Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Léa Martin
Les Coops de l'information
Léa Martin
Le 8 mars dernier était la journée internationale de lutte pour les droits des femmes. Sur mes différents réseaux sociaux, j’ai eu la chance de voir des messages inspirants, révoltants, drôles, produits par des gens qui militent pour une société plus juste: des messages que j’aurais aimé entendre quand j’avais 15 ans.
Le 8 mars dernier était la journée internationale de lutte pour les droits des femmes. Sur mes différents réseaux sociaux, j’ai eu la chance de voir des messages inspirants, révoltants, drôles, produits par des gens qui militent pour une société plus juste: des messages que j’aurais aimé entendre quand j’avais 15 ans.

Ce que j’aurais aimé voir sur les réseaux sociaux à 15 ans

Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / Le 8 mars dernier était la Journée internationale de lutte pour les droits des femmes. Sur mes différents réseaux sociaux, j’ai eu la chance de voir des messages inspirants, révoltants, drôles, produits par des gens qui militent pour une société plus juste: des messages que j’aurais aimé entendre quand j’avais 15 ans. 

Comme tous les milléniaux (ou presque) je me suis résolue à télécharger TikTok au début de la pandémie. Alors que je m’attendais à ne trouver que des ados qui font du lipsync sur du Dua Lipa, je me suis trompée sur toute la ligne. 

J’ai eu la chance de trouver du contenu intelligent, drôle et rassurant en cette période plutôt incertaine: une communauté bienveillante et éducative que j’aurais beaucoup aimé côtoyer plus jeune. Bon, TikTok ne remplacera pas Simone de Beauvoir, mais tous les moyens sont bons pour allumer l’étincelle féministe. 

Ici, je te parle parle à toi, Léa adolescente: tu es déjà en colère, avec raison, mais tu dois encore apprendre à être plus inclusive. 


1. Sois fière d’être « comme les autres filles »

Arrête de juger les autres filles parce que tu n’es pas confortable avec ta propre personne! Bon, ça n’a pas toujours été facile. Longtemps, tu as eu l’impression de ne pas convenir au moule de ce qu’une fille doit être. Tu es fière que l’on dise que tu es un garçon manqué. Tu trouves que les gars ont raison de dire que les filles sont compliquées, mesquines, superficielles.

Mais tu sais quoi? Être «one of the boys» ne te protégera pas des injustices contre les femmes. Tu ne t’en rends pas compte, mais ce que tu fais, c’est de la misogynie intériorisée. En réalité, ce mépris des autres femmes vient de la haine que tu as envers ta propre personne qui ne rentre pas dans l’image que la société se fait d’une « vraie femme ». Ce n’est pas de ta faute, c’est ce que tu vois tous les jours à l’école, dans les médias, etc.

Heureusement, tu as la chance de rencontrer des filles qui se sentent comme toi et votre alliance vous rend plus fortes que jamais. Tu vas découvrir ce lien incroyable qui lie toutes les femmes et qui se manifeste souvent dans une toilette de bar avec des inconnues qui vont devenir tes meilleures amies pour la soirée: une sororité. Dis à tes sœurs que tu les trouves belles, prends soin d’elles, écoute-les, crois-les, partage tes connaissances et elles feront la même chose pour toi. 


2. Les femmes sont très drôles

@charlie__danger

🤡🤡🤡🤡🤡🤡 on vous voit

♬ original sound - Natalie Pienkawa

« Calme-toi, c’est de l’humour », « franchement, on ne peut plus rien dire ». Non Jordan, tu as le droit de faire ta blague sexiste nulle, mais j’ai le droit de te dire que ce n’est pas drôle. Parce que, me dire d’aller te faire un sandwich, en 2012 comme en 2021, c’est juste ringard. Une blague sur le viol… As-tu ouvert Facebook ou Twitter dans les dernières années? 

