Les traverses piétonnières sont plus visibles et plus nombreuses sur le territoire de Saguenay.

Priorité aux piétons?

CHRONIQUE / Au début des années 1980, je suis parti à Calgary dans l’Ouest canadien comme travailleur de la construction. Une des découvertes qui m’a le plus séduit dans cette province était la notion de « Pedestrian priority ». J’étais étonné de constater que dès que je me préparais à traverser une rue, les automobilistes s’arrêtaient immédiatement pour me laisser passer. J’étais mal à l’aise, ça me gênait, j’avais l’impression de déranger les automobilistes ; normal, j’avais grandi au Saguenay, une région où les piétons ne sont pas très considérés.

Lors de discussions avec la mairesse Josée Néron, elle m’a assuré que des efforts seraient faits durant son mandat pour améliorer le sort des piétons dans la ville de Saguenay. Une campagne de sensibilisation sur l’utilisation et le respect des traverses de piétons a été lancée en octobre 2018, mais il y a encore énormément de travail à faire dans ce domaine.

Le mois du piéton

Le mois d’octobre était le mois du piéton, une espèce peu considérée à Saguenay depuis toujours. Abordez le sujet autour de vous et vous allez constater que chaque automobiliste a son histoire d’horreur à raconter concernant les piétons. Il y a ceux qui arrêtent pour les laisser passer et qui se font klaxonner par les voitures derrière. Il y a ceux aussi qui arrêtent pour laisser traverser un piéton et qui se font doubler par la droite par un autre automobiliste, mettant ainsi en danger la vie du piéton qui s’engage sur la traverse.

On le sait, ici à Saguenay, les piétons traversent un peu n’importe où. Le piéton se sent souvent plus en sécurité en traversant le boulevard Talbot en plein milieu, car ils se sentent menacés avec les virages à droite aux intersections. C’est aussi une honte de ne pas avoir installé des feux de circulation pour piéton sur des dizaines d’intersections stratégiques sur des voies commerciales. Ils se trouvent encore des gens pour dire que ça va retarder la circulation automobile.

Vive le couloir d’écomobilité

Le nouveau couloir d’écomobilité aménagé près du cégep et de l’hôpital de Chicoutimi a nécessité une nouvelle signalisation et des feux piétonniers ont été ajoutés, ce qui facilite énormément la circulation. Des feux piétonniers sont aussi en attente de fonctionnement sur le boulevard de l’Université à l’angle de la rue Newton qui mène à l’université. Ces feux seront aussi d’une grande utilité lors de la sortie des amateurs de hockey après une partie des Saguenéens.

Étant donné que les automobilistes sont délinquants, les feux de signalisation pour les piétons devront être la norme à l’avenir. Ça sera un peu plus long de circuler sur le boulevard Talbot, mais nous ne sommes pas à une minute près pour sauver des vies. Selon la Société de l’assurance automobile du Québec, plus de la moitié des accidents avec piétons surviennent aux intersections.

On constate aussi que de nombreuses traverses de piétons ont été peintes sur plusieurs artères, cet été, ce qui n’était pas le cas auparavant. Rappelons que plus d’une vingtaine de piétons par année sont blessés par des voitures à Saguenay.

Ça va prendre plus que des campagnes de sensibilisation pour changer les comportements des automobilistes. Un ami me racontait cette semaine que cet été, en plein milieu du village de Desbiens, un automobiliste a fait un arrêt pour laisser passer un piéton qui voulait s’engager sur la rue principale, dans une zone de 50 km/h. « Nous étions trois voitures derrière lui et mon frère me dit : “Pour qu’un automobiliste cède le passage à un piéton, ici au Lac, ça doit être un touriste”. Nous avons rattrapé la voiture en question à la sortie du village et sa plaque d’immatriculation était identifiée au Nouveau-Brunswick », lance-t-il en riant.

Jean-François Tremblay, de TVA, a diffusé un reportage, au mois de juillet, sur les traverses piétonnières de Saguenay, illustrant à plusieurs reprises le non-respect des automobilistes et un vidéo est devenu viral sur la chaîne YouTube.

Ce n’est sûrement pas dans les habitudes des gens d’ici d’agir de cette façon, mais je suis confiant qu’avec l’installation de feux de circulation, l’ajout de traverses piétonnières là où c’est nécessaire et une signalisation adéquate, on va finir par développer le réflexe de protéger les piétons et leur donner la priorité. Ça va être long, les policiers vont devoir sévir et donner des billets d’infraction, mais un jour on va y arriver.

Quand j’étais jeune, peu de gens attachaient leur ceinture de sécurité dans leur auto et les enfants jouaient aux cartes sur les banquettes des voitures familiales. Aujourd’hui, on s’attache et on assoit les enfants dans des sièges d’auto, ça laisse un peu d’espoir pour les piétons de Saguenay.