Une analyse de cycle de vie (ACV) compare l’empreinte carbone de l’aréna de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) s’il avait été construit en acier, en structure hybride acier-bois ou tout en bois.

L’occasion de montrer l’exemple

Le 9 août, Saguenay recevait une subvention et annonçait l’échéancier pour la construction d’un centre multisport à Jonquière. L’appel d’offres doit être lancé d’ici un mois. C’est l’occasion rêvée pour innover tout en se montrant exemplaire dans le domaine de la construction en bois, le développement durable et la lutte aux changements climatiques.

La chaire en éco-conseil s’intéresse à la construction en bois depuis plus de dix ans. En effet, le bois est un matériau naturel qui séquestre du CO2, le principal gaz à effet de serre affectant le climat, qui justifie de nombreux emplois et qui représente une richesse économique régionale. Ces éléments nous permettent d’avancer que d’utiliser plus de bois dans la construction s’inscrit dans le développement durable. D’ailleurs, l’utilisation judicieuse du bois exploité de façon durable répond à plusieurs des cibles de l’Agenda 2030 pour le développement durable. Nous avons fait des travaux et publié des articles sur le sujet dans des revues spécialisées au cours des années.

Le dernier, déposé à la revue Building research and information en juillet, porte sur l’analyse de cycle de vie (ACV) et compare l’empreinte carbone de l’aréna de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) s’il avait été construit en acier, en structure hybride acier-bois ou tout en bois. L’ACV quantifie les émissions de gaz à effet de serre du bâtiment, de l’extraction des ressources jusqu’à la disposition de déchets, après la démolition du bâtiment. L’aréna avait d’abord été planifié pour une structure toute d’acier, mais l’UQAC avait demandé qu’on y intègre du bois d’ingénierie, ce qui fut fait en remplaçant une partie de l’acier de la structure par des poutres de lamellé-collé produites par Chantiers Chibougamau. La chaire avait reçu à l’époque une subvention pour faire l’ACV des poutres, et nous avons profité de l’occasion et des résultats obtenus pour élargir le travail à l’ensemble du bâtiment.

Les résultats parlent d’eux-mêmes. Un bâtiment identique et fait en structure d’acier produit quatre fois plus de gaz à effet de serre dans son cycle de vie qu’un bâtiment en bois. Si l’on tient compte de la séquestration de CO2 biogénique, le bâtiment en bois est non seulement carboneutre, il séquestre au net plus de 100 tonnes de CO2 pendant sa durée de vie évaluée à 75 ans. Il s’agit donc d’un bâtiment qui contribuerait à la lutte aux changements climatiques pendant toute cette période.

Depuis, l’UQAC a commencé à former des ingénieurs pour l’utilisation du matériau bois et offre des cours spécialisés dans ce domaine. Mais est-ce qu’un bâtiment en bois est plus cher ou moins durable qu’un bâtiment en acier ? Pas vraiment. Pour la durabilité et la sécurité, le matériau bois est reconnu et de plus en plus utilisé partout dans le monde. Le gouvernement du Québec a mis de l’avant des initiatives pour encourager son utilisation dans la construction commerciale. La question du prix se règle au moment de l’appel d’offres. En effet, on doit concevoir un bâtiment en bois comme tel. La pire des solutions est de vouloir imposer du bois dans une structure conçue en acier ou en béton. En exigeant dans l’appel d’offres d’avoir un bâtiment en bois, les critères sont clairs et les entreprises jouent sur le même terrain.

Avec le projet de centre multisport, Saguenay a l’occasion d’être exemplaire en matière de développement durable. Nous disposons dans la région de l’expertise, des matériaux, de la capacité de quantifier les bénéfices environnementaux d’une telle initiative et de la faire connaître comme une action concrète de développement durable. Il ne faut pas manquer cette occasion de marquer la rupture avec l’ancienne administration et de faire une réelle différence. J’en appelle à la mairesse de Saguenay, Josée Néron, de prendre cette suggestion en considération. L’appel d’offres sera publié dans un mois.