Même si le besoin est criant, le CHU de Québec a décidé de ne plus embaucher de personnel infirmier à l'étranger, et ce en raison des règles d'immigration et syndicales, jugées trop compliquées par l'établissement.

«Trop compliqué» d’embaucher des Françaises

CHRONIQUE / Les besoins en infirmières sont criants, là n’est pas la question. Ainsi, même si le Centre hospitalier universitaire de Québec calcule qu’il aura besoin de 350 à 400 infirmières au cours de l’année, il n’embauche plus à l’étranger.

«C’est trop compliqué», laisse tomber Geneviève Dupuis, porte-parole du CHU de Québec-Université Laval, qui comprend tous les hôpitaux de la ville à l’exception de l’hôpital Laval. «Les règles d’immigration et les règles syndicales sont complexes. Et ça coûte cher, au moins 5000 $ par infirmière.»

On a donc décidé de tirer un trait sur cette option. «Nous ne faisons plus de mission de recrutement à l’étranger depuis quelques années. On a déjà participé, et ça n’a pas toujours été de bonnes expériences.»

Pour embaucher une infirmière de l’étranger, un hôpital doit d’abord lui offrir un stage rémunéré de 75 jours en soins aigus, une exigence de l’Ordre des infirmières et des infirmiers du Québec. Le stage doit être assorti d’une garantie d’emploi. «Même si ça ne fait pas l’affaire, on est obligés de l’engager.»

On préfère donc fermer la porte à tout le monde. «On aime mieux ne pas faire miroiter d’emplois.»

Pourtant, de l’autre côté de l’Atlantique, la province cherche activement des infirmières par l’entremise de Recrutement Santé Québec, qui se trouvait justement à Paris à la fin novembre pour convaincre des candidates de venir prêter main-forte aux travailleurs de la santé.

Ce qui ne semble pas être clair, c’est qu’on n’embauche pas partout.

Comme au CHU.

Justine Testeart l’a appris à ses dépens. Je vous parlais d’elle mercredi, elle est débarquée à Québec il y a deux mois avec son mari et ses six ans d’expérience comme infirmière, convaincue qu’elle serait embauchée tout de suite. Toutes ses démarches, jusqu’ici, se sont soldées par une fin de non-recevoir.

Elle se tourne maintenant vers Charlevoix, où le CIUSSS de la capitale nationale embauche des infirmières de France. «Oui, on en des besoins, on compte en embaucher cinq pour 2018», précise la porte-parole du CIUSSS, Annie Ouellet. Les candidates retenues auront un stage professionnel de 75 jours, tel que requis.

Elles seront contactées la semaine prochaine.

À l’hôpital Laval, amoureusement rebaptisé Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec, on est aussi preneur. À l’exception d’une parenthèse entre 2014 et 2016, où les besoins étaient comblés, l’établissement a embauché une cinquantaine d’infirmières françaises depuis 2006.

Cet été, l’hôpital a demandé à Recrutement Santé Québec de lui trouver huit infirmières françaises, cinq candidates ont été dénichées, plus d’une candidate qui a approché directement l’IUCPQ. Ce seront donc six nouvelles infirmières qui pourront bientôt prêter main-forte aux équipes en place.

Le profil des infirmières doit évidemment correspondre à la mission de l’hôpital, précise Joël Clément aux relations médias. «Comme nous sommes un centre tertiaire ultraspécialisé, nos critères de sélection ainsi que nos exigences de formation sont très élevés.»

Au CHUQ, on s’en tient aux candidates canadiennes et québécoises. «Les stages des étudiantes d’ici ne sont pas rémunérés, alors qu’il faut rémunérer celui des candidates qui viennent de l’étranger. Et il y a aussi toutes les règles de l’immigration. C’est à l’employeur de payer pour le renouvellement du permis de travail quand il vient à échéance. C’est extrêmement complexe.»

On lève donc le nez sur des renforts, qui seraient  bienvenus. «Ce n’est pas parce qu’on n’a pas de besoins», insiste Geneviève Dupuis, qui calcule que, pour l’année qui vient, «il pourrait y avoir entre 350 et 400 postes disponibles. Nous faisons beaucoup d’efforts pour recruter, nous sommes attractifs, on a une centaine d’infirmières qui doivent se joindre à nous en janvier.»

Si la filière française est fermée depuis deux ans pour les infirmières, elle reste toutefois ouverte pour d’autres postes à combler. «Ça nous arrive d’embaucher des pathologistes, des ingénieurs.»

Avec les mêmes règles d’immigration. 

Des règles jugées trop complexes quand il s’agit des infirmières. «Les stages, c’est extrêmement complexe, a insisté plusieurs fois Geneviève Dupuis. Ça devient très difficile de recruter comme ça.»