On peut rire de tout quand c’est bien fait! Pour ça, il faut un peu de bon goût et de sensibilité. Sur TikTok, je vois plein de jeunes créatrices drôles et talentueuses qui rient des autres et d’elles-mêmes. Elles présentent une fenêtre inédite sur certains aspects encore tabous de la vie des femmes de façon brillante. 

Alors, oui Léa, tu as le droit de trouver que la remarque misogyne ou homophobe des gars de l’équipe de foot n’est pas drôle. Ça ne fait pas de toi une salle frigide. Puis on s’entend que rien ne vaut une bonne blague sur ton incapacité à trouver un clitoris. N’est-ce pas Jack*?

*nom fictif qui peut être remplacé par n’importe quel membre d’une bande de mecs toxiques dans une école secondaire près de chez vous. 


3. Tu n’as pas à prouver que tu es digne de tes intérêts et hobbies

Je vous avoue que celle-là, je l’ai réalisée très récemment grâce à TikTok. Est-ce que je suis la seule qui a toujours senti que je devais prouver davantage que je «méritais» d’aimer quelque chose face à un homologue masculin? 

Je m’explique: j’ai toujours aimé le rock alternatif. En général, quand je parle de musique avec des filles, il y a une ambiance de partage. On se fait découvrir des groupes, ce que l’on aime, mais tout d’un coup, dans un groupe de gars il faut que je me prouve: « Euh, tu ne connais pas cet album? Ok, mais cette chanson-là est leur plus commerciale… Heum… Tu ne connais pas tous les noms des membres du groupe?» 

Premièrement, félicitations, tu es capable de mémoriser une page Wikipédia. Deuxièmement, POURQUOI? On passe un bon moment, on échange sur nos intérêts! Pourquoi ressentir le besoin d’être supérieur? Donne-toi l’espace d’aimer ce que tu veux et écoutes les gens quand ils te parlent de leurs passions, tu vas apprendre beaucoup plus qu’en essayant de te prouver! 


4. Arrête d’accepter le strict minimum de la part des hommes

Ce que décrit le gars plus haut arrive beaucoup trop souvent: il donne une serviette propre, un t-shirt et du démaquillant à une fille qu’il reçoit à dormir chez lui sans être insistant pour coucher avec elle. Le lendemain, elle appelle ses amies en disant qu’elle est impressionnée de comment il l’a traitée… Pourtant, mettre les gens à l’aise chez soi et ne pas être un agresseur, c’est ce que j’appelle du savoir-vivre! 

Tu ne le sais pas encore Léa, mais beaucoup d’autres personnes pensent comme toi et tu n’as pas à éduquer toute la planète. 

Notre société demande aux femmes d’être parfaites et aux hommes de ne pas avoir peur de prendre des risques. Cette socialisation selon le genre fait des ravages autant auprès des femmes que des hommes. 


5. Prends soin de ton PH!


Ce TikTok parle si bien pour lui-même:   



6. Les femmes sont belles (sous toutes leurs formes) 

@sweetvirgocreature

Everyone under this sound r soo pretty ahhhh 😫🥺 #fyp

♬ Space Girl - Frances Forever

Lorsqu’on entend parler de TikTok dans les médias, c’est souvent à propos des dangers de certains challenges et l’hypersexualisation des jeunes filles. On y trouve aussi toutes sortes de créatrices qui montrent leurs corps au naturel, des corps différents: des personnes trans, cis, grosses, minces, avec du poil, en situation de handicap et de toutes les couleurs. 

Malheureusement, le contenu que l’on voit sur l’application dépend beaucoup de nos habitudes de visionnement et de l’algorithme, mais si vous allez à la recherche de ce contenu, il est bien présent. 

Tu sais quoi Léa, à 15 ans tu n’es tellement pas prête pour tous les changements que ton corps va expérimenter dans les prochaines années et tu te hais déjà. Je pense que ça t’aurait fait beaucoup de bien de voir toutes ces femmes fabuleuses. Ne sois pas trop dure avec toi-même et les autres.