Julien Renaud

«J’ai d’la misère, oh calvaire»

CHRONIQUE BLEUET ADAPTÉ / Je viens tout juste d’atterrir chez moi, après une belle grosse semaine de travail, avec quatre jours de congé sans aucun plan devant moi.

J’attendais avec impatience ce moment pour retomber, peser sur pause et refaire le plein, après un week-end beaucoup plus chargé – à la pêche blanche, pour ceux qui n’ont pas lu ma dernière chronique.

Chroniques

Le fardeau inversé

CHRONIQUE / Chaque année, je suis un Valentin, même avec mon costume de célibataire. Pourquoi ? Parce que je suis né un 14 février, en 1993 pour les curieux. En couple ou non, c’est la fête !

Mercredi, mon rédacteur en chef a lancé un appel à tous pour une chronique sur la Saint-Valentin. Je me suis immédiatement imposé et l’angle de traitement de mon texte m’est venu tout aussi rapidement. Le fardeau inversé.

Bleuet adapté

Ma gang de cabane

CHRONIQUE / Une seule journée de pêche blanche à l’Anse-à-Benjamin m’a convaincu : je veux une cabane l’an prochain !

Samedi dernier, avec des collègues, des amis et mes parents, nous avons loué deux cabanes et deux tentes, de 8 h à 23 h, pour vivre l’expérience de la pêche blanche une bonne fois pour toutes ! Le tout pour moins de 30 $ par personne. C’est plutôt extraordinaire, non ?

Bleuet adapté

La période postballoune

CHRONIQUE / Messieurs, Mesdames, ivrognes ou buveurs occasionnels, selon un calcul maison, une balloune qui pète coûte l’équivalent de 2155 cannettes ou de 734 855 millilitres de bière. Un pensez-y-bien de plus avant de prendre le volant...

Trois mois de suspension de permis, une année avec un antidémarreur, 60$ par mois pour la location de l’appareil éthylométrique, 50$ pour son installation, 1000$ d’évaluation pour le risque de récidive et 430$ pour l’obtention d’un nouveau permis; la période postballoune est complexe et coûte cher.

Bleuet adapté

La route des Carambolages

CHRONIQUE / On s’est donné une route à quatre voies, on pourrait peut-être les déneiger.

Encore, lundi, un carambolage a forcé la fermeture de la route 175 pendant plusieurs heures. 

Puis, jeudi, une femme de 47 ans a perdu la vie dans une collision à la hauteur de Stoneham.

Bleuet adapté

Infertile et «psychologiquement saturée»

CHRONIQUE / « Le bonheur d’avoir des enfants quand on souffre d’infertilité ne peut être réservé aux seules personnes qui en ont les moyens. »

Ces paroles ont été prononcées le 13 juillet 2010 par l’animatrice Julie Snyder, à l’occasion d’une conférence de presse du ministre de la Santé de l’époque, Yves Bolduc, pour annoncer la gratuité de la procréation assistée.

Julien Renaud

Je veux mon kit de fin de vie

CHRONIQUE / Prenez cette chronique et quand vous jugez que j’en suis rendu là, tuez-moi.

Après l’histoire du pacte de suicide chez un couple d’octogénaires de la région, celle du suicide d’une femme âgée qui s’est fait refuser l’aide médicale à mourir, et celles des deux personnes qui, courageusement, ont raconté la leur au Palais de justice de Montréal, j’ai décidé de repousser les deux sujets de chronique sur lesquels je travaillais, pour me forcer à réfléchir une fois pour toutes à la question de la fin de vie que je me souhaite.

Bleuet adapté

À la guerre avec les Bleus

CHRONIQUE / Pour cette première chronique de 2019, j’ai décidé de me faire un cadeau. En fait, je l’avais mis sur ma liste pour le père Noël, et une grève s’est abattue sur la poste canadienne. Mais ça, ce n’est qu’un détail, car que ça vienne du bonhomme barbu ou de moi-même, ça m’est franchement égal !

Mon cadeau, c’est de donner un nom à ma chronique hebdomadaire, un petit bonheur né des vacances du collègue Joël Martel quelque part cet été, puis permis par mes patrons (dont celui à la barbe) et entériné par moi-même aujourd’hui, bien égoïstement !

Chroniques

Tradition en voie d’extinction

CHRONIQUE / S’il y a une tradition du temps des Fêtes que je refuse de voir disparaître, c’est celle de la galette des Rois, le jour de l’Épiphanie, le 6 janvier! Sans hésitation!

Chaque année au condo de mes grands-parents, à Saint-Sauveur, dans les Laurentides, un nouveau roi ou une nouvelle reine est élu dans la famille, par le simple sort de la petite fève ou de la petite figurine dissimulée dans cette galette feuilletée à la frangipane, une crème à base d’amandes.