Les femmes artisanes de la paix

CHRONIQUE / Avec sa campagne de financement Que la paix soit avec elle, Développement et Paix – Caritas Canada a mis en lumière des femmes courageuses qui se battent contre la violence afin de bâtir un monde de paix et a demandé au gouvernement canadien d’en faire plus pour les soutenir.

Les femmes jouent un rôle fondamental dans la prévention et la résolution des conflits, ainsi que dans l’établissement et le maintien d’une paix inclusive, durable et équitable.

La contribution essentielle des femmes à l’établissement de la paix a été reconnue en 2000, lorsque le Conseil de sécurité des Nations Unies a adopté la résolution 1325. Cette résolution reconnaît, pour la première fois, les crimes spécifiques commis contre les femmes durant les conflits armés et souligne l’importance de leur participation constructive, pleine et égale à tous les niveaux des processus de paix.


« « Pour moi, la paix est un rêve puisque j’ai toujours vécu en zone de conflit. La paix signifie que les femmes sont entendues et qu’elles peuvent décider de leur mode de vie et de production. La paix, c’est le droit à une vie digne. » »
Luz Estella Cifuentes, de la Colombie, est responsable de l’école de formation politique pour les femmes paysannes, afro-colombiennes et autochtones.

Pourtant, 17 ans plus tard, l’expertise des femmes est toujours sous-estimée, leurs organisations souffrent d’un sous-financement chronique, et elles demeurent largement exclues des processus de paix formels. À titre d’exemple, sur 504 accords de paix signés depuis l’adoption de la résolution 1325, seulement 138 – soit 27 % – mentionnent les femmes. Dans les principaux pourparlers de paix intervenus entre 1992 et 2011, les femmes ne représentaient que 2 % des médiateurs en chef, 4 % des signataires et 9 % des négociateurs. Et seulement 2 % du financement international consacré à la paix et à la sécurité va à la parité ou à l’autonomisation des femmes. Devant la multiplication des conflits violents et leurs répercussions dramatiques sur les populations civiles, des solutions différentes doivent être envisagées afin de promouvoir la paix !

Vous avez soutenu les femmes artisanes de la paix, et vous avez été entendus !

Grâce à un travail soutenu, tant au niveau national que local, la campagne Que la paix soit avec elle a fait une différence. Ce sont 63 députés qui ont été rencontrés afin de leur démontrer de quelle manière les femmes constituent aujourd’hui notre meilleur espoir pour la paix dans le monde. De plus, 70 000 cartes d’action signées et des messages courriel ont été envoyés au premier ministre canadien, Justin Trudeau, demandant à son gouvernement d’augmenter le soutien apporté aux femmes artisanes de paix dans les États fragiles et rongés par les conflits.


« « Si une femme est éduquée et qu’elle est consciente de ses droits, si une femme est autonomisée et protégée de la violence, je suis convaincue qu’elle engendrera des bâtisseurs de paix pour les communautés. Pour moi, la vraie paix c’est lorsqu’il n’y a aucune violence contre les femmes. » »
Jamila Safi, de l’Afghanistan, est formatrice en chef dans le cadre du programme Mobiliser les hommes afin qu’ils protègent les droits des femmes, la démocratie et la paix

Le 22 septembre, la ministre canadienne des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, a annoncé que le gouvernement allait créer le premier poste d’ambassadrice du Canada dédié aux femmes, à la paix et à la sécurité. Cette nouvelle ambassadrice sera une championne des femmes, de la paix et de la sécurité, au Canada et à l’étranger. Pour que ce rôle ait le plus grand impact possible, l’ambassadrice devrait, dans son approche, s’attaquer aux causes profondes de la violence et des conflits.

La ministre a également annoncé un financement de plus de 25 millions de dollars pour renforcer la participation des femmes aux processus de paix, enquêter sur les crimes violents contre les femmes, consolider la paix et soutenir des projets d’égalité entre les femmes et les hommes dans les pays en développement.

Plus tôt cette année, le 4 mars, le ministre des Finances, Bill Morneau, a annoncé une augmentation du budget de l’aide internationale de 2 milliards de dollars sur cinq ans. C’est l’augmentation la plus importante de l’aide internationale depuis ces 16 dernières années. Développement et Paix applaudit cette hausse du budget de l’aide, ce qui représentait l’une des demandes de notre campagne. Chaque petit geste compte…

Louise Desjardins,

répondante diocésaine pour Développement et Paix