Les enjeux d'une ville durable

CHRONIQUE / Dans un mois, Saguenay élira une nouvelle équipe au conseil municipal. Une époque est révolue, avec ses bons et mauvais souvenirs. Pendant les prochaines semaines, les divers candidats nous parleront de leur vision de l’avenir de la ville. Je vous propose donc dans mes prochaines chroniques de traiter des enjeux du développement durable (DD) pour une ville comme Saguenay et, plus largement pour l’ensemble des collectivités de notre région. Cela donnera peut-être du matériel pour mieux apprécier les propositions de vos candidats, pour poser des questions et pour susciter des débats. Saguenay pourra-t-elle se donner une vision de DD ?

Le DD est une idée généreuse présentée comme une façon de maîtriser notre avenir de façon viable, sécuritaire, productive, respectueuse de l’environnement naturel et des cultures humaines. Depuis plus de 40 ans, l’idée du DD se présente comme une voie alternative aux dérives d’un développement économique à courte vue. Le consensus autour de ce nouveau paradigme est une réponse aux ratés du modèle dominant, notamment son incapacité à répartir équitablement les richesses, ses impacts sur l’environnement global et son effet réducteur sur la diversité culturelle et la cohésion sociale. Avec le Programme de développement durable à l’Horizon 2030 (PDD-H2030), ses 17 objectifs de développement durable (ODD) et leurs 169 cibles, nous disposons d’un plan de match pour renverser cette tendance délétère (http://www.un.org/sustainabledevelopment/fr/objectifs-de-developpement-durable/

Le dixième ODD qui porte sur les villes et les établissements humains se lit comme suit : « Faire en sorte que les villes et les établissements humains soient ouverts à tous, sûrs, résilients et durables ». Il s’accompagne de dix cibles qui devraient en soi constituer un plan d’action pour les administrations municipales. En effet, comme le mandat des élus est traditionnellement de quatre ans, 2030 n’est qu’à trois mandats d’aujourd’hui. Il est donc pertinent qu’au-delà de la simple administration des affaires courantes, l’horizon 2030 fasse partie des préoccupations de nos élus.

La ville est de plus en plus le milieu de vie des humains sur toute la planète. Nous assistons à une migration vers les plus grands centres comme nous l’avons vu dans notre propre région où depuis trente ans, nombre de jeunes sont partis vers Québec ou Montréal. Dans une moindre mesure, la ville de Saguenay a maintenu sa population au détriment des plus petites municipalités dont plusieurs sont en voie de dévitalisation. Les réfugiés déplacés de leurs pays pour toutes sortes de raisons créeront aussi une pression démographique qu’il faut anticiper. Malheureusement, dans les villes où ces phénomènes ne sont pas planifiés se créent des îlots de pauvreté où des gens moins favorisés ou plus vulnérables doivent vivre dans des logements inadéquats ou trop chers. La première cible de l’ODD 10 traite du logement. « D’ici à 2030, assurer l’accès de tous à un logement et des services de base adéquats et sûrs, à un coût abordable, et assainir les quartiers de taudis. » Bien sûr, il n’y a pas de bidonvilles ici, mais il n’en demeure pas moins que des efforts importants restent à faire pour le logement comme en témoigne l’organisme Loge m’entraide (https://cvs.saguenay.ca/chicoutimi/entreprises/loge-mentraide/) dont les démêlés avec l’administration précédente ont fait la manchette dans les dernières années.

Une politique visant à réduire la précarité des gens de toutes origines qui s’installent ici n’est pas une question de charité. La valeur foncière des propriétés sera augmentée, les dépenses de santé réduites et la sécurité publique ne peut qu’en bénéficier. C’est un enjeu dont on n’a pas encore entendu parler. Pourtant dans chaque quartier, nos futurs élus sont les mieux placés pour défendre cette priorité.