Richard Therrien
Le Soleil
Richard Therrien
Les deux Tina du mardi soir (Brigitte Poupart et Hélène Bourgeois Leclerc) sont certainement deux des personnages les plus intéressants de notre automne télévisuel.
Les deux Tina du mardi soir (Brigitte Poupart et Hélène Bourgeois Leclerc) sont certainement deux des personnages les plus intéressants de notre automne télévisuel.

Les mardis Tina!

CHRONIQUE / Il n'y a pas plus à l'opposé que Tina Carpentier-Trudel de Toute la vie et Tina Fournier de 5e rang. La première est autoritaire mais bienveillante; la seconde, perfide, glaciale, machiavélique. Les deux Tina du mardi soir sur ICI Télé, une à 20h, l'autre à 21h, sont certainement deux des personnages les plus intéressants de notre automne télévisuel.

Responsable pédagogique d'une école pour jeunes filles enceintes, Tina Carpentier-Trudel ne l'a pas eue facile depuis le début de Toute la vie. En quête de ses origines, elle est confrontée à son propre statut d'enfant adoptée à chacune des naissances à Marie-Labrecque. «Tina se noie dans le travail. Ça fait beaucoup, son vase est en train de déborder», constate son interprète, Hélène Bourgeois Leclerc, qui annonce d'autres drames majeurs dans les prochains mois.

Jointe sur le plateau de tournage entre deux scènes, la comédienne avoue qu'elle serait probablement plus sévère que son personnage dans la vraie vie. «Je serrerais un peu plus la vis avec elles! Tina, que j'aime profondément, n'a pas eu d'enfant, et sans se prendre pour la mère de toutes ces filles-là, prend un petit bout de rôle maternel. Cette bienveillance-là, c'est le prolongement de son cœur, tout simplement.»

Écrite par Danielle Trottier et réalisée par Jean-Philippe Duval, Toute la vie succédait à Unité 9 et a mis un peu de temps à trouver son public, avant de grimper jusqu'à la deuxième position du palmarès cette saison. Un succès qui enchante Hélène Bourgeois Leclerc. «La première année, on installait un autre ton, une autre esthétique, un sujet qui aurait pu être trop niché. Finalement, la famille, la petite enfance, la maternité, ça rejoint tout le monde. L'an dernier, c'était beaucoup ce que les filles vivaient avec leur grossesse, leurs peurs, leurs appréhensions. Cette année, c'est beaucoup plus axé sur la famille élargie.»

Tina Carpentier-Trudel (Hélène Bourgeois Leclerc) ne l'a pas eue facile depuis le début de <em>Toute la vie</em>.

Puisque les jeunes filles quittent l'école après la naissance de leur enfant, Hélène Bourgeois Leclerc aura souvent de petits deuils à faire. «Je trouve ça très dur. On est tous tombés en amour avec ces jeunes actrices-là», confie-t-elle. La séparation a été particulièrement difficile quand le personnage d'Anaïs a mis fin à ses jours. «Quand j'ai lu sa mort dans les textes, je me suis mise à pleurer. Puis quand j'ai vu cet épisode à l'écran, j'étais inconsolable. Je me suis beaucoup attachée à Cassandra Latreille [son interprète], qui avait une présence tellement lumineuse à l'écran mais aussi sur le plateau.»


« On vit une fierté de les voir évoluer à l'écran puis repartir continuer leur vie après. Je suis une vraie môman dans l'âme! »
Hélène Bourgeois Leclerc

On connaît la relation de confiance de Tina avec Christophe (Roy Dupuis), qui semble inébranlable. Mais le frère du psychoéducateur (Jean-Nicolas Verreault) parviendra-t-il à envenimer ces rapports cordiaux? On se demande également si Tina reverra Thierry Bourbon (Patrice Robitaille), ce mécène mystérieux et un peu tordu qui l'a séduite en première saison. Sans répondre, Hélène Bourgeois Leclerc admet que Tina risque d'en avoir plein les bras dans les prochains mois.

