Jonathan Skeene-Parent, personnel de recherche à l’UQAC, Gérald Savard, préfet de la MRC du Fjord-du-Saguenay, Philôme La France, maire de Petit-Saguenay, et Joëlle Hardy, directrice générale de la Société historique du Saguenay, lors du lancement de la programmation du 100e et du dernier numéro de Saguenayensia, à La Pulperie de Chicoutimi.

Le plus beau des moins connus

CHRONIQUE / Petit-Saguenay, c’est le plus beau des villages parmi les moins connus. Serti entre les montagnes avec de belles fenêtres sur le fjord, le petit village est au cœur du Saguenay. Pour ceux qui l’ignoraient, c’est au bout de son quai qu’on peut observer les plus beaux couchers de soleil sur le fjord, que certains qualifient d’hallucinants.

Avec un reflet long de 27 kilomètres, le soleil a de quoi se mirer longtemps et vraiment dépayser quiconque se retrouve au bout du quai avec un soleil brûlant sur une marre d’huile. C’est en effet au quai de Petit-Saguenay qu’on peut observer le plus long corridor en ligne droite sur le fjord du Saguenay.

Saguenois et Saguenoises

Le petit village où vivent les Saguenois et les Saguenoises célèbre ses 100 ans d’histoire en 2019. Les colons occupent le territoire depuis plus de 180 ans d’histoire, mais c’est en 1919 qu’a été créée la municipalité. Ce sont six valeureux bûcherons de la Société des 21 de Charlevoix qui sont débarqués à l’embouchure de la rivière Petit-Saguenay pour y établir les bases d’une scierie, en 1838, qui est à l’origine de ce village.

Après 180 ans d’occupation du territoire, Petit-Saguenay a encore une scierie, des terres agricoles, un quai, mais moins de 700 habitants, ce qui n’est pas mal pour un petit village du fjord. Exploité pour son bois, le territoire s’est montré assez hostile envers ses habitants au cours des années.

C’est là que Price a commencé à payer ses employés avec des pitons échangeables seulement dans les commerces de la famille Price. L’industrie du bois a été prospère jusqu’au 5 juin 1900, alors qu’un feu d’abattis a pratiquement tout ravagé le village de l’Anse Saint-Étienne sur le bord du Saguenay, y compris le moulin et tout le bois coupés. Le village en bordure du fjord ne s’est jamais relevé de ses cendres.

Moins de 200 habitants résistent aux difficultés de la colonisation avant de vivre le premier déluge du Saguenay, le 25 mai 1928. Il a plu pendant dix jours alors que le couvert de neige venait juste de fondre. Les glissements de terrain ont emporté les chemins de terre, les communications téléphoniques et télégraphiques, les semences pour la belle saison, du bétail, une fromagerie, le bois coupé et la scierie à vapeur installée depuis 1924 près de l’embranchement du chemin Saint-Étienne par la famille Perron de L’Anse-Saint-Jean.

Le malheur des uns

Le déluge de 1928 a causé une brèche dans le lac Défoncé qui a transporté une quantité impressionnante de sable qui fait aujourd’hui de l’Anse Saint-Étienne l’une des plus belles plages sur les berges du fjord. Cette plage fait maintenant partie des beaux attraits du village.

Petit-Saguenay, c’est aussi le Village-vacance familles, un site d’hébergement et un camp de vacances pour parents et enfants parmi les plus réputés du Québec. Des familles avec deux enfants vont payer jusqu’à 3000 $ pour passer une semaine de vacances dans les chalets rustiques de VIVA, repas inclus. Les animateurs s’occupent des enfants pendant que les parents partent en randonnée en montagne dans les sentiers du Parc national du Saguenay ou en kayak sur le fjord.

C’est aussi à Petit-Saguenay qu’on trouve une des plus sympathiques rivières à saumon du Québec. Facile à pêcher, pas très large, peu fréquentée avec un site d’hébergement historique, vestige du Dumas Fishing Club, un club privé de pêche exploité par les Américains à l’époque. Certains pêcheurs s’installent sur le site d’hébergement historique du Club des messieurs pour y passer une semaine de vacances au saumon à des tarifs plus qu’abordables, un des secrets les mieux gardés de la pêche au saumon de la province.

100e anniversaire

Pour célébrer son 100e anniversaire, Petit-Saguenay a fait l’objet d’un numéro spécial de la revue Saguenayensia de la Société historique du Saguenay. Le lancement du numéro spécial et de la programmation des Fêtes du 100e a eu lieu à La Pulperie de Chicoutimi. Placez cette destination dans votre agenda cet été et profitez de l’occasion pour vous réserver une chambre à l’Auberge du Jardin, un endroit super sympathique, en plus de visiter le sentier pédestre le mieux caché du Québec : le Monde enchanté de mon enfance, une montagne avec des fenêtres panoramiques sur le fjord, le terrain de jeux de Jean-Yves Côté, un Saguenois qui le partage avec des ponts couverts et des haltes magiques. Il vous suffira de terminer la journée avec un petit mousseux au bout du quai pour voir le plus beau coucher de soleil du Saguenay.