier, Mamadi III Fara Camara a vécu plusieurs jours de cauchemar. Autant sa présence à Tout le monde en parle était attendue dimanche soir, autant on comprend aisément qu'il ait choisi de se désister au cours de la journée, trop bouleversé par les événements.

«Il est encore sous le choc de tout ce qui s'est passé, c'était extrêmement traumatisant», explique son avocat, Me Cédric Materne, qui dit lui parler presque quotidiennement. Est-on assurément devant un cas de profilage racial? «Trop tôt pour le dire, mais il faut se poser la question», répond prudemment l'avocat en droit criminel, qui juge sévèrement le travail de certains médias dans le traitement de l'affaire.

«La présomption d'innocence en 2021, elle est où?» a demandé Me Materne, qui ajoute que M. Camara regarde ses options en vue d'un éventuel recours judiciaire.

Invité à la dernière minute et habitué de ce plateau, Patrick Lagacé considère que le directeur du Service de police de la ville de Montréal, Sylvain Caron, a manqué son coup lors de sa première intervention devant les médias, jeudi dernier, la veille de ses excuses. «Il avait l'air d'un gars qui avait pris un shooter de napalm avant d'aller devant les médias. Il avait un ton qui n'était pas adapté à la situation. […] Il aurait intérêt à s'entourer de gens qui savent c'est quoi la communication publique et médiatique», a-t-il dit.

Le chroniqueur de La Presse défend la mairesse Valérie Plante, accusée d'ingérence par la Fraternité des policiers de Montréal. «La mairesse n'est pas la mairesse de la police mais des citoyens de Montréal, qui est une ville culturellement diversifiée» où les personnes racisées sont traitées différemment par la police, rappelle Patrick Lagacé. Certaines méthodes de l'ancien maire Denis Coderre relevaient davantage de l'ingérence, selon lui.

«J'espère que ça ne rendra pas à une poursuite civile», affirme le chroniqueur, qui souhaite qu'on puisse en arriver à un règlement avec M. Camara.

La débrouillardise et la créativité de Pierre-Philippe Côté, alias Pilou, suscitent l'admiration. Je lui décerne mon étoile du match.

Dans un tout autre ordre d'idée, la débrouillardise et la créativité de Pierre-Philippe Côté, alias Pilou, suscitent l'admiration. Je lui décerne mon étoile du match. «Bien des villages auraient besoin d'un Pilou», a lancé Dany Turcotte à cet artiste qui a quitté la ville il y a neuf ans pour s'établir à Saint-Adrien en Estrie, où il a son propre studio. Partisan du capitalisme inversé, qui consiste à réinvestir dans la collectivité, il a acheté l'église du village pour la somme symbolique d'un dollar avant de la rénover au coût de 1,3 million et d'y installer le Bureau Estrien de l'Audiovisuel et du Multimédia, le BEAM. Depuis trois hivers, il parvient à la chauffer à partir de serveurs de cryptomonnaie, une solution ingénieuse.

Convaincu que les églises peuvent faire partie du plan de relance des villages au Québec, il souhaite que son exemple fasse des petits. L'artiste, qui a signé des chansons pour La vraie nature en plus de travailler avec entre autres Ariane Moffatt, Jorane et Marie-Jo Thério, a raconté comment il a sauvé le tournage d'un vidéoclip, celui de Stargazing de Kygo, à Saint-Adrien. Dommage que l'émission ne se soit pas conclue avec une prestation de l'artiste, un segment qu'on semble avoir abandonné depuis quelques semaines.

Gary Kobinger, une sommité dans le développement de vaccins, pense que l'éventuelle troisième vague l'automne prochain sera un gros indicateur pour la suite des choses. Le directeur du Centre de recherche en infectiologie de l'Université Laval croit encore possible que la moitié de la population soit vaccinée pour septembre, mais précise que la vaccination ne va pas tout régler, «parce qu'on va peut-être être déçus». Avec son équipe, il développe depuis trois ans un nouveau vaccin expérimental contre le VIH, qui obtient des résultats très encourageants. Il juge important de rester ouvert aux inquiétudes reliées à la vaccination, normales selon lui, même s'il rappelle que ses bénéfices ont été démontrés.

«Je n'ai jamais vu un déploiement policier aussi musclé, aussi imposant, aussi fou de ma vie», affirme la correspondante de Radio-Canada en Russie, Tamara Alteresco. Onze mille personnes, surtout des jeunes, ont été arrêtés dans cette «réponse démesurée» aux manifestations des derniers jours. Condamné la semaine dernière à trois ans et demi de prison, l'opposant russe Alexeï Navalny est entre autres à l'origine de cette rébellion, lui qui a survécu à un empoisonnement au Novichok.

«Il se donne comme mission de se débarrasser de Vladimir Poutine», affirme la journaliste, ajoutant que plusieurs le considèrent aujourd'hui comme un prisonnier politique. Tamara Alteresco a confirmé avoir reçu une première dose du Spoutnik V, le vaccin russe jugé efficace à 91%, et constate que d'autres pays, dans la course au vaccin, pourraient devoir se tourner vers celui des Russes malgré les tensions politiques.

C'est la quatrième fois que François Papineau et Bénédicte Décary travaillent ensemble, mais leur couple dans la comédie Entre deux draps sur Noovo n'a pas du tout la même dynamique que leur véritable couple dans la vie. Même situation pour Pier-Luc Funk et Virginie Ranger-Beauregard, qui ne se trouvent pas à jouer des choses qu'ils connaissent dans leur vie personnelle. Malgré son titre, Entre deux draps comporte très peu de scènes torrides. «On voit des brioches», a blagué Pier-Luc Funk, qu'on voit aussi dans Rue King et Sans rancune à TVA.

On a conclu avec l'historien Frantz Voltaire et Isabelle Racicot, agréablement surprise par les réactions suscitées par le documentaire Pour mes fils, mon silence est impossible, rediffusé tout de suite après l'émission d'hier. «90% des messages étaient positifs. […] Moi, j'ai envie de travailler avec ce 90%-là», affirme l'animatrice en ce Mois de l'histoire des Noirs. On avait commencé l'émission en évoquant le profilage racial, on l'a terminée sur le racisme systémique, un concept qui fait peur malgré un dialogue bel et bien ouvert dans l'espace public.

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.