L'autre Tina, celle qui fait peur...

Chacune des apparitions de Tina (Brigitte Poupart) dans 5e rang, de son vrai nom Agostina Fournier, donne froid dans le dos. La seule présence de cette femme qui commence à en mener large à Valmont parvient à faire trembler ceux qu'elle rencontre; elle a des parts dans l'entreprise de Marie-Luce et Pascal Faubert (Antoine Durand), elle a mis la main sur le garage de Paul Langlois (Luc Senay)... mais que veut-elle donc? Maintenant qu'on sait que Guy Bérubé l'aurait peut-être fait chanter, la police l'a à l'oeil.

Ce n'est pas anodin que les auteurs Sylvie Lussier et Pierre Poirier, qui ont auparavant signé 4 et demi... et L'auberge du chien noir, aient choisi de confier ce rôle à une femme. «On s'est dit que ce serait intéressant dans ce milieu patriarcal qu'est la mafia, explique l'autrice. 5e rang, c'est une série de femmes fortes, à commencer par Marie-Luce [jouée par Maude Guérin]. Avec Tina, on voulait le pendant sombre de la force. Toutes les scènes qu'elles ont ensemble sont très payantes.»

On n'a encore rien vu de la soif de pouvoir et du machiavélisme de Tina, que Sylvie Lussier compare à «une veuve noire au milieu de sa toile». «On va découvrir qu'elle a manipulé beaucoup de monde pour gravir les échelons et tasser ses frères de la compagnie familiale.» Or, voici que l'un d'eux sortira bientôt de prison et qu'une guerre de pouvoir se jouera entre les deux.

Les fans de 5e rang ont eu droit à un automne particulièrement trépidant, résolument tourné vers les intrigues policières. Alors qu'on croyait avoir affaire essentiellement à une saga familiale au départ, Sylvie Lussier admet s'être laissée prendre par les enquêtes policières en cours de route.


« On s'est pognés dans nos propres filets! Sincèrement, on jubile, on s'amuse comme des enfants. C'est la chose la plus compliquée qu'on a eue à écrire: il ne faut pas lasser les gens ni brûler nos indices trop vite. C'est une gymnastique exigeante. »
Sylvie Lussier

Ce virage dramatique leur a donné raison puisque 5e rang apparaît la plupart du temps dans les 10 émissions les plus regardées, toujours au-dessus du million de téléspectateurs.

C'est la réalisatrice Myriam Verreault qui a pensé à Brigitte Poupart pour le rôle de Tina, un choix tout à fait judicieux qui enchante Sylvie Lussier. «Ce côté froid et cartésien était déjà dans le personnage, mais la comédienne amplifie encore plus cet aspect-là. Nous, on marche avec ce que les comédiens nous donnent. C'est ce que j'aime des séries à long terme, qui nous permettent ce va-et-vient entre les auteurs et les comédiens. On peut miser sur les forces de leur proposition. Chaque fois qu'on la voit, c'est très inspirant.»

Brigitte Poupart incarne à merveille ce charme cruel, ce jeu dangereux qui semble l'amuser beaucoup.

Outre le passage rapide de l'hiver à l'été, en raison de l'arrêt des tournages durant le premier confinement, il faut être tatillon pour remarquer que 5e rang est soumis aux deux mètres de distance. «On n'a sacrifié aucune trame dramatique. Il n'y aura pas de scène d'amour torride, mais c'est pas si grave. Comme on peut tourner dehors, ça nous aide beaucoup», confie Sylvie Lussier.

Tina Fournier est assurément ma vilaine préférée de l'automne et me fait apprécier encore plus cette série qui m'avait laissé un peu froid au début. Brigitte Poupart incarne à merveille ce charme cruel, ce jeu dangereux qui semble l'amuser beaucoup. Sylvie Lussier nous l'assure: elle est là pour rester!

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.