Joël Martel
Visuellement, Bloodroots est magnifique, notamment en raison de ses décors très colorés et de son aspect rappelant des dessins animés récents.
Visuellement, Bloodroots est magnifique, notamment en raison de ses décors très colorés et de son aspect rappelant des dessins animés récents.

Soif de vengeance

CHRONIQUE / Je ne sais pas trop ce qu’il y a dans l’eau du Québec, mais décidément, les créateurs de jeux vidéo de la Belle Province ne manquent vraiment pas d’imagination !

Alors qu’il y a deux semaines, je vous invitais à découvrir deux titres – Infini et Journey to the Savage Planet – qui avaient été conçus ici, au Québec, voilà que j’ai une fois de plus l’honneur de vous présenter un autre jeu vidéo qui a vu le jour dans notre coin de pays.

Le jeu en question se nomme Bloodroots. Il a été conçu par Paper Cult, un studio établi à Montréal et qui a été cofondé par Raphael Toulouse et Michael Emond.

Grosso modo, l’histoire de Bloodroots traite d’un guerrier nommé M. Wolf qui a été sauvagement assassiné, mais voilà qu’à son retour au sein du monde des vivants, il décide d’entreprendre une longue quête motivée par la vengeance.

Évidemment, si on peut facilement passer plusieurs heures à jouer à Bloodroots, ce n’est pas nécessairement parce qu’on s’accroche au récit, mais bien parce que le jeu nous propose une mécanique particulièrement bien huilée, laquelle risque fort bien de vous faire perdre la notion du temps.

Chaque tableau est composé de plusieurs segments qui, bien qu’ils soient de courte durée, sont extrêmement chargés en action. Ainsi, chaque fois que vous vous aventurez dans un nouveau segment, votre mission est de vous assurer de ne laisser aucun de vos ennemis en vie, mais même si on parle ici d’un objectif qui est simple à comprendre, sa réalisation s’avère de plus en plus complexe au fil des chapitres.

Pour vous aider à anéantir ces vagues d’ennemis, les armes sur lesquelles vous pouvez compter sont... pas mal tous les éléments de décor ! En effet, c’est là une des particularités du jeu. Cela fait en sorte que même si vous en êtes à votre vingtième tentative afin de compléter un segment, le choix d’armes qui vous est proposé est si vaste que vous effectuerez probablement vingt approches complètement différentes.

Comme tout ce qui vous tombe sous la main peut devenir un accessoire meurtrier, il n’est pas du tout impossible que vous éliminiez des ennemis à l’aide d’une simple carotte ou d’un poisson. On retrouve aussi, parmi les armes inusitées, l’incontournable scie mécanique, des skis meurtriers, des balles de neige mortelles, un bâton de hockey qui ne pardonne pas et, bien entendu, des fusils qui semblent provenir d’un film de série B.

Bloodroots offre une expérience de jeu très rythmée, ce qui fait en sorte que plus les niveaux deviendront complexes, plus les joueurs auront l’impression de se prêter à une chorégraphie meurtrière où la moindre erreur pourrait les forcer à devoir reprendre du début. Les joueurs qui sont impatients risquent d’ailleurs de devoir résister à la tentation de garrocher leur manette dans un mur à quelques occasions, mais puisque le temps de chargement entre chaque partie est très rapide, on ne perd jamais le fil de l’action.

Visuellement, Bloodroots est magnifique, notamment en raison de ses décors très colorés et de son aspect rappelant des dessins animés récents. Pour ce qui est de la musique, même si on a parfois l’impression que les thèmes proposés reviennent régulièrement, ceux-ci accompagnent avec brio l’expérience du jeu, tout en nous rappelant les atmosphères concoctées par Enio Morricone, à l’époque où il travaillait activement en compagnie du réalisateur Sergio Leone.

On pourrait croire que Bloodroots est de courte durée avec ses trois actes, mais n’ayez crainte, car on retrouve plus d’une vingtaine de tableaux qui vous occuperont certainement pendant plusieurs heures. De plus, Paper Cult offre une « rejouabilité » assurée en proposant de nombreux bonus incitant à revisiter chaque tableau, en plus de fournir aux joueurs un tableau des meilleurs scores dans le monde.

Je conseille donc vivement Bloodroots à tous les joueurs et à toutes les joueuses qui souhaitent combler un besoin d’action. Les plus nostalgiques repenseront certainement à des classiques comme Smash TV ou Total Carnage en y jouant.

Bloodroots est disponible sur PC (Epic Game Store), PS4 et Nintendo Switch.