Les patients de l’Outaouais ont beau avoir presque tous un médecin de famille, ils continuent de se rendre à l’urgence pour se faire soigner.

Docteur, où êtes-vous?

CHRONIQUE / Vous ai-je dit que j’ai un médecin de famille ?

Il m’a été attribué dans les derniers mois du règne libéral de Philippe Couillard, alors que c’était la course pour donner un médecin de famille à tout le monde. À l’époque, il y avait beaucoup de pression pour atteindre les objectifs de la réforme Barrette. C’était le monde à l’envers : les médecins se battaient pour avoir des patients. Les listes d’attente se sont vidées dans le temps de le dire.

J’avais donc obtenu un premier rendez-vous avec mon nouveau médecin de famille à la superclinique Médigo de Gatineau. Je me suis présenté, sans faute, à l’heure dite. Mon bon docteur m’a fait monter sur la balance, a pris ma pression. Vous fumez ? Non, docteur. Alcool ? Avec modération. Mangez-vous des légumes ? Puisqu’il le faut, docteur.

Je me disais que c’était bien d’avoir enfin un médecin de famille. Après 20 ans en Outaouais, il était temps. Une question me taraudait. « Dites-moi, docteur, le jour où je serai malade, et que j’aurai vraiment besoin de vous voir là, tout de suite, dans la journée, est-ce que ce sera possible ? Ou devrais-je aller poireauter à l’urgence de l’hôpital comme avant ? » Il ne m’avait pas répondu par le oui clair et limpide que j’espérais.

Or que nous apprend ma collègue Justine Mercier ?

Que les patients de l’Outaouais ont beau avoir presque tous un médecin de famille, ils continuent de se rendre à l’urgence pour se faire soigner. Même quand la gravité de leur cas ne le justifie pas. Sans même essayer d’obtenir au préalable un rendez-vous avec leur médecin de famille !

À lire aussi: L'urgence par habitude

La force de l’habitude y est sans doute pour quelque chose. Bien des patients de l’Outaouais ignorent que la majorité des médecins de famille ont pris le virage de l’accès adapté ces dernières années. La plupart ouvrent désormais des plages de leur horaire, chaque jour, pour accepter des patients avec un problème de santé ponctuel.

Alors oui, il y a de l’éducation à faire pour inciter les patients à se rendre chez leur médecin de famille plutôt qu’à l’urgence, comme le souligne avec raison le directeur des services professionnels adjoint au CISSS de l’Outaouais, le Dr Nicolas Gillot. En même temps, c’est bien beau d’éduquer les gens, le réseau de la santé doit aussi leur simplifier la vie. Or c’est souvent compliqué d’avoir un rendez-vous avec son médecin de famille, notamment pour les personnes âgées peu habiles avec Internet.

En ce sens, des groupes de médecine familiale (GMF) ont aussi leur bout de chemin à faire pour mieux informer leurs patients de la manière dont ils fonctionnent pour les rendez-vous d’urgence. Le site de clinique d’urgence de certains GMF change presque quotidiennement. C’est tellement compliqué que des patients préfèrent se rendre… à l’urgence.

Depuis 2017, il est aussi possible de prendre rendez-vous avec un médecin de famille via Rendez-Vous Santé Québec. Ce service tout à fait gratuit de prise de rendez-vous en ligne existe depuis 2017. Une bonne idée de l’ancien ministre de la Santé, Gaétan Barrette. Mais ce n’est pas une solution magique. Seulement quatre GMF s’y sont greffés. Qu’attendent les autres pour joindre le bal ?

J’ai essayé lundi d’obtenir un rendez-vous avec un médecin via cette centrale en ligne… sans succès. Le système a vérifié les disponibilités de mon médecin de famille, puis des autres médecins de ma clinique, et finalement, avec les autres cliniques affiliées. Pas moyen d’avoir un rendez-vous rapide nulle part.

J’ai gémi en contemplant l’écran de mon ordinateur. Pour moi, la question reste entière. Docteur, docteur, où êtes-vous quand j’ai réellement besoin de vous ?